Le pied gauche est bien évidemment la plus grande qualité d'Ivan Leko. Ses frappes sur coups francs ne sont plus à démontrer et il a inscrit un paquet de buts dans ce genre de situations. Les corners et les phases arrêtées désaxées sont systématiquement pour lui : il les distille avec beaucoup de force en imprimant une trajectoire tombante, ce qui rend la sortie du gardien très délicate. Dans l'axe, le mur est un allié pour lui car il parvient à le contourner ou à passer au-dessus pour tromper la vigilance du dernier rempart d'en face.
...

Le pied gauche est bien évidemment la plus grande qualité d'Ivan Leko. Ses frappes sur coups francs ne sont plus à démontrer et il a inscrit un paquet de buts dans ce genre de situations. Les corners et les phases arrêtées désaxées sont systématiquement pour lui : il les distille avec beaucoup de force en imprimant une trajectoire tombante, ce qui rend la sortie du gardien très délicate. Dans l'axe, le mur est un allié pour lui car il parvient à le contourner ou à passer au-dessus pour tromper la vigilance du dernier rempart d'en face. L'ex-international croate est doté d'une excellente vision du jeu. Il sent quand il doit garder le ballon, jouer en appui ou encore chercher la profondeur. Il est capable de réaliser des déviations à l'aveugle car son feeling par rapport à la situation de jeu est de très bon niveau. Il sent littéralement l'appel de balle de son partenaire que ce soit en décrochage ou en rupture. Il excelle aussi dans les combinaisons courtes grâce à un super toucher de balle. Le passing, ce qui est assez logique pour un meneur de jeu, est une des spécificités du stratège de Peter Maes. Pour distiller ses ballons, il utilise toutes les surfaces de son pied gauche qu'il maîtrise parfaitement. Il délivre ses passes au bon moment, ce qui permet au partenaire qui appelle dans la profondeur de déjouer le piège du hors-jeu tendu par la défense adverse. Ses services sont non seulement précis mais le dosage (la puissance imprimée au ballon) est digne d'un horloger suisse. C'est un joueur techniquement très doué. Ses contrôles et ses amorties sont réalisés sous le sceau de la grande classe. Tous ses gestes sont effectués avec énormément d'élégance. Sa conduite de balle est un plaisir pour les yeux. Ivan possède une très grande expérience qu'il s'est forgée à Hajduk Split, au Club Bruges et en équipe nationale de Croatie. Le numéro 78 (son année de naissance) de Lokeren a beaucoup d'emprise sur le jeu de son équipe. Son vécu lui permet de temporiser les échanges dans les moments chauds et aider ses coéquipiers de laisser passer l'orage. Son coach utilise aussi sa maturité en lui confiant la construction du mur sur coup franc axial adverse. L'ancien joueur du GBA joue très bien dos au but. Il fait remarquablement écran avec son corps, ce qui lui permet de contrer l'anticipation de son opposant direct. Il parvient à tourner facilement en possession du ballon pour se remettre dans le sens du jeu. Ses remises en appui sont excellentes. Il est capable aussi de conserver le cuir afin de permettre au bloc-équipe de remonter le terrain et d'évoluer de façon plus groupée en amenant aussi plus de joueurs en zone de finition. Pour un milieu de terrain, il possède un sens de la finition très développé. Pour quelqu'un qui ne se présente pas très souvent dans le petit rectangle adverse, il a déjà inscrit une soixantaine de buts en pro, total plutôt appréciable. Jamais titulaire en début de saison, il a fait preuve de beaucoup de caractère pour entrer dans les plans de son coach et surtout pour assimiler ses méthodes très exigeantes. Cela démontre encore une grande envie de bien faire son métier et son retour dans le onze de base a coïncidé avec la nette amélioration des résultats de Lokeren. Le Dalmate n'a jamais été et ne sera jamais un grand travailleur. Son volume de jeu n'est guère impressionnant. Il se contente d'un rôle axial en se montrant disponible dès que ses coéquipiers récupèrent le ballon. Il appelle très rarement le ballon sur un flanc, laissant cette initiative aux demis d'aile voire au seul attaquant de pointe. A 33 ans, ses qualités physiques sont sur le déclin. Il tente de masquer ce défaut en jouant avec sa tête et en dosant ses efforts. Il ne s'aventure plus jamais dans de longues courses, ce qui n'était déjà pas une de ses spécialités il y a quelques années. Il préfère recevoir le ballon dans les pieds et faire jouer les autres. Il n'a jamais été un joueur hyper explosif et cela ne risque pas de s'améliorer dans les mois à venir. En possession de balle, il cache cette lacune grâce à sa couverture de balle et ses qualités techniques mais quand il doit faire un appel court sans ballon, il est souvent devancé par un adversaire plus véloce. On peut le qualifier de meneur de jeu à l'ancienne, ce qui lui offre peu de possibilités au niveau des places dans l'équipe. Il ne peut quasiment évoluer que comme soutien d'un seul attaquant, ce qui démontre un manque flagrant de polyvalence. Dans le passé, il a aussi évolué comme médian gauche, rôle qui ne lui conviendrait plus aujourd'hui. Son jeu en perte de balle est très passif. Il se contente de se repositionner dans l'axe derrière le seul attaquant de pointe. Son job se limite à un recul-frein, à couper les angles et à diminuer les distances vis-à-vis des autres milieux de terrain. Qui plus est, il est préférable que son entraîneur place deux demis travailleurs axiaux pour s'acquitter de la sale besogne. Son jeu de tête est très moyen. Il faut dire, à sa décharge, qu'il n'est pas souvent en situation de disputer des ballons aériens. Ses partenaires lui délivrent le plus souvent des ballons au sol et c'est lui qui est responsable de toutes les phases arrêtées sur les côtés. De plus, il s'engage rarement pour disputer les centres venant des flancs, préférant attendre pour disputer le deuxième ballon. Pour un joueur aussi doué techniquement, son pied droit n'est pas du tout du même acabit que le gauche. Sa frappe manque de pureté et quand il est en position de tir côté droit, il utilise la feinte de frappe afin de se repositionner sur sa meilleure arme. Dans le passing, il a tendance à utiliser l'extérieur du gauche plutôt que se servir de son deuxième pied. Avec son mètre 79 pour 77 kilos, il présente un physique standard pour un meneur de jeu. Par contre, ce gabarit ne lui permet pas d'être une bête dans les duels. Son placement l'aide souvent pour éviter le contact mais quand il doit affronter un adversaire robuste et solide sur ses jambes, dans une confrontation franche et directe, il est régulièrement battu. NÉ EN 1963, ÉTIENNE DELANGRE JOUA COMME DÉFENSEUR AU STANDARD DE 1981 À 1992 (267M EN D1 ET 6B, CHAMPION EN 82 ET 83). EX-CHARGÉ DE COURS À L'ÉCOLE DU HEYSEL, IL COACHA DE LA P1 À LA D1 (CHARLEROI). PAR ÉTIENNE DELANGRE