1. Les supporters de Malines ont dopé l'assistance moyenne

10.732. Jusqu'à la 29e journée, c'est le nombre moyen de personnes présentes dans les tribunes, pendant les 232 matches de championnat régulier, soit 85.857 amateurs de football par week-end. C'est 6% de plus que durant les trente journées du championnat régulier 2018-2019 (10.190) et près de 25% de plus qu'au début de la décennie précédente (8.720, en 2010-2011).

La Jupiler Pro League reste donc attrayante, mais cette saison, elle doit l'essentiel de sa progression à la promotion de Malines en D1A et à la rétrogradation de Lokeren en D1B. Le Malinwa a disputé la campagne écoulée devant une moyenne de 14.101 supporters dans son stade, alors que Daknam n'a accueilli que 4.303 personnes par match en 2018-2019.

Une remarque supplémentaire : la moyenne aurait baissé si la dernière journée s'était déroulée normalement. Les clubs les plus populaires, à l'exception de Genk et l'Antwerp (le Club Bruges, Standard, Anderlecht, Gand et Malines), jouaient en effet en déplacement.

2. Club Bruges : le meilleur aimant

Le Club Bruges est l'équipe la plus populaire depuis la saison 2012-2013 : le Jan Breydel a en effet accueilli 22.904 spectateurs en moyenne durant les quinze matches de cette saison. C'est un peu moins qu'en 2018-2019 (23.000), mais le Club devance encore de quatorze et 19% les deuxième et troisième du classement : le Standard (19.738) et Anderlecht (18.497) ( voir graphique).

Treize des vingt matches les plus suivis de la saison se sont déroulés à Bruges et le Club figure à sept reprises dans le top 10, avec trois moments forts : les affiches contre Genk (26.769), Anderlecht (26.243) et le Standard (25.400). Pourtant, comme il s'agissait de matches à risques, le nombre de supporters visiteurs avait été limité, empêchant le Club d'exploiter la capacité maximale du Breydel (28.228), le plus grand stade belge.

Ruud Vormer et consorts ont également drainé le plus grand nombre de fans en déplacement : 1.275, en moyenne. C'est 20% de plus que le deuxième du classement (Anderlecht, 1.014 suiveurs). Les quinze matches à l'extérieur des Mauves ont toutefois drainé plus de supporters dans les autres clubs : 12.214 par match contre 11.909 pour le Club Bruges.

3. Les fidèles supporters d'Anderlecht et de Malines

Anderlecht a vécu une campagne historiquement négative, mais ses supporters lui sont restés fidèles. Les Mauves ont même joui de plus de soutien, à domicile comme à l'extérieur, que durant la saison 2018-2019, qui n'était déjà pas brillante. En déplacement, l'augmentation est très légère : en moyenne 1.014 contre 989 en 2018-2019. Le Lotto Park a attiré 276 spectateurs de plus, l'assistance passant de 17.799 en 2018-2019 à 18.075 (+1,5%). La moyenne globale a donc augmenté dans les mêmes proportions, de 18.200 à 18.497 (+1,6%).

Le Sporting a notamment évité des matches-fantômes, comme ceux contre Courtrai et Zulte Waregem en fin de saison passée, sous la direction de Fred Rutten, devant seulement 12.000 spectateurs. Les deux matches les moins suivis cette saison, contre Ostende lors de la première journée et contre Charleroi lors de la 18e, ont attiré 14.000 personnes. En outre, comme en 2018-2019, Anderlecht a eu de loin le meilleur taux d'occupation de toute la D1A : 89%, soit une moyenne de 18.497 personnes pour une capacité maximale de 20.802.

Pourtant, le Sporting n'est que la sixième meilleure équipe à domicile de JPL, avec 26 points sur 45. Nul n'obtient un meilleur rapport spectateurs-points sur ses terres. Seuls Genk et Malines s'en approchent. Ils n'ont pas non plus de bulletin brillant à domicile (respectivement 25 sur 42 et 22 sur 45), mais ça n'a pas fait fuir leurs supporters. Ce n'est pas un hasard si Malines a le meilleur taux d'occupation après Anderlecht : 85% ou 14.401 personnes pour une capacité totale de 16.672.

4. Zulte Waregem, Saint-Trond et le Cercle reculent

Zulte Waregem (de 7.400 à 6.452, -13%), Saint-Trond (de 7.008 à 5.568, -21%) et le Cercle Bruges (de 6.444 à 4.538, -30%) essuient les plus importantes pertes de public.

