L'employeur de Vincent Kompany, toujours blessé, est le seul club allemand à avoir été présent sans la moindre interruption en Bundesliga depuis la fondation de celle-ci, en 1963. Aujourd'hui, Hambourg tremble pour son maintien. Le club d' Uwe Seeler est cependant déterminé à redorer son balson. Sous la houlette de l'entraîneur batave Huub Stevens, il a au moins renoué avec la victoire. Le capitaine Rafael van der Vaart en tête, l'équipe a remisé ses doutes et retrouvé sa rage de vaincre.
...

L'employeur de Vincent Kompany, toujours blessé, est le seul club allemand à avoir été présent sans la moindre interruption en Bundesliga depuis la fondation de celle-ci, en 1963. Aujourd'hui, Hambourg tremble pour son maintien. Le club d' Uwe Seeler est cependant déterminé à redorer son balson. Sous la houlette de l'entraîneur batave Huub Stevens, il a au moins renoué avec la victoire. Le capitaine Rafael van der Vaart en tête, l'équipe a remisé ses doutes et retrouvé sa rage de vaincre. Stevens a été embauché pour sortir le HSV de sa crise, sur base de sa réputation d'homme de fer. " Il excelle à maintenir la discipline sans ôter leur valeur aux êtres humains ", commente le manager sportif, Dietmar Beiersdorfer. " Les joueurs doivent ainsi être au club une heure avant l'entraînement et y passer au moins huit heures par jour, des heures consacrées à l'entraînement, à la nutrition, au sommeil, à la discussion. Ils doivent s'intéresser davantage à leur métier. Nous sommes en bonne voie. Thomas Doll était un coach remarquable mais Huub étale ses qualités de motivateur. Nous devons encore nous débarrasser de la poisse. Cependant, les contrecoups sont souvent une question de mentalité ". Stevens partage cet avis. En Bundesliga, il a déjà entraîné Schalke 04, Hertha BSC et le FC Cologne. " A mon arrivée, les joueurs étaient accaparés par leurs problèmes mentaux. Ils réfléchissaient trop. Or, nous parlons de points. Pour les gagner, il faut marquer et surtout travailler d'arrache-pied. Durant mes premières semaines, j'ai multiplié les petits matches à un rythme très soutenu. J'ai immédiatement constaté que l'équipe ne manquait pas de talent. Ces gars sont vraiment capables de bien jouer. Nous allons le prouver dans les semaines et les mois à venir. Ce ne sera pas facile car la concurrence est âpre mais je suis convaincu de mener à bien ce combat ". L'international néerlandais Joris Mathijsen est également confiant. " Ce n'est pas que nous avions perdu notre confiance en Doll ", a déclaré le défenseur central au Kicker. " Cependant, en quelques semaines, Stevens est parvenu à rendre à l'équipe ce qui lui faisait défaut : du tempérament et la confiance en ses capacités. Seul un collectif parfaitement soudé nous permettra d'oublier le plus vite possible cette année pénible ". SCHALKE 04 est privé pour cinq semaines de son avant danois, Peter Lövenkrands. L'international souffre d'une déchirure des ligaments de la cheville droite. NIGEL DE JONG, victime d'une déchirure musculaire de la cuisse, est sur la touche trois semaines. L'international batave de Hambourg venait à peine de se rétablir d'une atteinte au genou. FILIP DAEMS (28 ans, ex- Lierse) ne jouera plus cette saison. L'arrière gauche de 'Gladbach a été opéré au talon pour la deuxième fois, à Munich. En octobre, il avait déjà subi une intervention similaire. LE BORUSSIA DORTMUND engage le médian offensif polonais JakubBlaszczykowski (21 ans) à dater de juin. Il a versé trois millions à Wisla Krakau pour le joueur, qui a signé jusqu'en 2011. En Pologne, on compare le médian à Luis Figo. L'arrière Christian Wörns (34 ans) rempile pour un an. LE FSVMAINZ 05, auteur d'une belle remontée grâce à trois victoires de rang, a perdu un pion important. Son nouveau Colombien, Elkin Soto, avec lequel il n'avait encore perdu aucun match, est atteint au genou et out pour cinq semaines. FC COLOGNE. Suite à la raclée 5-0 face au RW Essen, les clubs de supporters du club colonais ont décidé de boycotter la première mi-temps du match contre Paderborn, en partant du principe : " pas de prestations, donc pas d'ambiance ni de soutien ". FREDERIC VANHEULE