Le 7-0 infligé par le Standard durant le match crucial pour le dernier billet européen a laissé des traces. L'arrière gauche français Rémi Maréval, qui n'était pas tout blanc sur certains buts et a été exclu, a été classé par Victor Fernandez, de même qu'Elimane Coulibaly. L'entraîneur a confirmé au président Ivan De Witte ses précédents avertissements : une injection de qualité était indispensable pour terminer parmi les trois ou quatre premiers dans la Ghelamco Arena flambant neuve. Fernandez souhaitait travailler avec un noyau de 24 joueurs maximum ainsi que des jeunes talents, qu'il veut modeler pour en faire des joueurs de D1 valables.
...

Le 7-0 infligé par le Standard durant le match crucial pour le dernier billet européen a laissé des traces. L'arrière gauche français Rémi Maréval, qui n'était pas tout blanc sur certains buts et a été exclu, a été classé par Victor Fernandez, de même qu'Elimane Coulibaly. L'entraîneur a confirmé au président Ivan De Witte ses précédents avertissements : une injection de qualité était indispensable pour terminer parmi les trois ou quatre premiers dans la Ghelamco Arena flambant neuve. Fernandez souhaitait travailler avec un noyau de 24 joueurs maximum ainsi que des jeunes talents, qu'il veut modeler pour en faire des joueurs de D1 valables. Dans le but, Frank Boeckx et le jeune international néerlandais Sergio Padt sont en concurrence, même si le premier conserve la préférence, sur base de son second tour et de ses play-offs. Cependant, Padt, blessé au pied gauche pendant le stage de janvier, semble particulièrement avide de reprendre sa place. Le quatuor défensif en ligne avait besoin de nouveaux flancs. Le viril Uruguayen Carlos Diogo a jadis joué pour le Real, il a connu Fernandez à la Real Saragosse et il doit conférer de la profondeur à droite. Pablo Cendros, sa doublure, est l'homme à tout faire. S'il a été préféré à Valery Nahayo pour le match de gala contre le VfB Stuttgart, c'est surtout pour son passing très pur, un critère capital aux yeux de Fernandez, ce qui empêche le puissant Nahayo de dépanner, malgré la blessure à l'épaule de César Arzo. Celui-ci semble également en disgrâce à cause de carences dans les duels, au contraire d'Ervin Zukanovic, qui en déborde. Il est dur mais fair-play et en plus, il est redoutable sur les phases arrêtées, grâce à son excellente technique de frappe. Milan Savic (à droite dans l'axe) et Sébastien Locigno (à l'ar rière droit) sont des options d'avenir car Rafinha semble avoir conquis ses galons. Pour l'arrière gauche, Gand a transféré Nana Asare du FC Utrecht, où il a occupé un poste de médian, même s'il a reçu une formation d'arrière latéral. Vitesse d'exécution, technique et abattage, il peut apporter une réelle plus-value. David Hubert, calme ballon au pied, plus défensif, et Renato Neto, doté d'un grand abattage et spécialiste des infiltrations, évoluent en soutien de l'avant-centre. Ils ont déjà démontré leur complémentarité mais ils ont besoin d'une muse. L'infection pulmonaire dont a été victime le frivole Hervé Kage en fin de préparation constitue donc un fameux contrecoup. Hannes Van Der Bruggen, qui joue en un temps, et le puissant Christophe Lepoint vont donc en découdre pour cette ultime place. Bernd Thijs travaille à son retour et Thom Mpoto constitue une jeune alternative pour le milieu défensif. Fernandez est conquis par le meneur Jari Vandeputte tout en comprenant qu'il serait prématuré de le jeter dans la fosse aux lions. Le départ de l'avant Ilombe Mboyo, Petit Pelé, a été pallié par l'embauche de Nicklas Pedersen, un voleur de buts qui combine bien. Son alternative, Rodgers Kola, reste un point d'interrogation. Fernandez a eu la subtilité de bombarder le frivole YassineEl Ghanassy au rang provisoire de capitaine. Il insiste ainsi sur ses responsabilités et le pousse à penser à l'intérêt de l'équipe, ce qui ne peut lui faire de mal. De la droite, Jinty Caenepeel est très explosif mais il n'a pas l'expérience du Belgo-Marocain. À gauche, enfin, Yaya Soumahoro, complètement rétabli, doit prouver que son bon début en été 2010 ne relevait pas du hasard. Lors de l'inauguration du stade, De Witte a parlé d'un titre d'ici trois à cinq ans. Pour cela, le noyau aura besoin de deux à quatre autres renforts car à certains postes, comme la gauche de la défense, le numéro dix et l'avant-centre, on peut craindre un fameux hiatus si le titulaire est forfait. PAR FRÉDÉRIC VANHEULE