J'ai aimé Le carton de Mouscron

Je ne sais si les Hurlus doivent rire ou pleurer après leur succès contre le Club de Bruges. Je sais qu'un ouragan a dévasté Bruges, mais planter cinq buts dans la cage de Stijn Stijnen reste une très belle performance. Adnan Custovic a survolé les débats. On sait depuis longtemps qu'il détient une des frappes les plus lourdes de D1. Il faut croire que Bruges n'était pas au courant. Enzo Scifo a réalisé de l'excellent travail au Canonnier mais la période des cadeaux, c'est fini. Je me demande si ce club sympathique, mais en panne de liquidités, d'après ce qu'on entend, ne va pas liquider tous ses joyaux. Custovic a signé à Gand tandis que le nom d'Idir Oulai circulait déj...

Je ne sais si les Hurlus doivent rire ou pleurer après leur succès contre le Club de Bruges. Je sais qu'un ouragan a dévasté Bruges, mais planter cinq buts dans la cage de Stijn Stijnen reste une très belle performance. Adnan Custovic a survolé les débats. On sait depuis longtemps qu'il détient une des frappes les plus lourdes de D1. Il faut croire que Bruges n'était pas au courant. Enzo Scifo a réalisé de l'excellent travail au Canonnier mais la période des cadeaux, c'est fini. Je me demande si ce club sympathique, mais en panne de liquidités, d'après ce qu'on entend, ne va pas liquider tous ses joyaux. Custovic a signé à Gand tandis que le nom d'Idir Oulai circulait déjà au Standard. Ce sont des ventes forcées pour mettre du beurre dans les épinards. Je suppose que Scifo va s'énerver mais il n'est pas le seul dans le cas : au Cercle de Bruges, Glen De Boeck devra se passer de Tom De Sutter à partir de janvier. Anderlecht n'a pas dû sortir le grand jeu contre un Genk décevant. Mais tout est en place pour entamer le deuxième tour avec quatre points d'avance. C'est appréciable à cette époque de l'année. Les choses changent vite en football. Il y a deux mois, les Mauves étaient crucifiés, c'était la fin du monde. Anderlecht est ressuscité et doit beaucoup à son chef, Jan Polak. Je suis également admiratif face à la maturité de Guillaume Gillet. C'est un vrai box to box qui construit parfaitement sa carrière avec les conseils avisés de son agent, Yves Baré. Un jour, il se retrouvera à l'étranger mais n'est pas pressé comme Jonathan Legear... à tort. Anderlecht a un plus beau banc que celui du Standard, entre autres, et ce sera un atout dans la lutte pour le titre.L'équipe de Jacky Mathijssen est vraiment en panne sèche : y a plus rien dans le réservoir et cela s'était déjà vu en Coupe de l'UEFA face à Copenhague. Les Danois ont posé leur jeu et, ma foi, c'était agréable à voir. La descente aux enfers s'est confirmée à Mouscron. Les Dragons ont raté le coche car quand on mène deux fois à la marque chez soi, on garde les trois points. Mons est inquiet dans la cave de la D1 mais le sourire est revenu sur les travées du Mambourg. La nomination de John Collins au poste de T1 a été une bonne surprise. J'ai bien aimé ses premiers discours et le jeu huilé qu'il revendique depuis son arrivée. Cela cadre bien avec les spécificités d'un groupe très technique. Premier match, premier succès contre Dender : j'en connais qui ont poussé un ouf de soulagement, même si l'opposition était faible. Il faudra confirmer face à d'autres clients. Malin, Collins a demandé un nouveau terrain au Père Noël et je le comprends bien. Le Standard a reçu Michel Preud'homme avec tous les honneurs. Le public lui a réservé une ovation bien méritée. Gand n'a pas réussi le premier tour qu'on attendait de son équipe mais a inquiété un Standard fatigué après le repos, comme contre Zulte-Waregem. Les Rouches ont échappé de très peu à un nouveau gros gaspi après un match européen. Gand méritait un penalty pour une faute évidente de Réginal Goreux sur Milos Maric dans le rectangle en première mi-temps : je me demande comment Serge Gumienny a fait pour ne pas la voir. Ce ne sont pas les fêtes pour lui. Cela dit, pour le Standard, il était essentiel de prendre les trois points afin de garder le contact avec Anderlecht et de préserver l'intérêt dans la lutte pour le titre.propos recueillis par pierre bilic