1. Henin

Depuis sa Joyeuse Entrée sur le circuit, mi-février, au tournoi de Paris, Justine Henin s'est jouée de toutes ses rivales. Elle n'a connu que quatre défaites en 13 tournois. Ses neufs titres concrétisent son hégémonie. " Justine continue à évoluer, humainement et en tennis ", affirme son coach, Carlos Rodriguez. " Elle se connaît beaucoup mieux. Elle est plus fraîche sur le court, plus fine tacticienne. Elle man£uvre mieux ses adversaires et peut ainsi réserver son énergie aux moments cruciaux ". Elle a remporté 20 simples d'affilée et aborde le championnat du monde officieux avec l'étiquette de favorite. Nul ne doute qu'elle parviendra à reconduire le titre acquis l'année dernière à Pabéllon de Cristal, à Madrid. Mais que valent actuellement ses rivales ?
...

Depuis sa Joyeuse Entrée sur le circuit, mi-février, au tournoi de Paris, Justine Henin s'est jouée de toutes ses rivales. Elle n'a connu que quatre défaites en 13 tournois. Ses neufs titres concrétisent son hégémonie. " Justine continue à évoluer, humainement et en tennis ", affirme son coach, Carlos Rodriguez. " Elle se connaît beaucoup mieux. Elle est plus fraîche sur le court, plus fine tacticienne. Elle man£uvre mieux ses adversaires et peut ainsi réserver son énergie aux moments cruciaux ". Elle a remporté 20 simples d'affilée et aborde le championnat du monde officieux avec l'étiquette de favorite. Nul ne doute qu'elle parviendra à reconduire le titre acquis l'année dernière à Pabéllon de Cristal, à Madrid. Mais que valent actuellement ses rivales ? L'air de rien, ce tank russe de 22 ans a atteint le meilleur classement de sa carrière cette année. Kuzzy est une des quatre joueuses à avoir infligé une défaite à Henin, au tournoi Tier I de Berlin. En 2007, Svetlana Kuznetsova n'a gagné qu'un titre, fin août, à New Haven, mais elle s'est qualifiée pour cinq finales. Sa régularité l'a propulsée à la deuxième place mondiale. Techniquement, elle n'a guère changé. Elle continue à miser sur ses dures frappes et sur sa polyvalence. Lors de son dernier tournoi en date, à Zurich, elle a dû abandonner au deuxième tour, à cause d'une blessure. On ignore donc quelle sera sa forme au moment de retourner à Madrid, alors que c'est précisément son problème majeur. La saison dernière, elle avait sombré dans les poules des Masters, sans la moindre gloire. Jelena Jankovic constitue une révélation pour le grand public. Elle a conquis le monde par sa personnalité haute en couleurs et la qualité de son jeu. Elle n'a négligé aucun tournoi, afin de monnayer sa célébrité toute neuve et a disputé pas moins de 27 tournois pour arriver au chiffre hallucinant de 94 matches. Elle a pris part à huit finales, dont elle a remporté la moitié. La Serbe est sans conteste la deuxième meilleure joueuse de l'année. Reste à voir si elle aura encore suffisamment de réserves pour être performante à la Madrid Arena. Lors de ses deux derniers tournois, elle a été éliminée au troisième tour. C'est aussi la première fois qu'elle est sélectionnée pour les Masters. Ana Ivanovic possédait déjà un bon service et un excellent coup droit mais elle manquait de confiance et son jeu de jambes était lacunaire. Jusqu'à cette année. Trois victoires en tournoi, la finale à Roland Garros et la demi-finale à Wimbledon récompensent son labeur. La Serbe vient de fêter ses 20 ans. Elle a appris à jouer au tennis dans une... piscine abandonnée, sur fond de bombardements de l'OTAN. La guerre n'a pas entamé sa spontanéité ni son innocence, même si elle s'est déjà défaite d'un brin de naïveté au profit d'une saine ambition. Dans cette optique, sa première aux Masters va être suivie avec attention. Elle semblait quelque peu fatiguée aux tournois de Stuttgart et de Zurich. 2007 est l'année du revirement pour celle qui a gagné huit tournois du Grand Chelem. Numéro 94 à l'entame de la saison, elle a balayé tous les doutes qui l'entouraient à l'Open d'Australie. Serena Williams a poursuivi son élan à Miami en battant Henin, avant de subir un coup d'arrêt. Notre compatriote l'a éliminée en quarts de finale lors des trois tournois suivants du Grand Chelem. Ce n'est pas un déshonneur mais cela doit avoir titillé l'orgueil de l'ancienne numéro un. L'Américaine a retrouvé le Top10 mais elle ne domine plus le circuit comme dans le passé. En quête de rachat, elle a disputé la tournée européenne d'hiver pour la première fois depuis longtemps. Elle n'en a pas retiré grand-chose, hormis une finale à Moscou. Pire même, elle s'est blessée trois fois de suite en tournoi. On peut s'interroger sur la forme qu'elle détiendra à Madrid. La sirène sibérienne Maria Sharapova reste sur une année pénible. Une blessure à l'épaule n'a cessé de la contrarier. Elle n'a donc pas obtenu de résultats. Cette année, elle n'a gagné qu'un titre, à San Diego. Elle a subi maintes déceptions, comme la raclée reçue des £uvres de Williams à l'Open d'Australie. La Russe de 20 ans a stagné techniquement. Elle s'est focalisée sur son mouvement de service, qui était à l'origine de son problème d'épaule, mais au détriment d'autres aspects. Elle s'est inclinée au premier tour du tournoi de Moscou, son dernier en date, face à la Belarus ViktoriaAzarenka. Masha est une outsider à Madrid. La saison dernière, elle y a été vaincue en demi-finales par une Justine au mieux de sa forme. Une des révélations de la saison. La Moscovite se rapproche à toute allure du Top 5 mondial, avec un tennis qui rappelle très fort celui de Martina Hingis. Elle use de sa technique pour pousser son adversaire à la faute. Anna Chakvetadze manque cependant un peu de puissance et d'explosivité. Elle doit aussi améliorer son service si elle veut faire mal aux meilleures joueuses du circuit. On en veut pour preuve ses défaites en quarts de finale à l'Open d'Australie et à Roland Garros ainsi qu'en demi-finale de l'US Open, contre Kuznetsova. La jeune fille s'est quand même adjugé quatre tournois. Cette passionnée de football a peiné en fin de saison. Lors de ses quatre derniers tournois, elle ne s'est imposée qu'à deux reprises. Elle ne rejoint pas Madrid avec un moral au zénith. La surprise de la saison, Daniela Hantuchova ne s'est pas encore défaite de l'étiquette d'éternel espoir mais elle s'est magistralement hissée parmi ce Top 8. La Slovaque a obtenu sa qualification en remportant le tournoi de Linz, ce qui constitue sa deuxième victoire en 2007, après sa superbe prestation à Indian Wells. C'est une spécialiste de la salle. Son jeu plat et ses reprises puissantes peuvent faire mal à ses adversaires. Elle manque cependant d'explosivité, de résistance et de polyvalence tactique. Elle a mérité sa qualification pour Madrid même si elle la doit surtout au forfait tardif de VenusWilliams. par filip dewulf