Le premier dossier de la Commission d'éthique de la Ligue pro concerne la plainte de Charleroi contre le Cercle Bruges. Le Sporting a présenté une lettre du managing directorYvan Vandamme et une copie d'une page du télétexte de la VRT. La lettre recommandée du 13 janvier spécifie que le Cercle avait décidé, suite aux incidents du match aller, de n'organiser aucune réception commune au terme de Cercle-Charleroi, tout en réservant une table aux administrateurs de Charleroi avant, pendant et après le match, dans l'enceinte des log...

Le premier dossier de la Commission d'éthique de la Ligue pro concerne la plainte de Charleroi contre le Cercle Bruges. Le Sporting a présenté une lettre du managing directorYvan Vandamme et une copie d'une page du télétexte de la VRT. La lettre recommandée du 13 janvier spécifie que le Cercle avait décidé, suite aux incidents du match aller, de n'organiser aucune réception commune au terme de Cercle-Charleroi, tout en réservant une table aux administrateurs de Charleroi avant, pendant et après le match, dans l'enceinte des loges. Sur la page 413 du télétexte du 22 février, Pol Van Den Driessche, le porte-parole du Cercle, déclarait que la direction de Charleroi ne serait pas reçue de bon c£ur dans le cadre du match opposant les deux clubs le 24 février. Rappel : au terme de Charleroi-Cercle (0-4) du 12 septembre 2009, des incidents avaient eu lieu dans le tunnel des joueurs. Le Cercle avait déposé plainte pour " menaces et insultes ", Charleroi avait fait de même pour " provocations ". Le rapport arbitral signale notamment que des joueurs de Charleroi avaient tenté d'envahir le vestiaire du Cercle et que Mogi Bayat, dans tous ses états, avait échappé à un steward et voulait s'en prendre à Glen De Boeck, auquel il aurait dit qu'il savait désormais pourquoi Anderlecht l'avait renvoyé, parce qu'il était une crapule. Le Comité sportif avait infligé une sanction conditionnelle à Charleroi : si des problèmes se posaient encore avant le 30 juin 2010 à domicile, il devrait jouer à guichets fermés. La semaine dernière, la Commission d'éthique a fait savoir aux clubs concernés qu'elle constatait l'absence d'un règlement quant à l'accueil des délégations des clubs adverses et n'était pas qualifiée pour réglementer cet aspect. En l'absence de consigne de l'UB ou de la Ligue pro, chaque club est donc libre de déterminer lui-même comment il reçoit l'équipe visiteuse. La commission n'en estime pas moins que les clubs doivent se traiter avec respect, courtoisie et fair-play et se montrer accueillants à l'égard du club visiteur. Dans ce contexte, elle juge qu'un signal positif pourrait être adressé au monde extérieur si les présidents des deux clubs s'installaient côte à côte dans la tribune, comme cela se fait en championnat d'Espagne. Elle estime indispensable que le conseil d'administration de la Ligue pro instaure un règlement pour l'accueil de l'équipe visiteuse (parking, billetterie, réception, etc.). Rappelons que la Commission d'éthique agit " quand il est question de comportements ou de déclarations qui jettent le discrédit sur le football professionnel et lui confèrent une image négative ou qui compromettent les relations entre les clubs, comme un comportement contrevenant à la convivialité, à la politesse... "christian vandenabeele"Les clubs doivent se traiter avec respect, courtoisie et fair-play. "