J'ai aime Le sprint final d'Anderlecht

Les Mauves ont leur 29e titre national en poche et ils en ont profité pour tirer un joli feu d'artifices de 90 minutes contre le FC Brussels. Spécialiste des grands spectacles, Franco Dragone aurait aimé voir cela. Je ne dis pas que c'était digne des représentations de Las Vegas mais je me suis amusé. En fin de saison, Anderlecht a accéléré comme un Tom Boonen en forme et Genk n'a pas su tenir sa roue jusqu'au bout. Ce n'est pas une critique pour les Limbourgeois qui ont bien animé le championnat. Anderlecht était au-dessus du lot. Les Mauves n'avaient qu'une obsession : le titre.
...

Les Mauves ont leur 29e titre national en poche et ils en ont profité pour tirer un joli feu d'artifices de 90 minutes contre le FC Brussels. Spécialiste des grands spectacles, Franco Dragone aurait aimé voir cela. Je ne dis pas que c'était digne des représentations de Las Vegas mais je me suis amusé. En fin de saison, Anderlecht a accéléré comme un Tom Boonen en forme et Genk n'a pas su tenir sa roue jusqu'au bout. Ce n'est pas une critique pour les Limbourgeois qui ont bien animé le championnat. Anderlecht était au-dessus du lot. Les Mauves n'avaient qu'une obsession : le titre. Les Rouches vivent de beaux moments. En s'assurant la troisième place, ils ont obtenu leur visa pour la Coupe de l'UEFA. C'est superbe quand on songe à leur lamentable début de saison. Le Standard doit une fière chandelle à Michel Preud'homme. Sans lui, la direction aurait passé un mauvais quart d'heure en fin de saison au lieu d'être ovationnée. Le Standard a bien géré son match retour de Coupe de Belgique avant d'en faire autant contre un intéressant Club Bruges en championnat. J'entends que Milan Jovanovic espère quitter le club afin de jouer en Ligue des Champions. Le Standard doit tout mettre en £uvre pour le garder encore une saison. Le Standard s'est fait peur en ratant une kyrielle d'occasions de but contre Bruges. Les Liégeois devront être plus concrets en finale de la Coupe de Belgique car Bruges a retrouvé son football. Le bonheur liégeois serait tout à fait complet si le Seraing de Régis Genaux et de son directeur technique Marc Grosjean avait pris part au tour final de D3. Mon ancien club n'avait pas demandé la licence dans les délais. Dommage mais si les gens du Pairay ne sont pas prêts, il vaut mieux patienter et apprendre à marcher avant de courir. Charleroi a réussi un " truc " à Genk. Certains attribueront le 9 sur 9 au changement de coach. Il ne faut pas pousser bobonne dans les orties. Philippe Vande Walle a été à la hauteur du défi mais il a hérité d'une équipe mise au point par Jacky Mathijssen. Quand le président carolo déclare que Jacky Mathijssen est un coach pour la 6e ou la 7e place, je m'interroge. C'est dommage de dire cela car le travail livré par Jacky Mathijssen valait le coup d'£il. Sans tension entre lui et le président, je me demande même si Charleroi ne compterait pas quelques points de plus au classement général. A 10 contre 11, Charleroi a joué son rôle face à Genk. Les Limbourgeois ont certainement été vaincus par le stress. Logan Bailly était nerveux et a loupé deux sorties. On lui pardonnera cette erreur après tant de bons matches. La jeunesse a les avantages de ses inconvénients. Les Gantois se cherchent un Buffalo Bill, quelqu'un qui soit capable de les réveiller : il est temps. Ils n'ont pas existé en demi-finale de Coupe de Belgique à Bruges après le 3-1 de l'aller. Leur équipe, c'était du waterzooi à la gantoise et Georges Leekens était blême. Gand mise sur un succès du Standard en Coupe de Belgique car la 4e place du classement final de D1 leur ouvrirait alors les portes de la Coupe de l'UEFA. Mais les Carolos ne sont qu'à deux points : attention, Georges. Encore une semaine de patience et Ariel Jacobs pourra vider son armoire et son bureau au Canonnier. En faisant 3-3 à la 89e minute de jeu au Lierse, cette équipe qui a filé tant de mauvais coton a prouvé que tout avait changé à Mouscron : c 'est du beau travail, Ariel. A mon humble avis, tout le monde regrettera le départ de cet homme de métier. né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing) propos recueillis par pierre bilic