ARON WINTER :" 3C'était vraiment agréable de travailler avec Jan Vertonghen en équipes de jeunes de l'Ajax. On pouvait le mettre partout : dans l'entrejeu, derrière, dans l'axe, à gauche. Regarde le résultat entre-temps. C'est en jouant à plusieurs postes distincts dans son adolescence qu'il est devenu un footballeur aussi complet. En Angleterre, il est carrément devenu un joueur fantastique. Il est intelligent, rusé, il a un super pied gauche, il voit bien le jeu et son passing est efficace. Toby Alderweireld et lui, ils avaient un potentiel énorme et c'étaient aussi deux chouettes gars en...

ARON WINTER :" 3C'était vraiment agréable de travailler avec Jan Vertonghen en équipes de jeunes de l'Ajax. On pouvait le mettre partout : dans l'entrejeu, derrière, dans l'axe, à gauche. Regarde le résultat entre-temps. C'est en jouant à plusieurs postes distincts dans son adolescence qu'il est devenu un footballeur aussi complet. En Angleterre, il est carrément devenu un joueur fantastique. Il est intelligent, rusé, il a un super pied gauche, il voit bien le jeu et son passing est efficace. Toby Alderweireld et lui, ils avaient un potentiel énorme et c'étaient aussi deux chouettes gars en dehors du terrain. Ils étaient de loin les deux meilleurs talents belges de l'Ajax. Vertonghen était dur, beaucoup plus dur qu'Alderweireld, et c'était un plaisir de lui apprendre des choses parce qu'il était toujours curieux, parce qu'il avait toujours envie d'en savoir plus. La motivation était toujours là. A côté de ça, il n'hésitait pas à discuter quand il n'était pas d'accord. Ce n'était pas un problème pour moi. J'ai ma vision des choses, il avait la sienne qui était parfois différente, et on en parlait. Il faut respecter les opinions différentes, les discussions doivent rester saines. L'important, c'est qu'à la fin de la discussion, les gens se soient rapprochés. Ce qu'il a appris de moi ? Je dirais qu'à l'Ajax, on lui a donné les clés pour qu'il progresse, et la suite, il s'en est lui-même chargé. Le talent, tu l'as ou pas. Jan Vertonghen est un gars simple et c'est un vrai gagneur. Quand je travaillais avec lui, il s'engageait à fond dans chaque duel et il voulait toujours gagner. Il a une mentalité de gagnant et il la fait rayonner autour de lui. Cette mentalité implique chez lui un côté sournois. Il l'avait déjà quand il était à l'Ajax et on voit aujourd'hui que ça n'a pas disparu. Prends l'exemple de sa main dans le visage de Kylian Mbappé. C'est tout Vertonghen, ça. Il peut subitement sortir de sa boîte s'il est irrité et il n'oublie pas vite, dans un match, quel joueur lui a mis un coup. Alors, il peut réagir. A sa façon, et c'est parfois très brusque, et discret. Je ne l'ai jamais encouragé à réagir comme ça mais je n'ai jamais cherché à l'en dissuader non plus. Un footballeur a le droit de montrer de temps en temps ses mauvais côtés. Tout tourne finalement autour de la victoire. Je me souviens très bien du fameux épisode avec RKC. Il était prêté par l'Ajax à RKC, et à quelques matches de la fin de saison, il y avait RKC - Ajax. Il a marqué, ça a fait match nul, et au bout du compte, il a manqué un point à l'Ajax pour être champion. On ne fait pas exprès de marquer un but contre son camp et il n'a pas non plus fait exprès de priver l'Ajax du titre. Mais cette histoire n'a en rien stoppé sa progression. Ça ne l'a pas empêché de se retrouver à Tottenham et d'être un pilier de l'équipe nationale. "