Le sort de Zulte est étonnant, car il a longtemps été en lice pour les PO1. Toutefois, après une mauvaise saison, il avait perdu mille abonnés et les huit derniers mois, il a joué à cinq reprises le dimanche soir à 20 h, un horaire désavantageux ( voir point 8). En outre, il y a eu de grands chantiers aux environs du stade Arc-en-ciel durant la saison. À partir de la mi-décembre, Zulte Waregem s'est enfoncé (cinq sur trente) et les supporters l'ont boudé encore un peu plus. La crise du coronavirus l'a privé d'une belle recette lors de la dernière journée, avec la visite du Standard.

© GETTY

La forte baisse de Saint-Trond s'inscrit dans une tendance de plusieurs années. Après sa promotion en D1A en 2016, le club avait écoulé un nombre-record d'abonnements (6.300). Sa reprise par les Japonais n'a pas plu aux Trudonnaires. La saison passée, ils ont apprécié la lutte pour un ticket en PO1, mais la campagne écoulée, morne et soldée par une douzième place, a mis un fameux coup de frein à leur ferveur.

Les supporters, surtout les plus âgés, du Cercle Bruges décrochent aussi depuis la reprise de l'association par l'AS Monaco en mai 2017. Un CEO russe, un directeur technique français, deux entraîneurs français limogés, une volée de jeunes inconnus issus du club principautaire, deux saisons dans la cave du classement et une guérison in extremis du virus de la relégation par le docteur miracle Bernd Storck : le Cercle n'est plus l'équipe sympathique qui attirait encore de sept à 8.000 Brugeois au Jan Breydel les saisons précédant sa relégation en D1B en 2014-2015.

5. Charleroi : la destination la plus attractive

Fait étrange, le Cercle est en tête du classement des plus nombreux fans visiteurs : en moyenne 740 par match. Mais ce chiffre est faussé par le grand nombre de supporters du Club présents lors du derby (5.075). Sans ce match, le Cercle retombe à une moyenne de 406 supporters visiteurs et... recule à l'avant-dernière place.

Deuxième du classement et donc destination la plus attractive : Charleroi, avec une moyenne de 702 supporters dans le compartiment visiteurs, quasi comble. À part le Cercle contre le Club, aucune formation n'a accueilli plus de visiteurs que Charleroi lors de la visite d'Anderlecht (1.965). Les Zèbres ont dénombré de 1.000 à 1.400 visiteurs contre le Standard, le Club Bruges, l'Antwerp et Malines. Or, suite aux nombreux incidents précédents, le nombre de supporters du Standard avait été limité. À souligner : en quatorze matches à domicile, le Sporting a également attiré beaucoup plus de supporters : 9.128 contre 8.466 en 2018-2019. C'est aussi le club qui réalise la plus grande progression, de loin : + 8,63%.

Surprenant : Mouscron suit Charleroi avec une moyenne de 650 supporters visiteurs, essentiellement grâce à une plus grande tribune visiteurs qui a abrité un millier de personnes contre Anderlecht, le Club Bruges et l'Antwerp, et grâce à une action du Cercle Bruges, qui a amené 1.149 supporters au Canonnier. Mouscron profite également de la proximité de La Gantoise, de Courtrai et de Zulte Waregem, qui ont amené plus de supporters que leur moyenne saisonnière.

6. Les gens reculent devant le long déplacement à Genk

On pourrait croire qu'un déplacement chez le champion est attrayant. Pourtant, aucun autre club de D1A n'a attiré aussi peu de visiteurs que Genk : à peine 400 en moyenne, une fraction de plus que la saison précédente, à l'issue de laquelle il était déjà lanterne rouge de ce classement. Pourtant, la tribune visiteurs de la Luminus Arena comptait plus de 900 personnes sur un total de 1.017 places contre Anderlecht, l'Antwerp, le Club Bruges et le Standard. Genk aurait sans doute dépassé ce nombre lors du dernier match, reporté, contre Malines, compte tenu de l'enjeu - un billet en PO1. Avec cette joute, Genk aurait donc dépassé la moyenne de 400.

