J'ai aimé Le discours musclé de Jean-Marie Philips

Le boss de l'Union Belge a dit qu'il surveillerait l'évolution de la guérison des Diables qui ont renoncé au voyage en Pologne et en Azerbaïdjan. Il a raison. Autant de blessures subites, ce n'est plus normal. J'ai connu un temps où on s'arrachait pour aller jouer avec les Diables au bout du monde. René Vandereycken a tout compris : c'est à cause des pelouses d'entraînement. Il trouvera toujours un bâton pour frapper. Il frappe avant pour être couvert après.
...

Le boss de l'Union Belge a dit qu'il surveillerait l'évolution de la guérison des Diables qui ont renoncé au voyage en Pologne et en Azerbaïdjan. Il a raison. Autant de blessures subites, ce n'est plus normal. J'ai connu un temps où on s'arrachait pour aller jouer avec les Diables au bout du monde. René Vandereycken a tout compris : c'est à cause des pelouses d'entraînement. Il trouvera toujours un bâton pour frapper. Il frappe avant pour être couvert après. Les mauvais résultats et la présence dans le staff d'un homme de la trempe d'Ariel Jacobs ne pouvaient que mener au limogeage de Frankie Vercauteren. Jacobs a réussi un beau petit parcours avec des clubs moyens, et pour lui, les choses sérieuses commencent : Anderlecht, ça n'a rien à voir avec La Louvière ou Mouscron. On dit qu'un championnat se gagne contre les petits, mais c'est face aux grands (Standard, Bruges) que le Sporting va devoir se remettre en course d'ici Noël. Et il y a les prochaines échéances européennes. On sera vite fixé sur un renouveau éventuel de cette équipe. Quant à Vercauteren, je trouve dommage qu'on ait attendu son départ pour lui trouver plein de qualités. On le vante maintenant comme on a l'habitude de porter aux nues les gens qui viennent de mourir. Les choses rentrent dans l'ordre. Après les sanctions financières infligées par la Fédération à Charleroi et ses dirigeants, c'est le ministère de l'Intérieur qui interdit Abbas Bayat de stade pendant trois mois, suite à ses débordements après un match à Genk. Tout cela a peut-être du bon les patrons carolos vont sans doute enfin comprendre qu'ils doivent rester à leur place, qu'ils ne sont pas les maîtres de nos stades. En écoutant et en lisant les commentaires de René Vandereycken et de certains joueurs, j'ai l'impression que la Belgique a complètement enfoncé la Pologne pendant une heure et demie. Ah bon ? J'ai quand même regardé le match et je n'ai pas vu un gardien polonais fort sollicité. Le gars a même passé une soirée fort tranquille. Avoir le ballon, c'est bien, mais se procurer des occasions, c'est quand même beaucoup mieux. Si l'avenir de notre équipe nationale se construit avec des rencontres pareilles, je suis encore plus sceptique aujourd'hui que je l'étais hier. Je vais éviter de m'en prendre encore une fois à Stijn Stijnen : je me contenterai de dire qu'il a été moyen, à l'image de toute l'équipe. Et pourtant, il y a quelques très bons produits dans ce noyau. Mais on sait qu'il est possible de rater une mayonnaise même quand les ingrédients sont de première qualité. Michaël Wiggers était-il au courant des produits qu'on lui administrait ? C'est toute la question. Si l'enquête prouve qu'il est coupable, il sera en tout cas durement puni et il risque d'avoir beaucoup de mal à se recaser car il portera longtemps le genre d'étiquette que les dirigeants de clubs fuient comme la peste. Je suis très sceptique et cette reprise rappelle des souvenirs : un certain Chinois qui cherchait à reprendre des clubs belges, dont le Lierse déjà. Un Kazakh qui essayait de racheter Mouscron avant de se retrouver derrière les barreaux. Si on laisse tout faire, par qui sera géré notre football demain et après-demain ? Il y a encore des investisseurs propres en Belgique, quand même. On en a même trouvé un à Mouscron et ça marche.propos recueillis par pierre danvoye