" Nous sommes athlétiques mais nous devons faire mieux ballon au pied ", a déclaré Michael O'Neill, le sélectionneur nord-irlandais, en poste depuis 2011. Il a qualifié son équipe pour l'EURO français, une première, et a même franchi le premier tour avant de se heurter contre le Pays de Galles. Il s'est incliné contre la Suisse en barrages pour le Mondial russe. L'équipe est ...

" Nous sommes athlétiques mais nous devons faire mieux ballon au pied ", a déclaré Michael O'Neill, le sélectionneur nord-irlandais, en poste depuis 2011. Il a qualifié son équipe pour l'EURO français, une première, et a même franchi le premier tour avant de se heurter contre le Pays de Galles. Il s'est incliné contre la Suisse en barrages pour le Mondial russe. L'équipe est costaude, physique, mais trouve difficilement le chemin des filets. Quatre buts seulement en quatre matches contre l'Autriche et la Bosnie en Ligue des Nations et une relégation en Ligue C. L'Irlande reste en course pour l'EURO. Versée dans une poule qui comporte aussi l'Allemagne et les Pays-Bas, elle a gagné à domicile comme en déplacement face à la Biélorussie et l'Estonie. Elle affronte maintenant les ténors. Contre l'Allemagne, son bilan a été maigre : 26% de possession, quatre tirs au but dont un seul cadré et une défaite logique 0-2. Sa qualification dépend de ses résultats contre les Pays-Bas, à l'extérieur le 10 octobre et sur ses terres le 16 novembre, avant un dernier match en Allemagne. Se produire au Windsor Park, à Belfast, est toujours synonyme de politique. En mars, Niall McGinn (Aberdeen) a ouvert la marque contre l'Estonie mais ensuite, il a davantage parlé aux journalistes de l'horreur que lui inspirait le meurtre de trois adolescents près de Tyrone, son quartier, le jour de la Saint-Patrick, que de son but. McGinn est catholique. Il y a huit ans, quand il jouait pour le Celtic, des fans nord-irlandais lui ont envoyé une balle par courrier. La police a intercepté la lettre. Pendant les matches, les supporters nord-irlandais chantent toujours We hate Catholics. L' Irish Times s'est d'ailleurs demandé, en mars, si l'équipe nord-irlandaise était un symbole politique ou une équipe sportive et, si les fans préféraient la première option, quelle était la place des catholiques.