La moyenne est tirée vers le bas par le petit nombre de supporters ayant accompagné les petits clubs des deux Flandres et de Wallonie. À huit reprises, Genk a accueilli moins de 186 visiteurs. Apparemment, beaucoup de gens estiment le déplacement trop long, surtout pour les matches qui débutent à 20 h ou à 20h30, ce qui a été le cas à six reprises lors de ces huit rencontres.

Fait surprenant, Anderlecht, qui a disputé ses quinze matches à domicile, est avant-dernier au classement des supporters visiteurs (422 par duel). C'est surtout dû au nombre restreint de spectateurs que les Mauves peuvent admettre dans ce compartiment. Même lors des affiches contre le Club Bruges ou le Standard, on ne dénombre que 650 à 700 personnes dans cette tribune.

7. Mouscron, Waasland-Beveren et Eupen sont-ils viables ?

En 2018-2019, Mouscron, Waasland-Beveren et Eupen avaient l'assistance la plus faible. Il n'en a pas été autrement cette saison, et dans le même ordre. Avec Saint-Trond, ils sont les seuls clubs à occuper moins de la moitié de leur stade.

Eupen est le plus mal en point avec à peine 3.135 spectateurs par rencontre. Il signe certes une des plus fortes hausses de D1A en l'espace d'une saison (+3,46 %), mais c'est dérisoire compte tenu de la maigreur de son assistance. Eupen compte respectivement douze et sept matches parmi les vingt et dix rencontres les moins suivies.

Mouscron, avec une moyenne de 3.968 personnes, est le leader de ce classement avec deux matches à domicile : à peine 1.392 personnes contre les Canaris et 1.763 contre Ostende.

Mouscron et Eupen sont aussi les clubs qui ont pu compter sur le moins de soutien en déplacement, en moyenne 116 et 107 supporters, avec des creux pour Eupen contre Courtrai (24 fans, pour un match un mardi soir) et pour Mouscron à Genk (41, un dimanche à 20h).

Waasland-Beveren a attiré un peu plus de monde en déplacement, 341 personnes en moyenne, ce qui est mieux que Courtrai (215) ou Saint-Trond (206), mais le Freethiel a été encore plus mort que d'habitude avec 3.707 spectateurs en moyenne. Évidemment, le derby de la dernière journée contre La Gantoise a été annulé à cause de la pandémie.

8. Maudit soit le dimanche soir

La plupart des dirigeants pestent quand leur équipe doit se produire un dimanche soir. Les chiffres leur donnent raison : les 25 matches qui se sont déroulés à ce moment ont attiré une moyenne de 8.330 personnes, soit 2.402 de moins que la moyenne de JPL (10.732). Il faut noter que ce sont surtout les équipes du K11 qui se sont produites à ce moment. Parmi les formations du G5, La Gantoise est la seule à avoir dû jouer plus d'une fois le dimanche soir (trois fois, en l'occurrence).

Le problème est identique pour les matches du samedi soir, qu'ils se déroulent à 20 h ou à 20h30. Seuls 8.024 amateurs de football y ont assisté, soit 2.708 sous la moyenne générale. Mais ces matches opposent souvent des petites formations. Le Club Bruges n'a joué qu'une seule fois à cette heure-là, contre Courtrai, indépendamment de la 29e journée contre le Cercle, tous les matches devant se dérouler en même temps. Le Standard et Anderlecht n'ont pas joué une seule fois à cette heure, sauf la 29e journée, donc. Seuls La Gantoise (six fois) et Genk (cinq fois) ont régulièrement ouvert leur stade le samedi soir.

Les affiches les plus attrayantes, ce n'est pas une surprise, ont eu lieu le vendredi soir à 20h30 ou le dimanche à 14h30 ou à 18 h. Avec des assistances respectives de 12.100, 16.088 et 16.129, ces matches dépassent largement la moyenne (10.732). Le Club Bruges, le principal pôle d'attraction, s'est produit trois fois à domicile le vendredi et cinq et deux fois le dimanche, à 14h30 et à 18 h. Anderlecht a disputé huit de ses quinze matches à domicile le dimanche à 18 h et trois autres à 14h30.

Autre confirmation : les matches estivaux, qui se déroulent alors que la plupart des gens sont en vacances, attirent moins de monde. L'assistance moyenne des trois premières journées n'était que de 9.699 spectateurs, celle des cinq premiers matches, jusque fin août, de 10.333, soit respectivement 1.101 et 467 de moins que la moyenne à partir de septembre (10.800). Il y avait peu d'affiches au menu du premier mois, afin de ménager les équipes en lice en Coupe d'Europe et en plus, deux matches attractifs, Antwerp - La Gantoise et Charleroi - Club Bruges, ont été reportés.

