Voici dix jours, j'ai allumé le poste un peu en retard pour suivre le Studio1 ertébéen... et j'ai cru à la première image que l'émission n'avait pas lieu : dans une salle avec des gens, j'y voyais l'ertébéen Vincent Langendries armé d'un micro à l'avant-plan, et dans le fond l'ertéelien Serge Vermeiren, sur une estrade avec des invités. Je me suis dit un bref instant que l'émission n'avait pas lieu, qu'elle était sans doute remplacée ce soir par un programme de type humanitaire en front commun, du genre sportifs-en-chambre-tous-ensemble-contre-le-sida-ou-le-tsunami. Je m'apprêtais déjà à être ému, ça m'émeut toujours quand des rivaux s'unissent, fût-ce le temps d'une rose, ça prouve que la vie n'est pas morte... J'ai vite déchanté, Langendries à re...

Voici dix jours, j'ai allumé le poste un peu en retard pour suivre le Studio1 ertébéen... et j'ai cru à la première image que l'émission n'avait pas lieu : dans une salle avec des gens, j'y voyais l'ertébéen Vincent Langendries armé d'un micro à l'avant-plan, et dans le fond l'ertéelien Serge Vermeiren, sur une estrade avec des invités. Je me suis dit un bref instant que l'émission n'avait pas lieu, qu'elle était sans doute remplacée ce soir par un programme de type humanitaire en front commun, du genre sportifs-en-chambre-tous-ensemble-contre-le-sida-ou-le-tsunami. Je m'apprêtais déjà à être ému, ça m'émeut toujours quand des rivaux s'unissent, fût-ce le temps d'une rose, ça prouve que la vie n'est pas morte... J'ai vite déchanté, Langendries à rendu l'antenne à Michel Lecomte, et j'ai compris qu'avait lieu, en même temps que notre footeux talk-show hebdomadaire, l'élection du Soulier d'Ebène. J'en ai donc suivi les péripéties en m'interrogeant comme à l'habitude sur les referendums footballistiques de ce type. Pourquoi fallait-il restreindre le choix à cinq nominés ? Qui les avait choisis ? Ne met-on pas la charrue avant les b£ufs en piédestalisant déjà Nana Asare ? Qu'a-t-il de plus que bien d'autres Africains de chez nous ? Oguchi Onyewu n'est-il pas Nigérian d'origine ? A-t-on bien vérifié que Joao Carlos ne soit pas un Brésilien de souche africaine ? Est-ce bien utile que ce trophée soit deux fois décernable au même gars, alors qu'on pourrait faire un heureux de plus ? Quand les votants du foot reconnaîtront-ils Dieumerci Mbokani à sa juste valeur ? Etcetera, etcetera, nos passions dictent nos grands questionnements existentiels... Puis, le lendemain dans Le Soir, je suis tombé sur une réflexion qui m'a bazardé les £illères : on y remarquait que le Soulier d'Ebène était un événement communautariste... en imaginant mal qu'on élise un jour le meilleur joueur blanc de notre championnat ! Mais c'est vrai de vrai, me suis-je dit, comment n'y ai-je point songé ! ? Comme le Soulier d'Or ou le Footballeur Pro, les distinctions footballistiques ne doivent-elles pas distinguer les meilleurs d'une compétition déterminée, quelles que soient leurs particularités physiques ou ethniques ? ! En poussant le bouchon, l'événement ne serait-il même pas un chouia discriminatoire, au sens où l'entendent nos pondeurs de décrets ? Quand même pas, rattrapons le bouchon, le Soulier d'Ebène n'est parti en 1992 que d'une bonne intention de Pierre Migisha à RTL-TVI, et de l'ASBL African Culture Promotion : il relève au contraire de ce principe de discrimination positive, visant la promotion sociale de groupes humains qui, dans leur histoire, en ont vu plus que d'autres des vertes et des pas mûres... Sur ce, faut donc pas déconner : le gars qui imaginerait la création d'un Soulier Aryen dans notre championnat ne serait qu'un bon à rien ! Par contre, il est vrai que ça donne des idées pour toutes les minorités parfois mal acceptées dans notre joli monde du ballon rond. Je propose ainsi dès 2010 le Petit Soulier, qui distinguera le meilleur joueur de moins d'1,65m de notre championnat, Mbark Bousoufa est juste trop grand, faut quand même pas qu'il puisse tout rafler ; le Gay Soulier, si ceux de nos footballeurs éventuellement concernés entendaient revendiquer leur homosexualité ; le Soulier Michelin, pour nos joueurs enveloppés, dépassant d'au moins 10kg leur poids de forme ; le Soulier Jules Renard, pour que puissent compétitionner tous nos footballeurs à cheveux roux ; le Soulier gauche, parce que les droitiers sont majoritaires et que les gauchers sont une race à part, je le sais, j'en suis ; le Soulier du Pape, pour tous les footballeurs qui vont à la messe le dimanche ; le Soulier à lunettes, réservé aux footballeurs portant lentilles, c'est quand même une gêne qu'ignorent tous les bien foutus de la vue ; le Soulier chauve, interdit d'accès à tous les rasés volontaires. Et bien entendu, BIEN ENTENDU, dans un esprit de promotion pour notre Wallonie et sa culture, le Grand Soulier P'tite Gayolle qui désignera le meilleur footballeur wallon de notre belle Ligue Jupiler : au foot, toutes les minorités sont à protéger. par bernard jeunejean