A Charleroi, Stéphane Demol ne veut pas le couvrir de louanges. " Tous les jours, il est motivé à 100 %. Il veut prendre des cours de français à son retour d'Australie. Mais, il y en a beaucoup dans mon groupe qui ont des qualités. " Son adaptation s'est bien déroulée, malgré son anglais fragmentaire et ses nombreuses absences (équipe nationale, infection au bras). " Je n'ai pas encore eu le temps de lui apprendre quelque chose. Il n'est jamais là ...

A Charleroi, Stéphane Demol ne veut pas le couvrir de louanges. " Tous les jours, il est motivé à 100 %. Il veut prendre des cours de français à son retour d'Australie. Mais, il y en a beaucoup dans mon groupe qui ont des qualités. " Son adaptation s'est bien déroulée, malgré son anglais fragmentaire et ses nombreuses absences (équipe nationale, infection au bras). " Je n'ai pas encore eu le temps de lui apprendre quelque chose. Il n'est jamais là ", rigole Demol. Charleroi a essayé de le convaincre de ne pas partir en Australie mais une absence de la star de l'équipe aurait été très mal perçue du côté d'Oman. " Ses nombreux déplacements en équipe nationale vont peut-être constituer un léger handicap mais il a tellement faim que cela ne devrait pas poser trop de problèmes. On n'a pas peur qu'il se disperse ", dit Michel De Wolf. " Si on veut des internationaux, on sait comment cela fonctionne ", ajoute Demol, " Si on prend des Africains, on sait qu'ils partiront à la Coupe d'Afrique des Nations. " " On l'a peu vu à l'entraînement ", affirme Cyril Théréau, " mais en match, on a pu se rendre compte de ses qualités. Il met de la folie dans le jeu. Il a un profil qui n'existait pas dans le noyau. Il me soulage un peu et il va apporter quelque chose à Charleroi, c'est indéniable. " Ce que confirme De Wolf : " Il a permis à Théréau de ne plus avoir toute l'attention de la défense braquée sur lui, c'est aussi ce qu'on recherchait. Contre Courtrai, on sentait déjà Théréau un peu plus libéré car il y avait moins de marquage. " " Il apporte de la percussion et il est très habile balle au pied ", lâche Habib Habibou. " Il se débrouille en anglais et parle arabe avec quelques joueurs ", continue De Wolf. " Ce n'est pas du tout un type bête. D'ailleurs, il a promis de tenir une conversation en français d'ici quatre mois. Il sait mettre le ballon au fond. Il possède une très bonne technique et va directement vers le but. Une fois sur dix, il donne le ballon en retrait. Sur 10 centres à l'entraînement, il en met huit dedans. "" Il a le sens du but ", corrobore Demol. " Il joue pour marquer et faire marquer. En deux bouts de match, il a déjà provoqué deux penalties. On a parlé du deuxième en disant qu'il n'y avait rien. Il y a quand même un contact avec David Vandenbroeck. Il va chercher la faute comme il l'a fait contre Malines. C'est donc un vrai attaquant. "