FRANK BOECKX :" C'est contre Gand que Thibaut Courtois a joué son tout premier match de D1 et j'étais dans le but de Gand. Il était en concurrence avec Koen Casteels, tout le monde s'attendait à ce que Casteels joue, mais ça avait finalement été Courtois. Juste avant de monter sur le terrain, quand on était dans le tunnel menant aux vestiaires, on s'est retrouvés côte à côte. Il n'avait que seize ans et je trouvais normal de le rassurer, le tranquilliser. Je me souviens parfaitement de ce que je lui ai dit : Ne stresse pas, fais comme tu fais à l'entraînement et ça se passera bien. Copa m'avait parlé de la même façon le jour où j'avais fait mes débuts pros contre Beveren et ça m'avait fait du bien. On est des collègues, quand même. Courtois n'avait sans doute pas besoin que je le rassure, mais à l'époque, je ne savais pas du tout ce qu'il valait. Le match entre Genk et Gand s'était terminé sur un 2-2 et aucun de nous deux n'était content parce qu'on avait chacun pris deux buts.

Normal qu'il n'ait pas proposé à Mignolet de le remplacer en troisième match de poule. " Frank Boeckx

Il a réussi une bonne saison avec Chelsea et il a conservé son niveau pendant la Coupe du monde. Il était vraiment au sommet de sa forme. Il n'a pas commis une erreur et il a maintenu l'équipe à flots à des moments-clés. Je trouve qu'avec Lloris - exception faite de sa floche devant Mandzukic - ils étaient les deux meilleurs gardiens du tournoi. Ce sont deux gardiens très complets avec des qualités semblables.

Ils sont bons dans les airs - c'est de toute façon indispensable en championnat d'Angleterre -, ils sont bons dans le jeu au pied, ils savent jouer haut et bas, et ils ont des réflexes étourdissants. Evidemment, Courtois peut encore progresser. Plus tu prends de l'âge, plus tu joues sur ta routine, plus tu es relax dans ton but et mieux tu reconnais les phases qui se présentent. Regarde Buffon. Il n'est pas moins bon qu'il y a quelques années et il est plus calme.

Chez Courtois, je ne vois pas un point précis qu'il devrait travailler. C'est un gardien moderne, qui maîtrise tous les aspects de son job. Il y a dix ans, tous les gardiens se mettaient sur un côté quand ils sortaient. A Barcelone, Enke a révolutionné ça, il a inventé la sortie sur laquelle on maintient un genou au sol. Entre-temps, cette technique est devenue de plus en plus courante. Courtois la maîtrise.

Je trouve que pendant la Coupe du Monde, on a fait trop de foin autour de Mignolet. Si Roberto Martinez a tout expliqué, correctement, à Courtois et à lui, il faut arrêter. Le coach a fait des choix et Courtois n'a pas à se justifier par rapport à ça. Il n'avait pas non plus à céder sa place à Mignolet. Quand tu es à une Coupe du Monde, tu as envie de jouer tous les matches. Mignolet a le droit d'être déçu, je le comprends parfaitement. Mais je comprends aussi que Martinez se soit dit qu'il ne fallait pas enlever Courtois, à partir du moment où il était au top. "

Frank Boeckx, BELGAIMAGE
Frank Boeckx © BELGAIMAGE
FRANK BOECKX :" C'est contre Gand que Thibaut Courtois a joué son tout premier match de D1 et j'étais dans le but de Gand. Il était en concurrence avec Koen Casteels, tout le monde s'attendait à ce que Casteels joue, mais ça avait finalement été Courtois. Juste avant de monter sur le terrain, quand on était dans le tunnel menant aux vestiaires, on s'est retrouvés côte à côte. Il n'avait que seize ans et je trouvais normal de le rassurer, le tranquilliser. Je me souviens parfaitement de ce que je lui ai dit : Ne stresse pas, fais comme tu fais à l'entraînement et ça se passera bien. Copa m'avait parlé de la même façon le jour où j'avais fait mes débuts pros contre Beveren et ça m'avait fait du bien. On est des collègues, quand même. Courtois n'avait sans doute pas besoin que je le rassure, mais à l'époque, je ne savais pas du tout ce qu'il valait. Le match entre Genk et Gand s'était terminé sur un 2-2 et aucun de nous deux n'était content parce qu'on avait chacun pris deux buts. Il a réussi une bonne saison avec Chelsea et il a conservé son niveau pendant la Coupe du monde. Il était vraiment au sommet de sa forme. Il n'a pas commis une erreur et il a maintenu l'équipe à flots à des moments-clés. Je trouve qu'avec Lloris - exception faite de sa floche devant Mandzukic - ils étaient les deux meilleurs gardiens du tournoi. Ce sont deux gardiens très complets avec des qualités semblables. Ils sont bons dans les airs - c'est de toute façon indispensable en championnat d'Angleterre -, ils sont bons dans le jeu au pied, ils savent jouer haut et bas, et ils ont des réflexes étourdissants. Evidemment, Courtois peut encore progresser. Plus tu prends de l'âge, plus tu joues sur ta routine, plus tu es relax dans ton but et mieux tu reconnais les phases qui se présentent. Regarde Buffon. Il n'est pas moins bon qu'il y a quelques années et il est plus calme. Chez Courtois, je ne vois pas un point précis qu'il devrait travailler. C'est un gardien moderne, qui maîtrise tous les aspects de son job. Il y a dix ans, tous les gardiens se mettaient sur un côté quand ils sortaient. A Barcelone, Enke a révolutionné ça, il a inventé la sortie sur laquelle on maintient un genou au sol. Entre-temps, cette technique est devenue de plus en plus courante. Courtois la maîtrise. Je trouve que pendant la Coupe du Monde, on a fait trop de foin autour de Mignolet. Si Roberto Martinez a tout expliqué, correctement, à Courtois et à lui, il faut arrêter. Le coach a fait des choix et Courtois n'a pas à se justifier par rapport à ça. Il n'avait pas non plus à céder sa place à Mignolet. Quand tu es à une Coupe du Monde, tu as envie de jouer tous les matches. Mignolet a le droit d'être déçu, je le comprends parfaitement. Mais je comprends aussi que Martinez se soit dit qu'il ne fallait pas enlever Courtois, à partir du moment où il était au top. "