TESSA WULLAERT : " Je me souviens très bien de ma première rencontre avec Kevin De Bruyne. Ça doit remonter à cinq ans environ, c'était au Culture Club à Gand. J'étais là-bas avec quelques amis et il fêtait son anniversaire. Je l'ai directement reconnu mais j'avoue que je n'étais pas particulièrement impressionnée. Il avait signé à Chelsea un peu avant ça mais sa carrière n'avait pas encore véritablement décollé. On a commencé à discuter et il était épaté quand je lui ai expliqué que, plusieurs fois par semaine, je faisais ...

TESSA WULLAERT : " Je me souviens très bien de ma première rencontre avec Kevin De Bruyne. Ça doit remonter à cinq ans environ, c'était au Culture Club à Gand. J'étais là-bas avec quelques amis et il fêtait son anniversaire. Je l'ai directement reconnu mais j'avoue que je n'étais pas particulièrement impressionnée. Il avait signé à Chelsea un peu avant ça mais sa carrière n'avait pas encore véritablement décollé. On a commencé à discuter et il était épaté quand je lui ai expliqué que, plusieurs fois par semaine, je faisais quatre heures de route pour aller m'entraîner au Standard. C'est marrant de se retrouver maintenant ensemble à Manchester City. Si tu me demandes de citer le Diable Rouge dont je suis la plus fan, je te réponds donc que c'est Kevin De Bruyne. En tant que joueuse de City, je vais pouvoir assister gratuitement aux matches des hommes à domicile. Je vais donc pouvoir admirer De Bruyne en live et goûter à l'ambiance typique des matches du championnat d'Angleterre. Par rapport aux matches que je regarde à la télé depuis mon fauteuil, ça va être autre chose. J'espère qu'on reverra le même Kevin De Bruyne que la saison dernière. Il n'a pas été mauvais à la Coupe du monde mais je trouve qu'il n'a pas pu montrer tout ce qu'il avait dans les jambes. A part le match contre Brésil, pour lequel je lui mettrais une note de neuf sur dix, je trouve qu'il est toujours resté un peu en dedans. Est-ce qu'il est responsable ? Non. C'est aussi dû à la tactique de Roberto Martinez. De Bruyne est dépendant des joueurs qui sont autour de lui. En plus, dans ce tournoi, l'équipe belge devait faire le jeu et la plupart des adversaires ont évolué avec un bloc bas. Donc, il n'y avait pas d'espace pour donner une passe un peu folle comme Kevin De Bruyne est capable d'en donner. J'ai déjà dit plus d'une fois que j'étais un mélange d' Eden Hazard et Kevin De Bruyne. Je suis plus rapide et plus explosive que De Bruyne mais il arrive mieux à donner des passes décisives et à trouver l'espace au bon moment. Ce qu'on a en commun ? Tous les deux, on joue des deux pieds. Je suis un peu jalouse de son tir à distance. J'ai déjà marqué en tentant ma chance de loin, comme à l'EURO aux Pays-Bas l'année passée. Mais c'était surtout un but chanceux. Le but de De Bruyne contre le Brésil, par contre, il ne devait rien à la chance. C'est un but typique chez lui. Donne-lui un peu de liberté sur une contre-attaque et il n'hésitera pas à frapper. Je ne tiens pas ses statistiques mais ça m'étonnerait qu'il ait déjà marqué un but moche. "