Jamais le Cannibale de Baal n'a eu autant de tours pour se préparer à sa victoire en Championnat de Belgique que dimanche dernier. Pourtant, jamais Sven Nys n'a été aussi ému. En l'espace de quelques heures, il est passé par tous les sentiments, d'une profonde déception parce qu'un blocage du dos risquait de l'empêcher de prendre le départ à la joie profonde de la victoire.
...

Jamais le Cannibale de Baal n'a eu autant de tours pour se préparer à sa victoire en Championnat de Belgique que dimanche dernier. Pourtant, jamais Sven Nys n'a été aussi ému. En l'espace de quelques heures, il est passé par tous les sentiments, d'une profonde déception parce qu'un blocage du dos risquait de l'empêcher de prendre le départ à la joie profonde de la victoire. A l'arrivée, ses larmes ont trahi la place qu'occupe sa profession dans sa vie. Nys semblait avoir tout vécu, tout gagné durant les 14 années de sa carrière. Il n'avait plus rien à prouver. " Qu'il soit champion de Belgique sept ou huit fois ne changera rien à la réussite de sa carrière ", a déclaré son entraîneur, Paul Van Den Bosch, en préambule à la saison de cyclocross. Mais Nys est insatiable. Le Brabançon vit et dort pour son sport. Il a l'intention de continuer à rouler jusqu'au terme de l'hiver 2013-2014. A 35 ans, à l'automne de sa carrière, le leader du Landbouwkrediet-KDL reste un modèle de motivation et continue à dominer ses concurrents. Il est attentif aux moindres détails. Ainsi, s'il doit patienter trois heures à l'aéroport de Barcelone, de retour de Majorque où il a effectué sa préparation au Championnat de Belgique, sa première pensée est : " Comment puis-je reposer mes jambes ? "Le huitième maillot tricolore de Nys est aussi celui de l'équipe qu'il a bâtie autour de lui ces dernières années. Dimanche, il a enlacé ses partenaires un par un, de son directeur d'équipe à son sponsor, sachant parfaitement que sans son entourage, il n'aurait même pas pris le départ du championnat. L'équipe Nys est une équipage bien rodé, capable de renverser en peu de temps des situations qui paraissent sans issue. Là aussi, Nys a introduit le professionnalisme. Contrairement au Mondial qui s'était déroulé il y a cinq ans sur le même parcours, le National de Hooglede-Gits a été très prévisible. Dans chaque catégorie, le favori s'est imposé : Daan Soete en Juniors, Wietse Bosmans en Espoirs, Sanne Cant chez les dames. Dans un Mondial, c'est plutôt l'inverse : le grandissime favori s'impose rarement. Cette pensée ne doit pas être un réconfort pour le deuxième de dimanche, Niels Albert. Le spécialiste du sable reste le principal favori des spécialistes pour le Mondial de Coxyde, le 29 janvier, d'autant que d'ici là, il ne doit plus se soucier de la Coupe du Monde, contrairement à Nys et à Kevin Pauwels. Bien qu'Albert ait été plutôt bref à ce sujet durant sa conférence de presse, dimanche, le Mondial est son unique chance de sauver sa saison. La position de Nys ne peut que le faire rêver... BENEDICT VANCLOOSTER