J'ai aimé Kjetil Rekdal continue

Depuis que la cassure est officialisée entre le Germinal Beerschot et Marc Brys, c'est journée portes ouvertes dans ce club. Le Lierse ne s'est pas privé d'en profiter. Rekdal réussit vraiment un beau truc là-bas. Et j'ai beaucoup aimé Charlie Miller dans ce match : son physique montre qu'il adore manger et boire, mais quels buts d'anthologie ! A la place des gens de Beveren, je ne passerais plus des nuits tranquilles. Cette équipe a arraché miraculeusement un point contre Roulers mais elle devra batailler jusqu'à la dernière seconde de la saison.
...

Depuis que la cassure est officialisée entre le Germinal Beerschot et Marc Brys, c'est journée portes ouvertes dans ce club. Le Lierse ne s'est pas privé d'en profiter. Rekdal réussit vraiment un beau truc là-bas. Et j'ai beaucoup aimé Charlie Miller dans ce match : son physique montre qu'il adore manger et boire, mais quels buts d'anthologie ! A la place des gens de Beveren, je ne passerais plus des nuits tranquilles. Cette équipe a arraché miraculeusement un point contre Roulers mais elle devra batailler jusqu'à la dernière seconde de la saison. Tout a commencé en Coupe à Anderlecht, où le Sporting s'est battu lui-même. Michel Preud'homme semble avoir compris que c'est mieux de jouer les gros matches avec deux attaquants plutôt qu'un seul. Et évidemment, tout est plus facile quand on dispose à nouveau d'un Sergio Conceiçao à 100 %. Ses coups de gueule sur le banc, lors du match contre Mons, valaient tous les discours : ce capitaine prend ses responsabilités sur le terrain mais aussi en dehors. Les Liégeois ont joliment confirmé à St-Trond : aucune autre équipe n'avait réussi une telle démonstration là-bas. Les buts sont venus des jeunes qui montent, Marouane Fellaini et Axel Witsel : dès qu'ils ont à nouveau Conceiçao dans leurs parages, des gars pareils prennent encore une dimension supplémentaire. Ne sous-estimons pas non plus le retour de Karel Geraerts : c'est quand il n'était pas là qu'on a vu ce qu'il apportait vraiment à cette équipe. Cette fois, c'est mathématique et les Montois passent même dans la colonne de gauche : bravo à José Riga qui a fait du tout bon boulot, à la direction qui n'a pas paniqué dans les moments chauds et aux joueurs arrivés en janvier qui ont résolu les problèmes de concrétisation. Quel spectacle ! Mouscron a eu le mérite de tout donner en début de match et de tuer directement tout suspense grâce aux deux buts d'Adnan Custovic. Les Hurlus resteront en D1, on peut maintenant l'affirmer avec certitude même s'il manque encore la pure vérité mathématique. On a vu un Jacky Mathijssen irrité à l'interview : il ne fallait même pas attendre ce moment-là pour comprendre ses états d'âme. Quand la caméra s'est braquée sur son visage, à son retour vers les vestiaires, on avait déjà compris ce qu'il pensait de la prestation de son équipe. Faut-il évoquer Lokeren-Brussels ? Ces deux équipes en sont maintenant à 14 nuls en 30 journées : ça veut tout dire. En attendant, Lokeren reste plus que jamais menacé de relégation en D2. C'était la dernière bouée de sauvetage du Club, elle est tombée à la mer et on risque de ne plus la rattraper. En marquant en fin de match à Gand, les Brugeois ont ramené quelque chose comme 30 % de suspense en vue du retour, mais seuls les doux rêveurs pensent encore que ce Club-là peut aller en finale de la Coupe. Il n'a pas sa place pour une apothéose au Stade Roi Baudouin. Le contraste était frappant entre le manque de cohésion de cette équipe et l'état de grâce d'Alin Stoica du côté de Gand. Entre le Bruges à nouveau décevant et Genk toujours en course, j'ai choisi le Limbourgeois. Bravo, vive le suspense et la fin de championnat.propos recueillis par pierre bilic