Il y a deux semaines, le CIM publiait son relevé des audiences radio pour la période automnale. Malgré son changement d'horaire et le départ de Stéphane Pauwels, Complètement foot reste largement écouté. Mieux : l'émission augmente l'audience du dimanche après-midi.

Quel est le bilan des chiffres ?

Quand la direction nous a annoncé que Complètement foot serait avancé à 15 h, Pascal Scimè et moi avons eu un doute. Pourtant, c'est une réussite totale. Nous sommes passés à 92.728 auditeurs, soit une progression de 17.348. Bref, c'est 23 % en plus ! Au niveau des parts de marché, nous grimpons de 9.2 à 12.5 %. Nous ne sommes pas encore leaders de la tranche mais l'effet Complètement foot est visible. Entre 17 et 20 h, les auditeurs sont toujours aussi nombreux. La D2, le football étranger, les résultats des séries, etc. restent suivis.

Qu'en est-il à partir de 20 h, la tranche horaire de 100 % Steph ?

L'année dernière, entre 20 et 23 h, Complètement foot faisait 14 % de parts de marché, avec des pointes à 22 %. Cette année, Vivacité chute à 5.8 %. Il y a un effet bizarre, comme si les auditeurs venaient nous écouter plus tôt et s'en allaient à la fin de l'émission. Mais Bel RTL n'en profite pas pour autant et stagne à 7 % !

Comment jugez-vous ces derniers chiffres ?

C'est difficile à expliquer. Le problème du dimanche soir, ce sont les directs des matches. Ils sont difficiles à intercaler dans un talk-show. Nous en sommes débarrassés alors que ce n'est pas le cas de Pauwels. Et même quand une rencontre est programmée le dimanche après-midi, elle s'articule harmonieusement avec Complètement foot. Il y a pourtant de la place pour tout le monde. A 20 h, quand Vivacité ferme boutique, l'amateur de foot est libre d'écouter Bel RTL. Au niveau du produit, notre force a été de remplacer une grosse personnalité, Pauwels, par une autre, Marc Delire. Nous avons gardé notre cap (débat, humour, ambiance de bistrot,...) en étant moins dans la polémique. L'alchimie fonctionne bien. A l'inverse, j'ai l'impression que Bel RTL ne capitalise que sur la seule personnalité de Pauwels.

La programmation va-t-elle évoluer ?

Nous allons multiplier les spéciales. Le dernier Standard-Anderlecht a été vécu depuis un café de supporters et le succès a été au rendez-vous. Sur Internet, 17.000 personnes se sont connectées au Live Center (live vidéo de l'émission) de notre site et 10.000 nous ont écoutés via le module radio. En moyenne, ces deux programmes attirent chacun environ 4.000 personnes quand il s'agit d'un autre événement !

Il y a deux semaines, le CIM publiait son relevé des audiences radio pour la période automnale. Malgré son changement d'horaire et le départ de Stéphane Pauwels, Complètement foot reste largement écouté. Mieux : l'émission augmente l'audience du dimanche après-midi. Quand la direction nous a annoncé que Complètement foot serait avancé à 15 h, Pascal Scimè et moi avons eu un doute. Pourtant, c'est une réussite totale. Nous sommes passés à 92.728 auditeurs, soit une progression de 17.348. Bref, c'est 23 % en plus ! Au niveau des parts de marché, nous grimpons de 9.2 à 12.5 %. Nous ne sommes pas encore leaders de la tranche mais l'effet Complètement foot est visible. Entre 17 et 20 h, les auditeurs sont toujours aussi nombreux. La D2, le football étranger, les résultats des séries, etc. restent suivis. L'année dernière, entre 20 et 23 h, Complètement foot faisait 14 % de parts de marché, avec des pointes à 22 %. Cette année, Vivacité chute à 5.8 %. Il y a un effet bizarre, comme si les auditeurs venaient nous écouter plus tôt et s'en allaient à la fin de l'émission. Mais Bel RTL n'en profite pas pour autant et stagne à 7 % ! C'est difficile à expliquer. Le problème du dimanche soir, ce sont les directs des matches. Ils sont difficiles à intercaler dans un talk-show. Nous en sommes débarrassés alors que ce n'est pas le cas de Pauwels. Et même quand une rencontre est programmée le dimanche après-midi, elle s'articule harmonieusement avec Complètement foot. Il y a pourtant de la place pour tout le monde. A 20 h, quand Vivacité ferme boutique, l'amateur de foot est libre d'écouter Bel RTL. Au niveau du produit, notre force a été de remplacer une grosse personnalité, Pauwels, par une autre, Marc Delire. Nous avons gardé notre cap (débat, humour, ambiance de bistrot,...) en étant moins dans la polémique. L'alchimie fonctionne bien. A l'inverse, j'ai l'impression que Bel RTL ne capitalise que sur la seule personnalité de Pauwels. Nous allons multiplier les spéciales. Le dernier Standard-Anderlecht a été vécu depuis un café de supporters et le succès a été au rendez-vous. Sur Internet, 17.000 personnes se sont connectées au Live Center (live vidéo de l'émission) de notre site et 10.000 nous ont écoutés via le module radio. En moyenne, ces deux programmes attirent chacun environ 4.000 personnes quand il s'agit d'un autre événement !