10.732. Jusqu'à la 29e journée, c'est le nombre moyen de personnes présentes dans les tribunes, pendant les 232 matches de championnat régulier, soit 85.857 amateurs de football par week-end. C'est 6% de plus que durant les trente journées du championnat régulier 2018-2019 (10.190) et près de 25% de plus qu'au début de la décennie précédente (8.720, en 2010-2011). La Jupiler Pro League reste donc attrayante, mais cette saison, elle doit l'essentiel de sa progression à la promotion de Malines en D1A et à la rétrogradation de Lokeren en D1B. Le Malinwa a disputé la campagne écoulée devant une moyenne de 14.101 supporters dans son stade, alors que Daknam n'a accueilli que 4.303 personnes par match en 2018-2019. Une remarque supplémentaire : la moyenne aurait baissé si la dernière journée s'était déroulée normalement. Les clubs les plus populaires, à l'exception de Genk et l'Antwerp (le Club Bruges, Standard, Anderlecht, Gand et Malines), jouaient en effet en déplacement. Le Club Bruges est l'équipe la plus populaire depuis la saison 2012-2013 : le Jan Breydel a en effet accueilli 22.904 spectateurs en moyenne durant les quinze matches de cette saison. C'est un peu moins qu'en 2018-2019 (23.000), mais le Club devance encore de quatorze et 19% les deuxième et troisième du classement : le Standard (19.738) et Anderlecht (18.497) ( voir graphique). Treize des vingt matches les plus suivis de la saison se sont déroulés à Bruges et le Club figure à sept reprises dans le top 10, avec trois moments forts : les affiches contre Genk (26.769), Anderlecht (26.243) et le Standard (25.400). Pourtant, comme il s'agissait de matches à risques, le nombre de supporters visiteurs avait été limité, empêchant le Club d'exploiter la capacité maximale du Breydel (28.228), le plus grand stade belge. Ruud Vormer et consorts ont également drainé le plus grand nombre de fans en déplacement : 1.275, en moyenne. C'est 20% de plus que le deuxième du classement (Anderlecht, 1.014 suiveurs). Les quinze matches à l'extérieur des Mauves ont toutefois drainé plus de supporters dans les autres clubs : 12.214 par match contre 11.909 pour le Club Bruges. Anderlecht a vécu une campagne historiquement négative, mais ses supporters lui sont restés fidèles. Les Mauves ont même joui de plus de soutien, à domicile comme à l'extérieur, que durant la saison 2018-2019, qui n'était déjà pas brillante. En déplacement, l'augmentation est très légère : en moyenne 1.014 contre 989 en 2018-2019. Le Lotto Park a attiré 276 spectateurs de plus, l'assistance passant de 17.799 en 2018-2019 à 18.075 (+1,5%). La moyenne globale a donc augmenté dans les mêmes proportions, de 18.200 à 18.497 (+1,6%). Le Sporting a notamment évité des matches-fantômes, comme ceux contre Courtrai et Zulte Waregem en fin de saison passée, sous la direction de Fred Rutten, devant seulement 12.000 spectateurs. Les deux matches les moins suivis cette saison, contre Ostende lors de la première journée et contre Charleroi lors de la 18e, ont attiré 14.000 personnes. En outre, comme en 2018-2019, Anderlecht a eu de loin le meilleur taux d'occupation de toute la D1A : 89%, soit une moyenne de 18.497 personnes pour une capacité maximale de 20.802. Pourtant, le Sporting n'est que la sixième meilleure équipe à domicile de JPL, avec 26 points sur 45. Nul n'obtient un meilleur rapport spectateurs-points sur ses terres. Seuls Genk et Malines s'en approchent. Ils n'ont pas non plus de bulletin brillant à domicile (respectivement 25 sur 42 et 22 sur 45), mais ça n'a pas fait fuir leurs supporters. Ce n'est pas un hasard si Malines a le meilleur taux d'occupation après Anderlecht : 85% ou 14.401 personnes pour une capacité totale de 16.672. Zulte Waregem (de 7.400 à 6.452, -13%), Saint-Trond (de 7.008 à 5.568, -21%) et le Cercle Bruges (de 6.444 à 4.538, -30%) essuient les plus importantes pertes de public. Le sort de Zulte est étonnant, car il a longtemps été en lice pour les PO1. Toutefois, après