En battant la Croatie 2-1, la Belgique conserve un mince espoir de rallier la phase finale de l'EURO 2004.

Georges Heylens : Les Diables Rouges ont rempli la première partie de leur contrat en obtenant les trois points contre la bande à Ivica Mornar. Mais ils sont restés en défaut concernant le deuxième volet, à savoir le goal-average. Compte tenu des forces en présence dans le camp belge, je ne pense pas que nous n'étions pas en mesure de briguer davantage qu'une très courte victoire. Car dans un combat physique, on ne pouvait attendre des merveilles de pocket players comme Wesley Sonck et Thomas Buffel. Pour inquiéter les Croates sur ce plan, il aurait fallu pouvoir tabler sur un déménageur du type Cédric Roussel. Or, il n'avait pas même été retenu pour la circonstance. A mes yeux, c'était une erreur. Vu le peu d'apport de Thomas Buffel dans le rôle qui lui était confié e...

Georges Heylens : Les Diables Rouges ont rempli la première partie de leur contrat en obtenant les trois points contre la bande à Ivica Mornar. Mais ils sont restés en défaut concernant le deuxième volet, à savoir le goal-average. Compte tenu des forces en présence dans le camp belge, je ne pense pas que nous n'étions pas en mesure de briguer davantage qu'une très courte victoire. Car dans un combat physique, on ne pouvait attendre des merveilles de pocket players comme Wesley Sonck et Thomas Buffel. Pour inquiéter les Croates sur ce plan, il aurait fallu pouvoir tabler sur un déménageur du type Cédric Roussel. Or, il n'avait pas même été retenu pour la circonstance. A mes yeux, c'était une erreur. Vu le peu d'apport de Thomas Buffel dans le rôle qui lui était confié en tant qu'électron neutre au côté de Wesley Sonck, j'aurais personnellement opté pour une association entre l'Ajacide et Cédric Roussel en pointe, avec Thomas Buffel en soutien d'attaque. Je pense que cette configuration-là nous aurait permis d'être plus menaçants en zone de vérité et d'obtenir une victoire moins étriquée dans les chiffres. A présent, nous dépendons du bon vouloir des Bulgares en Croatie. Je peux me tromper mais j'ai l'impression que la messe est dite, malheureusement. C'est le monde à l'envers par rapport à un passé récent où le Club se signalait toujours par un départ en boulet de canon. Gert Verheyen a dit, naguère, que son équipe avait invariablement des difficultés chaque fois qu'elle avait été appelée à mettre son titre en jeu. L'exercice 2003-2004 ne déroge donc pas à la règle. D'autant moins qu'après avoir acquis le droit de participer à la Ligue des Champions, pas mal de Brugeois me donnent le sentiment d'avoir d'ores et déjà rempli leur mission. Face à Gand, bon nombre d'entre eux m'ont paru vouloir se satisfaire du minimum, histoire de conserver suffisamment de ressources à l'heure d'affronter le Celta Vigo. C'est une arme à double tranchant et les Bleu et Noir l'ont vérifié à leurs dépens. Ils ne doivent pas trop souvent se permettre ces fantaisies, auquel cas le Standard pourrait fort bien s'immiscer à la fois dans la lutte pour le titre et dans celle qui a trait aux places qualificatives en Ligue des Champions. A cet égard, les Liégeois sont autrement mieux positionnés que la saison passée, malgré leur revers contre Genk. Tout comme Anderlecht, d'ailleurs, qui n'a plus été aussi fringant en début de campagne depuis pas mal d'années. Reste à voir dans quelle mesure il pourra mener de front ses obligations nationales et européennes. Mais si tous ses adversaires se montrent aussi dociles que Lokeren, il n'a pas grand-chose à craindre. Je reste persuadé que les Zèbres se ressaisiront tôt ou tard, même s'il leur faudra peut-être plancher sur le bien-fondé d'un nouvel apport offensif suite à la suspension d'Adekanmi Olufade, pour attitude revancharde sur Stefan Leleu. En revanche, je suis beaucoup plus circonspect quant à l'avenir d'Heusden-Zolder en D1. A mon sentiment, cette équipe n'a tout simplement pas la pointure pour évoluer au plus haut niveau de notre football. Ce qui n'est pas peu dire quand on sait qu'elle est quand même composée pour les trois quarts d'éléments excédentaires au Racing Genk. Si les laissés-pour-compte de ce club ne sont pas bons assez pour tenir la distance en D1, je crois que la preuve est faite que des mesures drastiques s'imposent à ce niveau. De fait, j'emboîte le pas de Michel Verschueren quand il dit qu'il faut élaguer l'élite le plus tôt possible. Si on ne veut pas d'un championnat à deux vitesses comme en Ecosse, avec Anderlecht et Bruges dans la position du Celtic et des Rangers, il est grand temps de rendre notre championnat plus compétitif. Avant d'envisager une union des forces avec les Pays-Bas, j'estime qu'il faut élaguer en Belgique et se limiter à 14 voire même 12 clubs. Car il n'y a plus moyen de continuer de la sorte si nous voulons conserver toute notre crédibilité. Bruno Govers