En Angleterre, les droits de diffusion du championnat pour la période 2010-2013 ont été attribués pour plus de 2,2 milliards d'euros. A cette manne devraient s'ajouter environ 750 millions d'euros de droits de retransmission à l'étranger. Le gâteau pourrait donc atteindre un milliard d'euros par an pour la Premier League.
...

En Angleterre, les droits de diffusion du championnat pour la période 2010-2013 ont été attribués pour plus de 2,2 milliards d'euros. A cette manne devraient s'ajouter environ 750 millions d'euros de droits de retransmission à l'étranger. Le gâteau pourrait donc atteindre un milliard d'euros par an pour la Premier League. Avec 45 millions d'euros l'an, notre football vaut-il 20 fois moins que la Premier League ?Le football anglais est très agréable à voir mais je crois que l'on dépasse les limites du raisonnable. Les joueurs du championnat anglais gagnent des sommes de plus en plus exorbitantes. Or, en dépit de ces pactoles, les clubs d'outre-Manche ont de plus en plus de difficultés économiques. Je ne m'explique pas cette situation. Notre football n'est-il pas sous-évalué ?Le montant que nous avons reçu tient la route par rapport aux négociations. En raison de problèmes juridiques, Telenet n'a pas pu soumettre d'offres et Belgacom était le seul intéressé. Si je tiens compte de cet aspect et de la crise actuelle, la somme déboursée par l'opérateur (45 millions par an) me satisfait. A combien estimez-vous la valeur réelle de notre football ? Il y a un potentiel de 60 millions d'euros que nous aurions pu atteindre si la concurrence avait pu faire valoir ses droits. La Ligue Pro a vendu les droits du football belge à l'étranger pour 400.000 euros. C'est une paille, non ?C'était un marché que nous ne pouvions pas laisser passer. Cette vente va nous permettre de savoir si le foot belge est apprécié à l'étranger. Pour que cette somme augmente, l'attractivité de notre championnat doit être renforcée. C'est là qu'interviennent la réforme et les matches joués durant la trêve. Le mois prochain, une réunion sera organisée pour inclure dans les conditions de la Licence Pro l'obligation pour les clubs de disposer d'un terrain chauffé et d'un éclairage adapté. Tous les dirigeants sont d'accord. Bien entendu, nous laisserons un temps d'adaptation aux formations venant de la D2, comme nous l'avons fait avec Tubize. La réforme est de plus en plus discutée au sein des clubs (joueurs, médecins,...) mais Belgacom a annoncé qu'il ne négocierait pas. Les dés sont donc jetés ?Même si la discussion est close pour Belgacom, deux modalités vont être débattues. Je pense qu'on inclura une trêve du 30 décembre à la mi-janvier pour permettre aux joueurs de se reposer. Puis, nous devons encore discuter de l'organisation des playoffs pour les clubs classés de la 7e à la 14e place. Pour le reste, la machine est en marche.