une mauvaise saison, il avait perdu mille abonnés et les huit derniers mois, il a joué à cinq reprises le dimanche soir à 20 h, un horaire désavantageux ( voir point 8). En outre, il y a eu de grands chantiers aux environs du stade Arc-en-ciel durant la saison. À partir de la mi-décembre, Zulte Waregem s'est enfoncé (cinq sur trente) et les supporters l'ont boudé encore un peu plus. La crise du coronavirus l'a privé d'une belle recette lors de la dernière journée, avec la visite du Standard. La forte baisse de Saint-Trond s'inscrit dans une tendance de plusieurs années. Après sa promotion en D1A en 2016, le club avait écoulé un nombre-record d'abonnements (6.300). Sa reprise par les Japonais n'a pas plu aux Trudonnaires. La saison passée, ils ont apprécié la lutte pour un ticket en PO1, mais la campagne écoulée, morne et soldée par une douzième place, a mis un fameux coup de frein à leur ferveur. Les supporters, surtout les plus âgés, du Cercle Bruges décrochent aussi depuis la reprise de l'association par l'AS Monaco en mai 2017. Un CEO russe, un directeur technique français, deux entraîneurs français limogés, une volée de jeunes inconnus issus du club principautaire, deux saisons dans la cave du classement et une guérison in extremis du virus de la relégation par le docteur miracle Bernd Storck : le Cercle n'est plus l'équipe sympathique qui attirait encore de sept à 8.000 Brugeois au Jan Breydel les saisons précédant sa relégation en D1B en 2014-2015. Fait étrange, le Cercle est en tête du classement des plus nombreux fans visiteurs : en moyenne 740 par match. Mais ce chiffre est faussé par le grand nombre de supporters du Club présents lors du derby (5.075). Sans ce match, le Cercle retombe à une moyenne de 406 supporters visiteurs et... recule à l'avant-dernière place. Deuxième du classement et donc destination la plus attractive : Charleroi, avec une moyenne de 702 supporters dans le compartiment visiteurs, quasi comble. À part le Cercle contre le Club, aucune formation n'a accueilli plus de visiteurs que Charleroi lors de la visite d'Anderlecht (1.965). Les Zèbres ont dénombré de 1.000 à 1.400 visiteurs contre le Standard, le Club Bruges, l'Antwerp et Malines. Or, suite aux nombreux incidents précédents, le nombre de supporters du Standard avait été limité. À souligner : en quatorze matches à domicile, le Sporting a également attiré beaucoup plus de supporters : 9.128 contre 8.466 en 2018-2019. C'est aussi le club qui réalise la plus grande progression, de loin : + 8,63%. Surprenant : Mouscron suit Charleroi avec une moyenne de 650 supporters visiteurs, essentiellement grâce à une plus grande tribune visiteurs qui a abrité un millier de personnes contre Anderlecht, le Club Bruges et l'Antwerp, et grâce à une action du Cercle Bruges, qui a amené 1.149 supporters au Canonnier. Mouscron profite également de la proximité de La Gantoise, de Courtrai et de Zulte Waregem, qui ont amené plus de supporters que leur moyenne saisonnière. On pourrait croire qu'un déplacement chez le champion est attrayant. Pourtant, aucun autre club de D1A n'a attiré aussi peu de visiteurs que Genk : à peine 400 en moyenne, une fraction de plus que la saison précédente, à l'issue de laquelle il était déjà lanterne rouge de ce classement. Pourtant, la tribune visiteurs de la Luminus Arena comptait plus de 900 personnes sur un total de 1.017 places contre Anderlecht, l'Antwerp, le Club Bruges et le Standard. Genk aurait sans doute dépassé ce nombre lors du dernier match, reporté, contre Malines, compte tenu de l'enjeu - un billet en PO1. Avec cette joute, Genk aurait donc dépassé la moyenne de 400. La moyenne est tirée vers le bas par le petit nombre de supporters ayant accompagné les petits clubs des deux Flandres et de Wallonie. À huit reprises, Genk a accueilli moins de 186 visiteurs. Apparemment, beaucoup de gens estiment le déplacement trop long, surtout pour les matches qui débutent à 20 h ou à 20h30, ce