Au niveau international, vous marquez très régulièrement mais comme joueur de club, vous avez la réputation de rater beaucoup d'occasions. Est-ce correct ?

Je ne demande pas mieux que de concrétiser chaque occasion reçue, évidemment, mais c'est impossible. Sinon, je serais le meilleur footballeur de tous les temps.

On vous surnomme quand même le nouveau Hristo Stoichkov ?

Je considère que c'est un grand honneur. Stoichkov est une idole, une icône du football bulgare. Il est symbole de succès dans mon pays. Parfois, il était un peu fou mais son nom restera lié aux meilleures prestations de l'équipe nationale de Bulgarie. Honnêtement, je ne pense pas pouvoir lui être comparé. Je suis un avant-centre alors qu'à sa meilleure époque, Stoichkov évoluait à gauche.

En 1994, la Bulgarie a atteint les demi-finales du Mondial. En conservez-vous des souvenirs personnels ?

J'avais 13 ans. A la maison, à Blagoevgrad, j'ai regardé tous les matches de la Bulgarie aux Etats-Unis. Les rues de notre village ne manquaient pas d'ambiance. Quelle joie ! C'était incroyable ! Tout le pays a fait la fête quand nous avons battu l'Allemagne, en quarts de finale. Il faut dire qu'en plus nous y avions mis la manière.

Qui sont les favoris de l'EURO 2004 ?

Ce sera une compétition très ouverte. La France, l'Italie, l'Espagne, les Pays-Bas, le Portugal, l'Angleterre et la Tchéquie émergent peut-être du lot.

Quelle équipe est-elle susceptible de devenir la révélation du tournoi ?

La Bulgarie, j'espère.

Que pensez-vous du groupe C ?

L'Italie est la grande favorite, avec des joueurs comme Christian Vieri, Alessandro Nesta et Francesco Totti. La Suède, le Danemark et nous-mêmes lutterons pour la deuxième place et je pense que nous avons de bonnes chances de l'arracher. Nous avons engrangé beaucoup de confiance pendant les éliminatoires et je suis convaincu que nous pouvons créer la surprise.

Quels sont les principaux atouts de la Bulgarie ?

Son esprit d'équipe. Nous formons un bon collectif, très bien soudé. Nous sommes toujours heureux de nous revoir à l'occasion des matches internationaux. Nous formons une grande famille. Nous sommes toujours prêts à travailler les uns pour les autres et nous ne nous décourageons pas facilement, en aucune circonstance. Quel que soit le déroulement d'un match, nous nous donnons à fond jusqu'à son terme. En plus, nous avons une génération de jeunes footballeurs talentueux. Ils sont susceptibles de progresser, car ils sont encore très verts. Je pense à Stilian Petrov, Martin Petrov, Georgi Peev et Velizar Dimitrov. La Bulgarie est sans doute une petite nation mais elle recèle quantité d'excellents footballeurs. Elle a une véritable tradition en matière de football.

Je ne demande pas mieux que de concrétiser chaque occasion reçue, évidemment, mais c'est impossible. Sinon, je serais le meilleur footballeur de tous les temps. Je considère que c'est un grand honneur. Stoichkov est une idole, une icône du football bulgare. Il est symbole de succès dans mon pays. Parfois, il était un peu fou mais son nom restera lié aux meilleures prestations de l'équipe nationale de Bulgarie. Honnêtement, je ne pense pas pouvoir lui être comparé. Je suis un avant-centre alors qu'à sa meilleure époque, Stoichkov évoluait à gauche. J'avais 13 ans. A la maison, à Blagoevgrad, j'ai regardé tous les matches de la Bulgarie aux Etats-Unis. Les rues de notre village ne manquaient pas d'ambiance. Quelle joie ! C'était incroyable ! Tout le pays a fait la fête quand nous avons battu l'Allemagne, en quarts de finale. Il faut dire qu'en plus nous y avions mis la manière. Ce sera une compétition très ouverte. La France, l'Italie, l'Espagne, les Pays-Bas, le Portugal, l'Angleterre et la Tchéquie émergent peut-être du lot. La Bulgarie, j'espère. L'Italie est la grande favorite, avec des joueurs comme Christian Vieri, Alessandro Nesta et Francesco Totti. La Suède, le Danemark et nous-mêmes lutterons pour la deuxième place et je pense que nous avons de bonnes chances de l'arracher. Nous avons engrangé beaucoup de confiance pendant les éliminatoires et je suis convaincu que nous pouvons créer la surprise. Son esprit d'équipe. Nous formons un bon collectif, très bien soudé. Nous sommes toujours heureux de nous revoir à l'occasion des matches internationaux. Nous formons une grande famille. Nous sommes toujours prêts à travailler les uns pour les autres et nous ne nous décourageons pas facilement, en aucune circonstance. Quel que soit le déroulement d'un match, nous nous donnons à fond jusqu'à son terme. En plus, nous avons une génération de jeunes footballeurs talentueux. Ils sont susceptibles de progresser, car ils sont encore très verts. Je pense à Stilian Petrov, Martin Petrov, Georgi Peev et Velizar Dimitrov. La Bulgarie est sans doute une petite nation mais elle recèle quantité d'excellents footballeurs. Elle a une véritable tradition en matière de football.