1 C'est possible pour tes filles et toi d'exister un peu au milieu de l'enthousiasme pour les Diables Rouges ? Les Red Flames jouent un match qualificatif important pour l'EURO à la fin du mois à Louvain mais personne ne le sait. Quand tu donnes des nouvelles de ton équipe sur Twitter, c'est retweeté seulement une ou deux fois. Ce n'est pas décourageant ?

Absolument pas ! Les Red Flames, c'est tout un concept qui est en plein progrès. Il suffit de s'intéresser à l'évolution du nombre de spectateurs. Quand on a joué notre premier match éliminatoire contre la Bosnie en septembre, il y avait 2.600 personnes dans le stade. Contre la Serbie, on en espère 3.000. Je me souviens de mon premier match à la tête de cette équipe, devant 380 spectateurs exactement. On sait qu'on ne remplira jamais les stades comme les Diables le font mais il faut voir d'où on vient. Les...

Absolument pas ! Les Red Flames, c'est tout un concept qui est en plein progrès. Il suffit de s'intéresser à l'évolution du nombre de spectateurs. Quand on a joué notre premier match éliminatoire contre la Bosnie en septembre, il y avait 2.600 personnes dans le stade. Contre la Serbie, on en espère 3.000. Je me souviens de mon premier match à la tête de cette équipe, devant 380 spectateurs exactement. On sait qu'on ne remplira jamais les stades comme les Diables le font mais il faut voir d'où on vient. Les gens qui viennent voir mon équipe sont souvent surpris par le bon niveau. Et, pour la plupart, une fois qu'ils ont goûté à un de nos matches, ils reviennent. On voudrait écrire l'histoire, tous ensemble. L'ambition, aujourd'hui, est d'aller à l'EURO 2017. On a gagné nos deux premiers matches, il faudrait signer un 9 sur 9 en battant la Serbie. Après ça, on devra s'attaquer au gros morceau du groupe, l'Angleterre. Sur le papier, c'est la meilleure équipe. Le premier de chaque poule ira au Championnat d'Europe, les six meilleurs deuxièmes aussi, donc on peut espérer signer une première dans l'histoire du foot belge féminin. Pour faire un couple harmonieux, il faut être deux. Les clubs belges étaient partants pour prolonger l'expérience mais les équipes hollandaises ont préféré arrêter. Dans un premier temps, je pouvais comprendre que les Hollandais se demandaient si les Belges pouvaient leur être utiles, mais quand le Standard remporte la troisième édition de cette Bénéligue, c'est quand même une bonne réponse ! Je suis persuadé que, sur le long terme, ça aurait été mieux pour tout le monde de rester ensemble. Tant pis, c'est comme ça. Je vais être honnête... je raisonnais exactement comme ça il y a quelques années ! Mais j'ai complètement changé d'avis entre-temps, et je ne dis pas ça parce que je suis concerné. Je vois des filles qui adorent jouer au foot et qui savent aussi réfléchir à des systèmes de jeu, qui sont capables de faire basculer des matches, qui sont en mesure d'exploiter les petites faiblesses des adversaires. Les gens qui viennent les voir sont souvent surpris par leurs qualités techniques, leur niveau tactique et leur vision du jeu. Elles parlent de jeu, de foot. Elles en sont parfaitement capables. Il faut arrêter avec les préjugés. Certaines joueuses s'entraînent autant que des professionnels, et elles ont une autre vie à côté du football. Le grand public ne se rend pas compte de leurs efforts. PAR PIERRE DANVOYE" Une fois qu'on a vu un match des Red Flames, on y retourne... " IVES SERNEELS