J'AI AIMÉ Le brio de Daniel Zitka

Anderlecht a souffert le martyre pour venir à bout des Anversois du Germinal Beerschot. Les Bruxellois ont été réduits à 10 (comme à Saint-Trond) et se sont accrochés à leur avance. Il y a encore des réglages à effectuer et les Argentins de la Métropole semblent plus à l'aise pour le moment que ceux d'Anderlecht. Mais en attendant, même si c'est dur, les Mauves ont six points sur leur compte en banque. Et quand on épargne même en basse conjoncture, cela rapporte gros en fin de saison. Daniel Zitka a sauvé la baraque. Alors que Bruges a pris une leçon de simplicité à Roulers.
...

Anderlecht a souffert le martyre pour venir à bout des Anversois du Germinal Beerschot. Les Bruxellois ont été réduits à 10 (comme à Saint-Trond) et se sont accrochés à leur avance. Il y a encore des réglages à effectuer et les Argentins de la Métropole semblent plus à l'aise pour le moment que ceux d'Anderlecht. Mais en attendant, même si c'est dur, les Mauves ont six points sur leur compte en banque. Et quand on épargne même en basse conjoncture, cela rapporte gros en fin de saison. Daniel Zitka a sauvé la baraque. Alors que Bruges a pris une leçon de simplicité à Roulers. Bien en place, les Zèbres se sont promenés à Sclessin. Après un quart d'heure, la messe aurait pu être dite. Une phase de jeu résume tout : le 1-2 avec à la clef toute la confiance carolo avec le bon centre de Frank Defays et l'excellent placement de l'auteur du but, Cyril Théréau. Charleroi a joué en bloc mais n'oublions pas que l'adversaire fut d'une inquiétante faiblesse. Anderlecht en tête du championnat, ce n'est pas étonnant car les Mauves connaissent les recettes du succès. Mais, par contre, la présence du Brussels à la table des grands de la D1 constitue une belle surprise. Si les ténors adorent le caviar, le stoemp (potée) de Molenbeek a du goût et le chef coq, Albert Cartier fait bien tourner sa nouvelle cuisine. Jeune et bien organisée, son équipe s'est imposée chez le dernier vainqueur de la Coupe de Belgique. Christ Bruno a signé un joli but : ce joueur a un canon dans les pieds. Mouscron démarre en force et veut éviter les hantises de la saison passée. C'est bien parti et si le Brussels peut compter sur un artificier comme Chris Bruno, les Hurlus ont leur dynamiteur : Adnan Custovic. A surveiller car c'est un des moteurs de cette équipe. A Sclessin, c'est pas gras pour le moment. Et ce n'est pas comme cela que l'on prépare l'hiver : il n'y a pas une seule noisette dans les cachettes de l'écureuil de Sclessin. Je ne vois rien : pas d'état d'esprit, pas de liaisons entre les lignes, pas de style de jeu bien précis. Le Standard est la grande déception de ce début de saison et le plus facile serait de présenter la note au pauvre Johan Boskamp. La direction a certainement tenu compte de ses limites financières mais elle a agi avec légèreté en composant son effectif actuel. Si tout cela avait été mis en place plus vite, pas mal de problèmes auraient pu être évités. L'éventuel départ de Michel Preud'homme vers Bruxelles serait positif pour cette Ligue Pro à court de projets mais cela prouverait aussi que Sclessin réduit la voilure. Walter Meeuws a de gros soucis : Beveren est cloué sur place. Cette fois, je me demande si ce club gardera encore la tête hors de l'eau. La saison passée, ce fut déjà tout juste et les clubs qui ont ramé la saison passée sont à nouveau à la peine : Beveren, Saint-Trond, le Lierse, etc. Zulte Waregem est désormais présent dans le peloton des lâchés. C'est une surprise même si on sait tous qu'il est toujours difficile de confirmer une saison euphorique. Leur coach, Franck Dury, découvre désormais le revers de la médaille. Je préfère évoquer la joie des coaches comme celle d'Hugo Broos, auteur d'un bon début de saison, ou de José Riga, dont le club, Mons, a vaincu Saint-Trond mais il y aussi les soucis de Georges Leekens à Gand. Mbark Boussoufa n'a pas été remplacé mais cela n'explique pas toute l'étendue des problèmes de Gand. De plus, le, coach et le manager sportif, Michel Louwagie, sont sur le sentier de la guerre. Ils règlent leurs comptent alors qu'un calumet de la paix résoudrait pas mal de problèmes.