Depuis le 24 juin 2011, date de la reprise du Standard par Roland Duchâtelet, Sclessin a tangué. Aujourd'hui, l'homme d'affaires mesure le chemin parcouru sans jamais perdre la moindre once de confiance. " Pour cette saison, nous visons le top 3 ", dit-il avec fermeté. " Le Standard s'est donné les moyens d'atteindre ses ambitions via un football attractif. Ron Jans va étonner et je suis persuadé qu'il restera plusieurs années à Sclessin. "
...

Depuis le 24 juin 2011, date de la reprise du Standard par Roland Duchâtelet, Sclessin a tangué. Aujourd'hui, l'homme d'affaires mesure le chemin parcouru sans jamais perdre la moindre once de confiance. " Pour cette saison, nous visons le top 3 ", dit-il avec fermeté. " Le Standard s'est donné les moyens d'atteindre ses ambitions via un football attractif. Ron Jans va étonner et je suis persuadé qu'il restera plusieurs années à Sclessin. "Roland Duchâtelet : A un mois de la reprise du championnat, le Standard a dû agir très vite car le club s'est retrouvé sans coach, sans directeur sportif, sans cellule scouting et, dans la foulée, sans ligne médiane avec les départs de Steven Defour, Axel Witsel, Mehdi Carcela, sans oublier le transfert de notre arrière central, Eliaquim Mangala. Nous avons géré les promesses de transfert faites par la direction précédente à Defour, Witsel et Carcela. Le cas Mangala était différent mais il a aussi exprimé le désir de partir. Perdre quatre vedettes, ce n'est pas rien. Le staff technique a été composé en une bonne semaine et s'est tout de suite évertué à trouver des solutions qui ont nécessité de plus gros investissements que la saison précédente. Malgré ce que l'on a pu dire, le Standard n'a pas lésiné sur les dépenses en 2011-12. Le staff technique et Jean-François de Sart ont effectué de l'excellent travail alors que le championnat approchait à grands pas. Cette année, l'été a été plus calme : l'effectif est en place en vue du championnat, ce qui n'était pas le cas il y a 12 mois. Vu les circonstances, le bilan de l'ensemble de la saison dernière est bon. Je rappelle que le Standard a été le dernier représentant de notre pays en Coupe d'Europe. Même si l'élimination face au Lierse est un mauvais souvenir, des trois grands, c'est le Standard qui a connu le plus long parcours en Coupe de Belgique. En championnat, notre équipe a atteint son objectif au bout de la phase régulière : se qualifier pour les play-offs 1 en se classant 4e alors que le Standard a terminé miraculeusement 6e la saison précédente. Une collection d'éclopés a entraîné de mauvais play-offs et l'absence du Standard cette saison sur la scène européenne. N'oubliez pas que le Standard a joué plusieurs matches sans attaquants suite aux blessures de Tchité et Cyriac, auxquelles il faut ajouter la suspension de Batshuayi. Ce secteur a été décapité. Avec ses attaquants vedettes en pleine possession de leurs moyens tout au long de la saison, le Standard aurait pu viser haut et peut-être, qui sait, décrocher le titre. En novembre, le duo Tchité-Cyriac était largement au-dessus du lot en D1 : tout le monde nous les enviait. Quand on prend une décision, il faut l'assumer. Benteke a livré une bonne demi-saison dans le Limbourg. On verra à l'autopsie, dans cinq ans, si le Standard a eu tort ou pas de le céder à Genk. Il y a eu beaucoup de départs et ils s'expliquent par des choix sportifs et l'analyse en profondeur de l'effectif hérité à la reprise. On y a retrouvé des joueurs comme Dufour, Bergonsi, Traore ou Eninful, acquis avec le fameux carnet d'adresses de D'Onofrio. De telles allées et venues ne peuvent pas se répéter... Oui, c'est vrai et les circonstances expliquent pas mal de choses. Le Standard a une philosophie qui passe par un jeu attractif, technique et offensif. Les premiers transferts rentrants de la saison passée ont généralement été couronnés de succès comme c'est le cas de William Vainqueur ou de Birkir Bjarnason qui ne se retrouverait pas en Italie, à Pescara, sans talent. Belhocine est parti mais il n'a jamais déçu et a gagné les matches auxquels il a pris part. Gonzalez et Seijas sont d'excellents joueurs, comme Buzaglo qui s'est blessé mais qui va réussir une bonne saison, j'en suis certain. Cela peut arriver... Cela m'étonnerait qu'il ait dit cela car ce n'est pas le cas. Je suis satisfait de son travail ( NDLA : il parle de de Sart), que ce soit cette saison ou en 2011-2012. Un club vit et ce qui ne change pas ne progresse pas. Il y a eu du mouvement mais cela ne dépend pas toujours de nous. José Riga a décidé lui-même de tenter un autre défi. C'est insensé. On imagine beaucoup de choses dans l'univers du football. Inconcevable : je n'ai pas le temps de lire la presse tous les jours