AntoninoImborgia reste très amer sur la manière dont il a été évincé d'Eupen. Tenu par contrat de garder le silence sur l'accord qu'il a signé avec le club, il a soigneusement évité la presse jusqu'ici. Son entourage est persuadé qu'il a été victime d'un putsch de la part de l'ancienne direction. Sans le nommer, il vise Ralph Lentz, qui a quitté la vice-présidence avant de revenir avec de nouveaux investisseurs : " Ce que je peux vous dire c'est que je ne voulais pas quitter le club. Je ne me suis disputé avec personne. Si Eupen a eu une forte présence italienne, il n'a jamais perdu son caractère belge. Voilà pourquoi la candidature de Lentz ne m'a pas surpris. Comme il n'y avait plus de feeling avec ces personnes et que, ...

AntoninoImborgia reste très amer sur la manière dont il a été évincé d'Eupen. Tenu par contrat de garder le silence sur l'accord qu'il a signé avec le club, il a soigneusement évité la presse jusqu'ici. Son entourage est persuadé qu'il a été victime d'un putsch de la part de l'ancienne direction. Sans le nommer, il vise Ralph Lentz, qui a quitté la vice-présidence avant de revenir avec de nouveaux investisseurs : " Ce que je peux vous dire c'est que je ne voulais pas quitter le club. Je ne me suis disputé avec personne. Si Eupen a eu une forte présence italienne, il n'a jamais perdu son caractère belge. Voilà pourquoi la candidature de Lentz ne m'a pas surpris. Comme il n'y avait plus de feeling avec ces personnes et que, manifestement, je n'étais plus le bienvenu, j'ai pris acte de cette volonté de séparation. Et je suis parti comme je suis arrivé, sans faire de bruit. J'ai demandé à Me Laurent Denis de me représenter et Manfred Theissen, qui avait déjà annoncé son départ, a participé aux discussions. Je n'ai pas eu le moindre contact avec les nouveaux repreneurs. Je n'ai jamais rencontré Ingo Klein. Je ne sais même pas s'il est belge ou allemand. J'ai accepté la clause me demandant de ne pas faire de déclarations parce que je n'aime pas les polémiques inutiles. " Il faut dire que notamment tous les recours devant les tribunaux ont fait fameusement désordre. " Qu'on arrête de me mettre tout cela sur le dos. Je ne connais pas sur le bout des doigts les règlements de l'Union belge sur l'affiliation et la qualification des joueurs. Tous les recours ont été gérés par Manfred Teissen et le conseil de Lentz. Ils m'ont tenu au courant mais je n'étais en mesure de leur indiquer la voie à suivre. "L'absence d'Imborgia pendant les play-offs (il était sans doute déjà en train de quitter le club...) a certainement joué sur la liquéfaction de l'équipe sur le terrain. Imborgia : " En revanche, c'est bien moi qui ai remercié Albert Cartier. C'est sur les indications d'autres personnes que je l'ai chargé de la gestion complète de l'équipe. Son limogeage après deux matches de PO3 ne s'explique pas uniquement par une absence de résultats. Selon les personnes de confiance suivant le club au quotidien, il avait perdu le contrôle du groupe. En tant que responsable, j'ai pris la décision qui s'imposait. " L'investisseur italien est aussi très déçu de l'image ternie que l'on veut véhiculer à son égard. Loin de s'être rempli les poches, il aurait perdu beaucoup d'argent dans l'aventure : " Vous savez j'en avais aussi marre de ces personnes qui n'arrêtaient pas de répéter : -Imborgia est un mafieux, Imborgia blanchit l'argent de la Mafia. Je ne pouvais quand même pas toutes les traîner devant les tribunaux. C'est avec mon argent que j'ai travaillé à Eupen, qui est devenu un club avec un stade alors que, jusque-là, c'était le Sahara. Au départ, nous aurions dû reprendre l'AS à deux mais, Alessandro Beltrami, a renoncé. Au lieu de laisser tomber, je me suis lancé un défi à moi-même. Il s'en est fallu de peu pour que cela marche. Finalement, j'ai perdu pas mal d'argent dans cette affaire. " Imborgia ne tient pas à indiquer un montant. Sans doute parce qu'il n'aurait pas perçu un euro dans la revente de joueurs qu'il avait amenés. Tout l'argent récolté par les transferts a gonflé les caisses du club, cela faisait partie d'un accord avec la ville lorsque celle-ci est intervenue financièrement pour agrandir le stade. Entre-temps, Imborgia s'est casé à Parme. Il fait partie du département technique où il est en charge des relations avec l'étranger. En clair, il est appelé à revenir en Belgique... " On pourrait très bien imaginer un match de gala entre Eupen et Parme en cas de remontée en D1 ", lance-t-il avec une pointe d'ironie.