Entre les deux clubs, il n'y a qu'un pont (le Kessock Bridge) et quelques kilomètres de séparation. C'est tout. Sur la carte, c'est tout là-haut. Tellement au nord que les Anglais n'ont jamais imaginé qu'on pouvait jouer au football entre lochs (lacs) et bens (montagnes). Les Ecossais non plus d'ailleurs. Longtemps, on a cantonné les Highlanders, les habitants de ces vertes contrées reculées, aux Highland Games, ces Jeux olympiques un peu bizarres où le lancer du tronc sert de discipline-phare.
...

Entre les deux clubs, il n'y a qu'un pont (le Kessock Bridge) et quelques kilomètres de séparation. C'est tout. Sur la carte, c'est tout là-haut. Tellement au nord que les Anglais n'ont jamais imaginé qu'on pouvait jouer au football entre lochs (lacs) et bens (montagnes). Les Ecossais non plus d'ailleurs. Longtemps, on a cantonné les Highlanders, les habitants de ces vertes contrées reculées, aux Highland Games, ces Jeux olympiques un peu bizarres où le lancer du tronc sert de discipline-phare. Pourtant, depuis 2012 (il s'agit de la deuxième saison donc), l'élite écossaise, la Scottish Premier League, accueille un nouveau derby. En remplacement de ceux de Glasgow mis en veilleuse depuis la liquidation des Rangers, et de Dundee, disparus en même temps que la rétrogradation du Dundee FC. A côté du derby d'Edimbourg entre Hibernian et Hearts a donc pris place le derby des Highlands. Une gageure si on considère que les clubs de cette région ont quitté leur ligue spécifique pour intégrer la ligue professionnelle en 1994 et commencer donc à l'échelon le plus bas (la quatrième division). Dix-huit ans plus tard, voilà donc le premier derby des Highlands au plus haut niveau. D'un côté Inverness Caledonian Thistle, issu de la fusion des deux clubs d'Inverness en 1994, présent en SPL depuis 2010 (après un bref passage en 2004) et qui occupe, cette saison, le fauteuil de dauphin de l'intouchable Celtic. De l'autre, le petit nouveau, Ross County, le club de la ville de Dingwall, arrivé presque par accident en SPL en 2012 et qui a réussi à se maintenir pour sa première saison. Cette année, les Staggies (le blason de Ross County arbore les bois d'un cerf) comptent encore 14 points d'avance sur Hearts qui a écopé d'une pénalité de 15 points en début de saison. L'arrivée d'un derby de nulle part a donc plongé cette région peu habitée dans une certaine agitation. Les rencontres entre les deux clubs bénéficient de davantage de supporters (même si on ne parle que de 7.000 spectateurs) et dans toute l'Ecosse, on évoque cette étrangeté sympathique. A tel point que ce derby s'est déjà trouvé quelques références. On parle du derby le plus au nord du Royaume-Uni, voire du ColdFirm, en référence au OldFirm, le derby séculaire opposant Rangers et Celtic. Dans cette région, on aime manier l'ironie. La dernière preuve en date : le dernier derby a été postposé à cause d'une panne de courant. Or, savez-vous comment s'appelle le stade de Ross County ? Le Global Energy Stadium... On est bien obligé d'en rire. Lorsque Dundee et les Rangers auront retrouvé leur rang, il y a fort à parier que le petit club de Ross County replongera en division inférieure. Victoria Park vivra alors de souvenirs, comme cette finale de Coupe d'Ecosse 2010, entre Dundee United et Ross County, suivie par 17.000 supporters des Highlands. PAR STÉPHANE VANDE VELDE