et de démentir les rumeurs. Quand on réagit pour démentir ce qui n'est pas exact, on ne fait plus que cela et je n'en ai pas le temps. Le jour de la reprise du club, en juin 2011. Non. Mais non. Je n'ai pas eu de différend avec Pierre François, pas du tout. Je m'en tiens au communiqué qui a été rédigé après son départ. Ce communiqué dit tout... Oui, il n'y a pas plus à dire. Il faut un management dans un club comme le Standard et tout dépend du type d'organisation qu'on choisit. Le mode de fonctionnement a été fort bon sous la direction de Pierre François dans la mesure où tout a été bien sous contrôle. Mais dans chaque modèle d'organisation, il y a du pour et du contre. Un autre choix a été fait. Si tout a bien évolué, cela ne signifie pas qu'il n'y a pas d'autres gestions qui peuvent être meilleures pour le club. Un club a ses spécificités mais se gère comme une entreprise, ce qu'il est d'ailleurs. Il en va de même pour des organisations humanitaires, pour tout..., même pour un pays comme je l'ai écrit dans mon livre " La SA Belgique, rapport aux actionnaires ". Tout doit être fait pour mettre sur pied la meilleure des organisations. Le football évolue et le fera encore dans le bon sens. Les acteurs du monde des affaires apportent une meilleure gouvernance. Ils ont l'habitude de gérer des dossiers, des budgets, des fonds, etc. Dans notre groupe, nous avons pas mal de spécialistes pour se pencher sur certains problèmes. Pierre François faisait tout au Standard. Dans le cas de transferts étrangers, comme celui de Felipe à Hanovre, nous avons des experts qui parlent très bien allemand, et écrivent dans cette langue : ils sont utiles et gèrent facilement ce type de dossier avec l'apport de nos juristes. Mais cela ne signifie pas que le Standard est géré au QG de notre groupe (à Tessenderlo) : ce sont nos adversaires qui affirment cela. Au niveau international, je suis par contre inquiet, comme d'autres, par ce qui se passe depuis 10 ans dans de grands clubs comme Chelsea, Manchester City ou le PSG pour ne citer qu'eux, car il s'agit dans ces cas-là de gestion monétaire, même politique. Cela n'a rien de commun avec le monde des affaires et ce n'est pas une bonne chose pour le football. Pas du tout, les deux joueurs étaient toujours au Standard au moment du départ de Pierre François. Il ne faut pas chercher des explications où il n'y en a pas. Je ne lui reproche rien. Tchité et Cyriac ont fait couler beaucoup d'encre. Mémé est une vedette, un tout bon joueur comme Cyriac et c'est dommage qu'ils nous quittent pour renforcer Anderlecht et le Club Bruges. Non, Pierre François les a rédigés avec les meilleures intentions pour le Standard. Après coup, c'est facile de critiquer. Il faut tenir compte des données du moment. Pierre François a tout fait pour que Tchité reste chez nous. Nous avons été trop gentils avec lui et il en a profité pour partir à des conditions intéressantes pour lui. Tchité a eu droit à de très bonnes conditions financières chez nous : on n'a pas imaginé qu'un club belge puisse doubler son salaire. Le Club Bruges a donc mis le paquet pour son contrat. A la fin du compte, qui paye tout cela ? Bruges n'a pas un Abramovitch qui peut dépenser chaque année 150 millions d'euros dans son club. Ce sont les spectateurs et les annonceurs qui payeront la note : le prix des abonnements a augmenté au Club Bruges. Comme pour Tchité, je voulais garder Cyriac. A un moment, ce dernier a prolongé son contrat chez nous à condition de prévoir cette clause libératoire. Sans cela, il ne signait pas. Avant la signature, Pierre François a exigé un ajout interdisant un transfert à Anderlecht. L'agent de Cyriac a refusé. Un de mes préférés, je ne sais pas. Il a beaucoup de contacts partout mais le Standard ne travaillera plus avec lui. Je trouve qu'il n'est pas digne de confiance. Je suis persuadé que Cyriac a signé depuis longtemps à Anderlecht. Or, il ne pouvait pas négocier avec Anderlecht sans notre accord. Avec Mogi Bayat, il n'y a pas que l'affaire Cyriac... ( Fermement) Non. Oui. C'est une campagne de renforts très importante. Des joueurs de qualité ont rejoint le Standard. Je ne suis pas un spécialiste en la matière. Quand il faut juger un joueur qui nous intéresse, je délègue, je fais confiance à ceux qui s'y connaissent, à Jean-François de Sart, à notre cellule scouting. Il y a des aspects plus techniques que leurs regards cernent mieux que moi. De mon côté, j'apporte mon expérience d'homme d'affaires, ce que d'autres n'ont pas. Je passe pas mal de temps au Standard. C'est un club qui vibre, je le savais. Ici, ça bouge, ce club est dynamique et a la faculté de surprendre alors qu'Anderlecht et le Club Bruges sont des monuments statiques. Je suis