Depuis trois semaines, le Bayern est le seul propriétaire de l'Allianz Arena. Il a racheté les 50 % de parts de Munich 1860 pour 11 millions. Le champion a ainsi sauvé son voisin de la faillite. Karl-Heinz Rummenigge a néanmoins expliqué que ce geste, aussi généreux soit-il, rencontrait l'intérêt du Bayern. " Nous devions choisir entre la peste et le choléra ", a expliqué l'ancien international au quotidien Die Welt. En cas de faillite des Löwen, le Bayern aurait été contraint de rembourser lui-même tous les emprunts consentis pour construire l'Allianz Arena, qui a coûté 300 millions. Le Bayern reconna...

Depuis trois semaines, le Bayern est le seul propriétaire de l'Allianz Arena. Il a racheté les 50 % de parts de Munich 1860 pour 11 millions. Le champion a ainsi sauvé son voisin de la faillite. Karl-Heinz Rummenigge a néanmoins expliqué que ce geste, aussi généreux soit-il, rencontrait l'intérêt du Bayern. " Nous devions choisir entre la peste et le choléra ", a expliqué l'ancien international au quotidien Die Welt. En cas de faillite des Löwen, le Bayern aurait été contraint de rembourser lui-même tous les emprunts consentis pour construire l'Allianz Arena, qui a coûté 300 millions. Le Bayern reconnaît avoir pris un risque considérable car nul ne peut dire si la situation de Munich 1860 va vraiment s'améliorer rapidement. Ce rachat n'aura cependant pas de conséquences sur la politique des transferts. " En tout cas pas pour les trois ou quatre prochaines années ", commente le manager Uli Hoeness. Jusqu'en juin 2010, Munich 1860 a la possibilité de racheter ses parts pour 11 millions plus des intérêts de 6,5 millions. Cette affaire dévoile le triste sort des petites formations qui gravitent dans l'ombre de leurs voisins plus puissants. Elles éprouvent de plus en plus de mal à survivre. Plus aucune ville n'alignera bientôt deux clubs dans les divisions supérieures, puisque les numéros deux voient leur existence actuellement menacée. C'est le cas de Munich 1860 ( 2e Bundesliga), du Fortuna Cologne ( Oberliga), des Stuttgarter Kickers ( Regionnalliga) et du Tennis Borussia Berlin ( Oberliga). Leurs présidents sont voués à un combat vain. Ainsi, depuis 1999, Jean Löring a investi près de 40 millions d'euros au Fortuna Cologne pour tenter d'évincer le 1. FC Cologne, qui possède une tradition. L'industriel s'est placé dans une situation inextricable. Il est tombé lui-même en faillite et le club est mis en liquidation. Löring est décédé cette année, pauvre comme Job. VERDICTS. Le Bayern, champion et vainqueur de la Coupe, ainsi que le Werder sont qualifiés directement pour la Ligue des Champions, Hambourg pour le tour préliminaire. Schalke 04 et le Bayer Leverkusen sont versés en Coupe UEFA comme l'Eintracht Francfort, finaliste perdant de la Coupe face au Bayern. Alemannia Aachen, Energie Cottbus et le VfL Bochum rejoignent la Bundesliga. LE MSV DUISBURG a engagé Rudi Bommer (48 ans), limogé par le FC Sarrebruck la semaine passée. Il a signé pour deux ans, remplaçant Heiko Scholz, intérimaire. Jürgen Kohler avait été renvoyé après quatre mois. On ne sait pas si Peter Van Houdt reste. MEHMET SCHOLL (35 ans) rempile pour un an au Bayern. Il y joue depuis 14 ans. En 319 matches de championnat, il a marqué 86 buts. Il occupera d'autres fonctions au club au terme de sa carrière active. LE BAYERN a gagné la bataille autour de Lukas Podolski (20 ans). L'avant du FC Cologne a confirmé qu'il optait pour le champion. On ne sait pas encore quand le Bayern pourra disposer de l'international car il appartient toujours à Cologne. Dans un an, il peut quitter le club colonais contre un million d'euros. JENS JEREMIES (32 ans), qui joue au Bayern depuis 1998, y a gagné six titres, cinq coupes plus la Ligue des Champions, raccroche. International à 55 reprises, le médian défensif ne jouait plus guère depuis deux ans, à cause de blessures mais aussi de la concurrence. F . VANHEULE