qui a été le cas à six reprises lors de ces huit rencontres. Fait surprenant, Anderlecht, qui a disputé ses quinze matches à domicile, est avant-dernier au classement des supporters visiteurs (422 par duel). C'est surtout dû au nombre restreint de spectateurs que les Mauves peuvent admettre dans ce compartiment. Même lors des affiches contre le Club Bruges ou le Standard, on ne dénombre que 650 à 700 personnes dans cette tribune. En 2018-2019, Mouscron, Waasland-Beveren et Eupen avaient l'assistance la plus faible. Il n'en a pas été autrement cette saison, et dans le même ordre. Avec Saint-Trond, ils sont les seuls clubs à occuper moins de la moitié de leur stade. Eupen est le plus mal en point avec à peine 3.135 spectateurs par rencontre. Il signe certes une des plus fortes hausses de D1A en l'espace d'une saison (+3,46 %), mais c'est dérisoire compte tenu de la maigreur de son assistance. Eupen compte respectivement douze et sept matches parmi les vingt et dix rencontres les moins suivies. Mouscron, avec une moyenne de 3.968 personnes, est le leader de ce classement avec deux matches à domicile : à peine 1.392 personnes contre les Canaris et 1.763 contre Ostende. Mouscron et Eupen sont aussi les clubs qui ont pu compter sur le moins de soutien en déplacement, en moyenne 116 et 107 supporters, avec des creux pour Eupen contre Courtrai (24 fans, pour un match un mardi soir) et pour Mouscron à Genk (41, un dimanche à 20h). Waasland-Beveren a attiré un peu plus de monde en déplacement, 341 personnes en moyenne, ce qui est mieux que Courtrai (215) ou Saint-Trond (206), mais le Freethiel a été encore plus mort que d'habitude avec 3.707 spectateurs en moyenne. Évidemment, le derby de la dernière journée contre La Gantoise a été annulé à cause de la pandémie. La plupart des dirigeants pestent quand leur équipe doit se produire un dimanche soir. Les chiffres leur donnent raison : les 25 matches qui se sont déroulés à ce moment ont attiré une moyenne de 8.330 personnes, soit 2.402 de moins que la moyenne de JPL (10.732). Il faut noter que ce sont surtout les équipes du K11 qui se sont produites à ce moment. Parmi les formations du G5, La Gantoise est la seule à avoir dû jouer plus d'une fois le dimanche soir (trois fois, en l'occurrence). Le problème est identique pour les matches du samedi soir, qu'ils se déroulent à 20 h ou à 20h30. Seuls 8.024 amateurs de football y ont assisté, soit 2.708 sous la moyenne générale. Mais ces matches opposent souvent des petites formations. Le Club Bruges n'a joué qu'une seule fois à cette heure-là, contre Courtrai, indépendamment de la 29e journée contre le Cercle, tous les matches devant se dérouler en même temps. Le Standard et Anderlecht n'ont pas joué une seule fois à cette heure, sauf la 29e journée, donc. Seuls La Gantoise (six fois) et Genk (cinq fois) ont régulièrement ouvert leur stade le samedi soir. Les affiches les plus attrayantes, ce n'est pas une surprise, ont eu lieu le vendredi soir à 20h30 ou le dimanche à 14h30 ou à 18 h. Avec des assistances respectives de 12.100, 16.088 et 16.129, ces matches dépassent largement la moyenne (10.732). Le Club Bruges, le principal pôle d'attraction, s'est produit trois fois à domicile le vendredi et cinq et deux fois le dimanche, à 14h30 et à 18 h. Anderlecht a disputé huit de ses quinze matches à domicile le dimanche à 18 h et trois autres à 14h30. Autre confirmation : les matches estivaux, qui se déroulent alors que la plupart des gens sont en vacances, attirent moins de monde. L'assistance moyenne des trois premières journées n'était que de 9.699 spectateurs, celle des cinq premiers matches, jusque fin août, de 10.333, soit respectivement 1.101 et 467 de moins que la moyenne à partir de septembre (10.800). Il y avait peu d'affiches au menu du premier mois, afin de ménager les équipes en lice en Coupe d'Europe et en plus, deux matches attractifs, Antwerp - La Gantoise et Charleroi - Club Bruges, ont été reportés.