très heureux ici : c'est chouette. En raison de mes occupations professionnelles, je n'ai hélas pas eu la possibilité d'accompagner le club lors de tous ses voyages européens. Non. J'ai l'habitude de la concurrence. Le Standard vise le top 3 et se frotte forcément à Anderlecht et au Club Bruges. Je ne dis pas que le Standard doit être champion chaque année mais de temps en temps. Et toujours être européen. Notre club avance dans la bonne direction. Nous avons aussi des idées pour le stade. Les sièges ont été remplacés et l'aspect festif est étudié. Pour cela, il convient de trouver une solution afin de déplacer le parking qui se trouve au pied de la Tribune 1 : ce sera fait pour la saison 2013-2014. Le Standard va rester à Sclessin. Je n'ai jamais songé à un déménagement. La Beneligue va nous permettre d'augmenter la capacité de Sclessin... Oui, j'y crois même plus que jamais. Un championnat plus élargi offre bien plus de débouchés, de recettes financières, d'intérêt médiatique. Si on continue sur notre lancée actuelle, la D1 belge deviendra une Mickey Mouse League et ce sera la même chose pour les Pays-Bas. J'ai des réunions avec tous les grands clubs : ils savent que ce choix de la Beneligue s'impose. Nous faisons du brainstorming. En gros, la Beneligue serait composée de 20 clubs, 12 néerlandais, 8 belges. Les télévisions payantes seront intéressées par ces rencontres d'un niveau plus élevé. Ainsi, il serait possible de confier la retransmission de ces rencontres à des chaînes payantes. La D1 belge et la D1 néerlandaise intéresseront les chaînes non payantes comme RTL ou la RTBF. J'en parle aux autres clubs en Belgique qui sont, eux aussi, intéressés. Il ne m'a jamais dit cela. Je n'ai pas de commentaires à faire à ce propos. Ce choix résulte d'une étude assez large. Jean-François de Sart a été impliqué. Même si ce n'est pas le seul critère, les préférences de Ron Jans pour un jeu offensif ont joué un rôle. Au Standard, il faut du spectacle, c'est évident. Un entraîneur comme Christoph Daum est efficace mais avec ses 0-0 et ses 1-0, il ne tiendrait pas longtemps le coup à Sclessin. De plus, je suis épaté par la vitesse à laquelle Jans a appris à s'exprimer en français. Cela me fait peur... Quand on atteint un tel résultat après trois semaines, je me demande ce qu'il va exiger de ses joueurs ( rires). Ron Jans va durer au Standard, vous verrez. Oui mais c'est lui qui a choisi de partir. Sans cela, je l'aurais gardé. Lui non plus ne m'a pas déçu : il a fait un choix lié à une situation personnelle. Riga ne s'est jamais plaint comme on a pu le prétendre. En décembre, il a souhaité avoir un renfort offensif. C'était planifié après le départ de Nong et de Leye. Des contacts n'ont pas abouti. Mais le Standard a su garder Tchité en hiver. Non, s'il y a des retombées japonaises, on verra. Le Standard a choisi un excellent gardien et une grosse personnalité. Sinan Bolat est out pour six mois et nous ne voulions pas qu'Anthony Moris porte seul de lourdes responsabilités. Le Standard croit en lui : il faut lui laisser un peu de temps pour mûrir. En tout cas, le Standard a délié les cordons de la bourse pour les transferts et les contrats. Le Standard a été très actif durant la période des transferts. Je ne vais pas citer tout le monde ou décortiquer les qualités de chacun. Je laisse cela aux spécialistes mais la venue de Marvin Ogunjimi, par exemple, est importante. Il a tout de suite exprimé le désir de venir chez nous. Il travaille pour réussir. Majorque nous l'a loué et nous avons une option d'achat. Je suis confiant. Je suis étonné. Tout a démarré quand un journal flamand a lancé cela. Ce thème qui ne correspond pas à la réalité a été repris par les journaux francophones pour ne pas être en reste. Or, il y a toujours un ancrage liégeois. José Riga et Pierre François ne sont plus là. Jean-François de Sart est au Standard, le professeur Reginster fait partie du conseil d'administration, Louis Smal est là, etc. Non, franchement, c'est un faux débat. Ron Jans est le 6e entraîneur néerlandais de l'histoire du Standard. Il y a toujours eu des joueurs limbourgeois au Standard : ils étaient même plus nombreux autrefois et personne n'a jamais rien dit. A Sclessin, il y a beaucoup de supporters du nord du pays. Quand je venais au Standard avec Saint-Trond, j'appréciais beaucoup que le speaker s'adresse aux spectateurs dans nos deux grandes langues nationales, d'ailleurs. PAR PIERRE BILIC ET THOMAS BRICMONT - PHOTOS : KOEN BAUTERS" Je suis persuadé que Cyriac a signé depuis longtemps à Anderlecht. "" Nous avons été trop gentils avec Tchité. "" Si on continue sur notre lancée, la D1 va devenir une Mickey Mouse League. "" Ron Jans va durer au Standard "