1 Pour les Camerounais, tu étais un illustre inconnu en arrivant, on a écrit que tu n'avais pas le statut pour entraîner un pays pareil. Maintenant, on te qualifie de technicien de haut niveau. Comment tu t'y es pris pour te faire respecter ?

J'ai fait des résultats ! On s'est qualifiés pour la CAN. Je peux te dire que l'ambiance était à couper au couteau à mon arrivée. Le jour où j'ai été présenté, 100 % de la presse camerounaise était contre moi. C'était terrible. On m'a posé des questions du style : " Vous ferez quoi après deux défaites ? " Il n'y avait aucune confiance en moi. Des agents d'entraîneurs qui voulaient le poste ont payé des journalistes pour qu'ils fassent des articles anti-Broos ! Apparemment, c'est courant. On a essayé de me manipuler. Mais je n'ai écouté personne. Près d'un joueur sur trois avait plus de 30 ans et j'ai laissé plusieurs de ces cadres à la maison. Après deux matches, j'avais renouvelé la moitié du n...

J'ai fait des résultats ! On s'est qualifiés pour la CAN. Je peux te dire que l'ambiance était à couper au couteau à mon arrivée. Le jour où j'ai été présenté, 100 % de la presse camerounaise était contre moi. C'était terrible. On m'a posé des questions du style : " Vous ferez quoi après deux défaites ? " Il n'y avait aucune confiance en moi. Des agents d'entraîneurs qui voulaient le poste ont payé des journalistes pour qu'ils fassent des articles anti-Broos ! Apparemment, c'est courant. On a essayé de me manipuler. Mais je n'ai écouté personne. Près d'un joueur sur trois avait plus de 30 ans et j'ai laissé plusieurs de ces cadres à la maison. Après deux matches, j'avais renouvelé la moitié du noyau. J'ai senti que c'était apprécié, surtout qu'on a commencé à accumuler les bons résultats. Non, je n'ai pas rêvé de Westerlo ! Je m'amuse énormément au Cameroun. Pour le moment, il n'y a rien qui me donne la nostalgie de la Belgique. J'espère simplement que je recevrai encore une chance, plus tard. Et je reste étonné que plus personne ne se souvienne de moi quand il faut trouver un entraîneur, vu mon CV. Qu'est-ce que je dois encore prouver pour revenir dans l'actualité ? Il faut venir sur place pour se rendre compte... Je suis sidéré qu'on puisse organiser un championnat professionnel sur des terrains pareils. Dans certains stades, il n'y a pas d'herbe et les lignes sont tracées à la main ! C'est difficile d'évaluer des internationaux potentiels sur des surfaces pareilles. On ne sait pas y jouer au foot. Mais bon, ça progresse quand même. Notamment grâce à l'organisation de la CAN féminine à la fin de cette année et à la CAN masculine 2019 qui aura lieu au Cameroun. J'ai aussi quelques petits soucis avec leur sens de l'organisation. On te dit toujours " Oui, oui ", mais j'ai appris qu'en Afrique, il y a un oui qui veut dire oui et un oui qui veut dire non... J'ai beaucoup de discussions avec le président de la fédé et avec le ministre des Sports, ils comprennent que j'exige que ça change. Ça ne va pas être simple, on est dans le groupe de la mort avec l'Algérie, le Nigeria et la Zambie. Et il n'y aura qu'un qualifié. L'Algérie a pris la place du Cameroun sur la carte du foot africain, il y a une énorme rivalité. Les Algériens ont déjà commencé à mettre la pression. Ce premier match est encore plus important pour eux que pour nous, vu qu'ils jouent à domicile. Des journalistes algériens essaient de m'appeler, je ne décroche pas parce que je me doute qu'ils veulent me tendre des pièges, gonfler l'une ou l'autre déclaration. Mon ancien président de la JS Kabylie a déclaré que l'Algérie allait facilement gagner parce qu'il est " impossible de battre son pays avec un entraîneur comme Hugo Broos ". Oui, c'est chaud. Cette équipe vivait la même situation que la Belgique avec une chute progressive au ranking FIFA. Le Cameroun a longtemps été un grand du foot africain mais il n'en restait pas grand-chose. Pour le tirage du Mondial en Russie, il était dans le troisième chapeau, sur quatre ! En arrivant, j'ai expliqué que la Belgique avait connu le même phénomène et que Wilmots l'avait complètement redressée en quatre ans. Avec de la discipline notamment. En équipe camerounaise, il était courant qu'un joueur se pointe un ou deux jours en retard au rendez-vous parce qu'il était allé dire bonjour dans la famille. Ça ne choquait personne. C'est fini ! PAR PIERRE DANVOYE" Dans certains stades camerounais, il n'y a pas d'herbe et les lignes sont tracées à la main ! " HUGO BROOS