" Il est parti pour toujours en janvier 2009 et n'a jamais été remplacé. Depuis que Jean-Pol Spaute s'est retiré de son Sporting avant de s'éteindre à 66 ans, Charleroi a perdu du savoir-faire, une connaissance en profondeur du football. Comme Albert Roosens dans le temps à Anderlecht, Spaute suivait attentivement les jeunes de son club et de la région. Bien renseigné, il a découvert Didier Beugnies, Dante Brogno, Rudy Moury, Marco Casto, ...

" Il est parti pour toujours en janvier 2009 et n'a jamais été remplacé. Depuis que Jean-Pol Spaute s'est retiré de son Sporting avant de s'éteindre à 66 ans, Charleroi a perdu du savoir-faire, une connaissance en profondeur du football. Comme Albert Roosens dans le temps à Anderlecht, Spaute suivait attentivement les jeunes de son club et de la région. Bien renseigné, il a découvert Didier Beugnies, Dante Brogno, Rudy Moury, Marco Casto, Roch Gérard, Frédéric Jacquemart, Olivier Suray, Fabrice Silvagni, Philippe Albert, Daniel Van Buyten. Il épiait la D3 et a mis la main sur Eric Van Meir, qui évoluait alors à Berchem. J'ai eu la chance de le connaître comme joueur, fournisseur de mon magasin de sports et patron de club. Licencié en sciences économiques, il avait un poste en vue chez IBM tout en lançant une firme d'articles sportifs avec son ami et ancien équipier, André Colasse. Médian récupérateur, il fut durant des années le capitaine des Zèbres. Comme en 1966, quand les Carolos retrouvèrent la D1 après un test-match disputé contre Waterschei au Parc Duden. Il a vécu le titre de vice-champion en 1969 et des aventures européennes avec les Zèbres avant de donner la priorité à sa carrière professionnelle. Je l'ai retrouvé en tant que président de Charleroi de 1989 à 1992. C'était évidemment un plaisir de parler de football avec lui. En 1989, j'ai sorti les Hennuyers d'une situation délicate. Nous avons recruté du talent délaissé en équipe B à Anderlecht comme Ranko Stojic, barré par Filip De Wilde et en conflit avec Aad de Mos ou, surtout, Pär Zetterberg rayé de la carte par le T1 hollandais à cause de son diabète. Zet, j'y ai tout de suite cru, Spaute aussi. En 1992, j'ai été embêté par une avalanche de blessés. Après une défaite au Club Bruges, Spaute a mis fin avec regret à notre collaboration. Je me souviens lui avoir dit : -Président, il faut régler les problèmes en défense. Je vous suggère de transférer Cedomir Janevski qui ne joue pas beaucoup au Club Bruges. Selon lui, Charleroi ne pouvait pas s'offrir ce joueur : -Trop cher...Luka Peruzovic a alors bien redressé la barre avant que les Zèbres ne se payent quand même Janevski. Même si tout s'est brutalement terminé pour moi au Mambourg, j'en garde un excellent souvenir. A Vienne, une rue est consacrée à un ancien grand joueur et coach autrichien qui travailla au Mambourg de 1959 à 1963 : Ernst Melchior. Il lança d'ailleurs Spaute en équipe fanion. Charleroi devrait rendre le même hommage à un Spaute qui manque tant aux Zèbres et à sa ville. "n NÉ EN 1941, HEYLENS FUT UN EXCELLENT BACK DROIT (67X DIABLE ROUGE, ÉQUIPE D'EUROPE 65, MONDIAL 70 AU MEXIQUE, 7 TITRES ET 3 COUPES DE BELGIQUE AVEC ANDERLECHT). COACHA UNE DOUZAINE DE CLUBS (PASSA 5 ANS AU LOSC ET FUT COACH BELGE 1984 À SERAING) PIERRE BILIC