1 Dimanche, vous avez assisté à votre énième match entre le Club et Anderlecht. Qu'est-ce qui vous a frappé et qu'en retenez-vous en prévision de la lutte pour le titre ?

La tension qui régnait sur le terrain était palpable jusque dans les tribunes. Anderlecht l'a bien gérée en première mi-temps et si le Club a été faible, c'est aussi à cause de cette tension. Une fois de plus, on remarque que les Mauves se rebiffent quand ils ont le couteau sur la gorge. Je l'ai encore dit à Roger Vanden Stock dimanche. C'est devenu typique d'Anderlecht. On le sent quand on y est et c'était déjà comme ça quand j'y jouais, d'ailleurs. Ça ne veut rien dire pour ...

La tension qui régnait sur le terrain était palpable jusque dans les tribunes. Anderlecht l'a bien gérée en première mi-temps et si le Club a été faible, c'est aussi à cause de cette tension. Une fois de plus, on remarque que les Mauves se rebiffent quand ils ont le couteau sur la gorge. Je l'ai encore dit à Roger Vanden Stock dimanche. C'est devenu typique d'Anderlecht. On le sent quand on y est et c'était déjà comme ça quand j'y jouais, d'ailleurs. Ça ne veut rien dire pour le titre. Ce n'est qu'un instantané. La véritable course au titre débute en avril. A celle de Michel, compte tenu des qualités qui sont à sa disposition. Hasi a dû reformer toute une équipe avec des jeunes. Ce n'est pas anderlechtois. Il y a quinze ans, le RSCA achetait des footballeurs au lieu de les former. Quand vous voyez le banc du Club... Michel a 25 titulaires potentiels. Je ne pense pas que Besnik se soit vraiment ému des cris du public. Il a joué assez longtemps à Anderlecht pour savoir que c'est inhérent au club, tant il est habitué à gagner, de préférence avec panache. Je ne trouve pas non plus qu'il faille lui adresser des reproches. L'affiche entre le Club et Anderlecht reste le match de la saison parce que les deux clubs dominent le football belge depuis longtemps. Joueur puis entraîneur, c'est le match que je cherchais en premier au calendrier. Ce qui m'a surpris, en apprenant que c'était le pire revers à domicile du Club en 34 ans, c'est de ne pas me souvenir de ce match, que nous avions remporté 1-5, alors que je devais être sur le terrain, sous le maillot d'Anderlecht. Ostende. Après son brillant départ, j'ai cru qu'il ne tiendrait pas la distance mais il y parvient. Il ne le doit pas à la chance, il ne joue pas à dix derrière le ballon mais développe un beau football. J'ai entraîné Yves Vanderhaeghe. Je n'aurais pas cru qu'il serait aussi bon entraîneur. J'avais bien senti, à Anderlecht comme à Mouscron, qu'il ne s'intéressait pas seulement à ses prestations. Il déterminait la tactique et ses propos étaient respectés. Idem d'ailleurs pour Hasi. Oui, par Westerlo, mais ça n'a pas abouti. Je le déplore. J'aimerais pouvoir montrer encore une fois que je peux apporter quelque chose grâce à mon expérience, de préférence en Belgique. Je n'ai pas envie de finir comme ça... PAR GEERT FOUTRÉ " Une fois de plus, Anderlecht se rebiffe quand il a le couteau sur la gorge. " HUGO BROOS