Positif

La plus grande qualité d'Igor est bien évidemment son jeu de tête qui fait partie du top en Belgique. Cette spécificité est utilisée par son entraîneur aussi bien offensivement que défensivement sur toutes les phases arrêtées. Doté d'une détente phénoménale, il est capable, même à l'arrêt de transformer des centres moyens en véritables caviars tant son timing, son coup de rein et sa précision sont de très haut niveau. Les défenseurs sont obligés de jouer avec les bras pour rivaliser avec lui dans le trafic aérien.
...

La plus grande qualité d'Igor est bien évidemment son jeu de tête qui fait partie du top en Belgique. Cette spécificité est utilisée par son entraîneur aussi bien offensivement que défensivement sur toutes les phases arrêtées. Doté d'une détente phénoménale, il est capable, même à l'arrêt de transformer des centres moyens en véritables caviars tant son timing, son coup de rein et sa précision sont de très haut niveau. Les défenseurs sont obligés de jouer avec les bras pour rivaliser avec lui dans le trafic aérien. Balle au pied, ses origines cariocas font de lui un bon technicien, son toucher de balle est excellent et tous ses gestes sont réalisés avec beaucoup d'élégance. Son pied droit est bien évidemment supérieur au gauche. Celui-ci manque de puissance dans la frappe que l'ataquant est capable d'enrouler lorsqu'il est dans une position désaxée. Son endurance et sa puissance lui permettent d'avoir un bon rendement au niveau de son volume de jeu et de la course sur 30-40 mètres. Sa meilleure position est en léger décrochage de l'attaquant axial, voire derrière deux pointes. Quand il arrive en pleine course de la deuxième ligne, il est très dangereux sur les ballons venant des flancs, d'autant plus si ces centres sont en retrait. Il peut, dès lors, mettre énormément de puissance dans son jeu de tête. Sur les longs ballons venant de sa défense, il est très fort en déviation voire en conservation de balle dos au but. Son gabarit et surtout sa taille (1,87 m) font merveille pour empêcher son opposant d'anticiper et de passer devant lui. A 26 ans, il arrive à maturité et le fait d'évoluer depuis plus de 3 ans dans un club qui retrouve son niveau d'antan y contribue fortement. C'est quelqu'un qui a besoin d'une équipe qui prend le jeu à son compte pour élever son jeu. Au niveau de la confiance, c'est un joueur qui a enfin pris conscience de son potentiel et qui a obtenu la reconnaissance dans son club, aspect importantissime pour évoluer à 100 %. Sa technique, balle au pied, est quelque peu déficiente dans les tout petits espaces, si on la compare à la virtuosité de nombreux attaquants brésiliens. Il manque aussi de spontanéité sur les premiers mètres et sa taille n'y est certainement pas étrangère. Son sens du jeu collectif est très bon mais, pour un joueur offensif, il n'est pas assez égoïste par moments. Ce qui se transforme en défaut vu le rôle qu'il occupe dans l'équipe. Le néo-Diable est quelqu'un qui manque de constance dans ses prestations et de régularité sur une saison entière. Sa présence sur phases arrêtées lui permet à tout moment de sauver son match par un but ou un assist. Son jeu défensif pourrait également être meilleur : son rôle en perte de balle est parfois passif. Sa position axiale lui permet de garder des ressources physiques car ses courses en possession se résument souvent à rond central-point de penalty. Il pourrait parfois faire plus que du recul-frein. Ses statistiques, depuis qu'il est en Belgique, avec 177 matches de D1 (depuis 2000) démontrent une certaine fragilité mentale et physique. Ses 176 apparitions auraient dû lui permettre de marquer plus que les 54 buts qu'il a inscrits jusqu'à présent, s'il était un véritable buteur. Excepté au Brussels (14 buts en 28 matches), il tourne à moins de 10 buts de moyenne par saison. Améliorera-t-il cette saison la tendance ? Au niveau du caractère, il devrait un peu plus s'imposer vis-à-vis de certains de ses jeunes partenaires. En poussant de temps en temps une gueulante par exemple. Né en 1963, Etienne Delangre joua comme défenseur au Standard de 1981 à 1992 (267m en D1 et 6b, champion en 82 et 83). Ex-chargé de cours à l'Ecole du Heysel, il coacha de la P1 à la D1 (Charleroi).