" Anderlecht et le Club Bruges ont étonné l'Espagne en tenant la dragée haute à Bilbao et Valence. Il faut le faire car la Primera Division, c'est le nec plus ultra du jeu technique. Les Mauves ont magnifiquement man£uvré à Bilbao (1-1) et le Club Bruges a prouvé contre Valence (1-0) que le beau jeu lui va comme un gant. Cette semaine espagnole m'a remémoré de bons souvenirs comme ce succès historique d'Anderlecht contre le Real Madrid le 26 septembre 1962 (1-0, but de Jef Jurion au Heysel après le 3-3 de l'aller) en ...

" Anderlecht et le Club Bruges ont étonné l'Espagne en tenant la dragée haute à Bilbao et Valence. Il faut le faire car la Primera Division, c'est le nec plus ultra du jeu technique. Les Mauves ont magnifiquement man£uvré à Bilbao (1-1) et le Club Bruges a prouvé contre Valence (1-0) que le beau jeu lui va comme un gant. Cette semaine espagnole m'a remémoré de bons souvenirs comme ce succès historique d'Anderlecht contre le Real Madrid le 26 septembre 1962 (1-0, but de Jef Jurion au Heysel après le 3-3 de l'aller) en 16e de finale de la Coupe d'Europe des Clubs Champions. Personne n'ignore qu'une star née en Andalousie a donné une magnifique dimension au jeu d'Anderlecht durant les années 80 : Juan Lozano. J'adorais Lozano car il savait tout faire : organiser le jeu, frapper à distance, passer en finesse entre les lignes adverses, marquer, etc. Pour moi, Lozano restera un des meilleurs joueurs de l'histoire d'Anderlecht A l'heure où il est tant question de brutalité, on doit rappeler que sa carrière a été interrompue par une semelle, celle d' Ivan Desloover de Waregem en 1987. On a oublié l'histoire d'un autre Espagnol d'Anderlecht : Jorge Cayuela Peiro. Il ne fallait pas l'appeler Georges car il répliquait : -C'est Jorge. Avec un R rocailleux pour prononcer le J : Rorgué. Après avoir joué à Badalona, en Espagne, il s'est retrouvé durant quelques saisons à l'Excelsior de Virton. Là, il marquait pas mal de buts et c'est ce qui attira le regard d'Anderlecht. Cayuela a passé trois saisons au Parc Astrid. Ce médian était doté d'un bon tir. En général, il évoluait devant moi et j'aimais bien son style. Je me souviens de ses ballons impeccables qui arrivaient dans ma foulée quand je mettais le nez à la fenêtre. Mais Cayuela avait un problème : il devait affronter la concurrence de deux monstres sacrés dans la ligne médiane : Jurion et Pierre Hanon. Jef était redoutablement intelligent et influent. A mon avis, il estimait Cayuela un peu léger pour Anderlecht. Il a pourtant contribué à la conquête de trois titres (1965, 1966, 1967), a pris part à notre premier succès en finale de la Coupe de Belgique 1965 (3-2 contre le Standard), etc. Il ne joua que 29 matches en D1 et, à la longue, cela l'a lassé. En 1967, il a repris le chemin de l'Espagne avec un certain bonheur. Je sais qu'il a joué trois ans au FC Valence en Primera Division. Puis il a achevé sa carrière en D2 sous le maillot de Castellon. Ce beau parcours espagnol prouve que Cayuela aurait pu réussir une plus grande carrière en Belgique. " né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing).propos recueillis par pierre bilic