ANALYSE POINTS FORTS

Tout est parfaitement au point: le matériel, les entraîneurs, l'encadrement et les coureurs. Les réserves des réserves des coureurs qui ratent de peu la sélection pour le Tour seraient leaders dans n'importe quelle autre équipe. Le cyclisme est toujours discret quant à ses budgets, mais la livre britannique pèse lourd: seules quelques formations jouissent de la moitié du budget du puissant INEOS. En 2021, on s'est moqué de sa saison soi-disant faible mais n'est-ce pas un terme relatif quand on s'adjuge le Giro, le Dauphiné ainsi que les Tours de Catalogne, de Suisse et d...

Tout est parfaitement au point: le matériel, les entraîneurs, l'encadrement et les coureurs. Les réserves des réserves des coureurs qui ratent de peu la sélection pour le Tour seraient leaders dans n'importe quelle autre équipe. Le cyclisme est toujours discret quant à ses budgets, mais la livre britannique pèse lourd: seules quelques formations jouissent de la moitié du budget du puissant INEOS. En 2021, on s'est moqué de sa saison soi-disant faible mais n'est-ce pas un terme relatif quand on s'adjuge le Giro, le Dauphiné ainsi que les Tours de Catalogne, de Suisse et de Romandie, en plus de l'or olympique? Kim Heiduk est fait pour les classiques, mais son sprint est tellement bon qu'il pourrait se recycler dans cette discipline. L'équipe du printemps est moins dense que celle des grands tours. Des occasions vont donc se présenter à Heiduk, même si Tom Pidcock est prioritaire. La deuxième place de Carlos Rodriguez au Tour de l'Avenir a constitué une déception. Vous connaissez sans doute déjà Ethan Hayter, qui a récolté neuf victoires l'année dernière! Cette saison, il délaisse le calendrier secondaire au profit des grands rendez-vous. Une équipe du Tour composée de cinq coureurs tous capables de figurer parmi les cinq premiers, mais qui ne gagne rien... Ce fut la faillite du système INEOS. Tim Kerrison, le coach tant vanté, a été limogé. Pourquoi cela irait-il mieux cette année? Pour la première fois, la campagne de transferts de l'équipe n'a pas été impressionnante. Egan Bernal a lourdement percuté un bus en stationnement et va devoir endurer une longue revalidation. Même en pleine possession de ses moyens, il n'est pas de taille contre Tadej Pogacar. Il faudrait également demander à Elia Viviani pourquoi il réintègre une équipe qui s'intéresse aussi peu au sprint. Le podcast de Geraint Thomas lève le voile sur la cuisine interne d'INEOS: l'équipe ne veut plus former de train, afin de ne pas aider Pogacar. Elle va attaquer de loin, en s'appuyant sur des chefs de file dangereux. Thomas n'était initialement pas l'arme principale prévue pour le Tour. Compte tenu de l'absence de Bernal, le Britannique devient le plan A. Ou bien faudra-t-il déforcer l'équipe du Giro, qui semblait très solide avec Richard Carapaz, Richie Porte, Tao Geoghegan Hart et Viviani? Filippo Ganna réserve son moteur pour Milan-Sanremo, Paris-Roubaix et le jaune dans la première étape du Tour. Il va également s'attaquer au record du monde de l'heure. Omar Fraile (Astana - Premier Tech), Kim Heiduk (Espoir), Lucas Plapp (Espoir), Magnus Sheffield (Rally Cycling), Ben Tulett (Alpecin-Fenix), Ben Turner (Espoir), Elia Viviani (Cofidis) Leonardo Basso (Astana Qazaqstan Team), Rohan Dennis (Jumbo-Visma), Owain Doull (EF Education - EasyPost), Michal Golas (arrêt), Sebastián Henao (Astana Qazaqstan Team), Gianni Moscon (Astana Qazaqstan Team), Iván Sosa (Movistar Team)