Les coups de tonnerre de Sterchele

François Ier de Bruges a pris possession de son royaume. Il a cloué le bec de ceux qui firent la moue après son match de Supercoupe à Anderlecht. Malin comme un singe, il n'a pas attendu six mois avant de répondre deux fois sur le terrain face à une belle équipe de Mons. Sterchele a déjà remplacé Bosko Balaban dans les c£urs brugeois. On peut dire ce qu'on veut, mais Bruges a bien mené sa barque : la réalisation d'un beau transfert a été financé en partie par la vente de Balaban au Dynamo Zagreb. C'est bien joué et le caractère de François Sterchele colle parfaitement avec la mentalité brugeoise. Balaban avait de magnifiques coups (francs) d'éclat mais Sterchele sera plus présent, travailleur et enthousiaste que lui.
...

François Ier de Bruges a pris possession de son royaume. Il a cloué le bec de ceux qui firent la moue après son match de Supercoupe à Anderlecht. Malin comme un singe, il n'a pas attendu six mois avant de répondre deux fois sur le terrain face à une belle équipe de Mons. Sterchele a déjà remplacé Bosko Balaban dans les c£urs brugeois. On peut dire ce qu'on veut, mais Bruges a bien mené sa barque : la réalisation d'un beau transfert a été financé en partie par la vente de Balaban au Dynamo Zagreb. C'est bien joué et le caractère de François Sterchele colle parfaitement avec la mentalité brugeoise. Balaban avait de magnifiques coups (francs) d'éclat mais Sterchele sera plus présent, travailleur et enthousiaste que lui. Une partie du public de Charleroi a reçu la facture de son attitude déplorable pendant le match contre Roulers. Ces gens-là donnent une image totalement faussée de l'esprit carolo. Claude Bourdouxhe a eu le courage d'interrompre la rencontre car le pauvre Izzet Akgül a été couvert d'insultes après avoir marqué pour son nouveau club. La saison passée, le même joueur était ovationné quand il jouait avec les Zèbres. J'espère que certains auront rougi durant cette interruption du jeu. On peut chambrer son adversaire mais pas l'insulter. Je me demandais comment Genk réagirait après son match catastrophique contre le FC Sarajevo en match aller du deuxième tour préliminaire de la Ligue des Champions. Une défaite comme celle-là (1-2) n'est jamais facile à digérer. Les Limbourgeois ont remis les pendules à l'heure contre le Cercle de Bruges et, devant la grande foule, grâce au magnifique Tom Soetaers. J'aime beaucoup ce joueur. Ses buts sont souvent des joyaux : c'est le bijoutier de la D1. Le club d'Albert Cartier n'a pas un programme facile. Après Westerlo, les Molenbeekois se rendent au Standard, reçoivent Gand avant de se déplacer à Anderlecht. Il était important de l'emporter contre Jan Ceulemans. Au lieu de cela, le Brussels a été vaincu (0-1) et largement dominé. L'attaque a été fantomatique. Lutula n'est pas mauvais mais il ne peut pas tout de suite casser la baraque. Il doit être entouré. Pavel Fort, un Tchèque, serait un pivot offensif. Le Brussels en aura besoin et je crains que ce ne soit pas suffisant. Interdit de stade jusqu'au 18 août, Johan Vermeersch s'en sera rendu compte en suivant le match chez lui sur Belgacom TV. Heureusement, j'ai revu avec plaisir le grand Caje et Alan Haydock a retrouvé la compétition après sa blessure. Les Mauves s'attendaient certainement à une chaude réception à Malines. Anderlecht a reculé et j'ai eu l'impression de revoir des scénarios de la saison passée. Le champion passa souvent par le chas de l'aiguille. C'était un des principaux reproches adressés à Frankie Vercauteren. Anderlecht ne peut pas se contenter de gagner à l'arraché. J'espère que la venue de Jan Polak libérera Mbark Boussoufa et Ahmed Hassan qui n'aiment pas lutter. Ils songeaient peut-être à leur prochain adversaire européen. J'ai entraîné en Turquie. Fenerbahce est un grand club et une magnifique équipe avec les Brésiliens Alex et Roberto Carlos, Onder Turaci, etc. Mouscron a mal entamé la saison contre Gand. On pourrait en dire de même des promus, Malines et Dender qui, à eux deux, ont récolté zéro point sur six. Pourtant, ils ont bien joué. Ce fut même très bon dans le chef de Malines. Battu 0-1 par Anderlecht après avoir dominé : dur, dur mais c'est le foot. né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing)propos recueillis par pierre bilic