145 buts en 64 rencontres... mais en 65,3x90' puisqu'il y eut 4 demi-heures de prolongations ! Ainsi a-t-on marqué 2,21 buts par match, c'est équivalent à l'édition 2002 (147) et ce n'est pas gras : disons que c'est une moyenne basse, pour un sport oscillant autour de 2,5 depuis un demi-siècle. Mais comment les a-t-on marqués, ces 145 buts ? Petit décorticage sous forme de jeu en 12 questions, qui vous permettront aussi de savoir si vous avez survolé ce Mondial ou si vous l'avez ausculté...
...

145 buts en 64 rencontres... mais en 65,3x90' puisqu'il y eut 4 demi-heures de prolongations ! Ainsi a-t-on marqué 2,21 buts par match, c'est équivalent à l'édition 2002 (147) et ce n'est pas gras : disons que c'est une moyenne basse, pour un sport oscillant autour de 2,5 depuis un demi-siècle. Mais comment les a-t-on marqués, ces 145 buts ? Petit décorticage sous forme de jeu en 12 questions, qui vous permettront aussi de savoir si vous avez survolé ce Mondial ou si vous l'avez ausculté... 1 15 penalties sifflés, soit même pas un tous les quatre matches, nos surfaces de réparations sont peuplées de petits anges à crampons ! De petits anges d'ailleurs moins adroits qu'on croit, vu que 5 de ces 15 pénos n'ont pas été convertis : mais qui a commis le premier loupé ? 2 Les Espagnols restent les rois du monde pour combiner collectivement dans des espaces restreints, et le une-deux reste pour cela un outil primordial. Durant ce Mondial toutefois, un seul but (pas forcément espagnol) fut inscrit sur un véritable une-deux entre le buteur et un comparse : vous vous rappelez le buteur ? 3 5 buts de volée seulement, la reprise d'anthologie est désormais denrée rare, et celle de Diego Forlán contre l'Allemagne est la plus belle de 2010 : loin devant Jermaine Defoe du tibia face aux Slovènes, Liedson à bout portant après fausse-queue nord-coréenne, et deux plats du pied plus propres qu'impressionnants : celui de Miroslav Klose face à l'Argentine,... mais l'autre ? 4 5 buts ont été inscrits sur coup franc direct, mais ce fut surtout le fait de frappes très désaxées et fort éloignées du grand rectangle. En fait, un seul coup franc a fait bingo en évitant un mur de cinq hommes, plutôt axial et classique : qui a inscrit ce but ? 5 Plus de 600 coups de coin, et 9 au bout du compte qui se transforment en but, dont 6 de la tête,... mais 3 seulement d'un vrai coup de boule avec propulsion, direct et imparable : vous vous souvenez de Gabi Heinze et de Carles Puyol, qui fut le troisième ? 6 145 buts, mais aussi 38 balles sur le cadre du but (sans compter les 5 mises au fond par un partenaire ayant suivi) : ça ferait 26 % de buts en plus si l'on daignait agrandir les buts d'un ballon... et ne croyez pas que ça supprimerait l'émotion des frappes sur poteaux ou transversale ! Mais qui fut le malheureux qui percuta l'encadrement à 3 reprises durant ce Mondial ? 7 Seulement 2 beaux lobs bien propres au cours de ce Mondial, et lors du même match. Mais qui furent les deux lobeurs ? 6 6 frappes victorieuses furent un tant soit peu déviées par l'adversaire, mais il n'y eut que 2 vrais auto-buts. Le premier fut commis par Park-Chu-Young sur coup franc de Lionel Messi. Le second fut bizarre parce que double : successivement dévié par deux défenseurs : lesquels ? 9 Plus de 2.700 rentrées en touche : mais une seule peut être qualifiée d'assist, puisque le gars ayant reçu la dite rentrée s'en va planter un but : de qui s'agissait-il ? 10 93 buts en une seule touche de balle, 25 buts en 2 touches... et très peu au-delà de 4 touches, c'est dire que les grands slaloms ponctués victorieusement deviennent rarissimes ! N'empêche qu'il y en eut un de 11 touches de balle, frappe victorieuse incluse : par qui ? 11 Plus d'un quart des buts inscrits découlent d'une phase de jeu aérienne, et 26 de ceux-ci ont été inscrits de la tête. Mais les têtes d'or ne furent pas légion, un seul joueur ayant réussi à planter deux headings ! Qui ? 12 A l'arrêt et en mouvement, 26 frappes furent victorieuses depuis l'extérieur du grand rectangle : mais quel joueur a réussi 3 fois l'exploit ? 1 PODOLSKI contre Serbie 2 VAN PERSIE s'appuie sur Van der Vaart contre Cameroun 3 KALOU contre Corée du Nord 4 ENDO contre Danemark 5 JUAN contre Chili 6 GYAN deux fois contre Serbie, et contre Uruguay 7 KOPUNEK et QUAGLIARELLA lors de Slovaquie-Italie 8 S. POULSEN et AGGER contre Pays-Bas 9 KOPUNEK contre Italie 10 VILLA contre Honduras 11 HIGUAIN deux fois contre Corée du Sud 12 FORLAN contre Afrique du Sud, Ghana et Pays-Baspar bernard jeunejean