Le feuilleton égyptien est terminé. Ahmed Hossam ne jouera jamais pour Anderlecht mais pour Ajax Amsterdam. Une décision qui a provoqué les foudres anderlechtoises. Bruno Govers, envoyé spécial à ce moment au Caire où il devait rencontrer Hossam (mais aussi El Said d'Anderlecht et El Yamani du Standard), fut pris dans l'oeil du cyclone.
...

Le feuilleton égyptien est terminé. Ahmed Hossam ne jouera jamais pour Anderlecht mais pour Ajax Amsterdam. Une décision qui a provoqué les foudres anderlechtoises. Bruno Govers, envoyé spécial à ce moment au Caire où il devait rencontrer Hossam (mais aussi El Said d'Anderlecht et El Yamani du Standard), fut pris dans l'oeil du cyclone. Un soir, au-dessus d'un jus de mangue, il apprit de la bouche même du pharaon surdoué qu'il ne foulerait jamais la pelouse du Parc Astrid. Govers l'annonça le lendemain à Michel Verschueren qui faillit en avaler le cornet. Du coup, Hossam était le mauvais de l'histoire. Un sale gamin ou pire. Pourtant, qui peut vraiment donner tort à Hossam dans un mois de juin traditionnellement chaud sur le plan des transferts? L'Egyptien s'en est ouvert très calmement. Primo : il gagnera plus d'argent à Amsterdam qu'à Bruxelles. Deuxio : le directeur technique Beenhakker (et pas l'entraîneur Adriaanse) lui a donné des garanties dont Anthuenis ne voulait même pas entendre parler. "De toute manière, Anthuenis n'aime pas les joueurs de talent comme moi. Regardez ce qu'il se passe avec Stoica", a-t-il ajouté. C'est clair, c'est net, Hossam a choisi le pognon et le foot. Il est persuadé qu'on mettra mieux son fabuleux sens du jeu technique en évidence à Ajax. Comment Anderlecht peut-il lui en vouloir; lui qui a joué à Fulham le même coup dans le transfert de Jan Koller? D'ailleurs -et ça en devient très comique-, Ranko Stojic qui défendait les intérêts londoniens dans le transfert de Koller s'était dit dégoûté par la conduite anderlechtoise en la matière. Mais ça ne l'a pas empêché, quelques jours plus tard, de régler le transfert de Nenad Jestrovic, passant de Mouscron à Anderlecht! L'arrivée de Jestrovic ôte une épine du pied des Mauves. L'avant slave -à condition d'être totalement rétabli de ses blessures- est un superbe joueur, aussi félin qu'efficace. Il a besoin de moins d'occasions pour marquer que Koller ou Radzinski. Il est bien plus adroit. L'idéal aurait sans doute été d'associer Hossam et Jestrovic. Mais finalement, le passage d'Hossam à Ajax doit aussi arranger un peu Anthuenis qui aurait eu un autre "gamin" à manager en sus des Stoica, Baseggio et autre Dindane. Anthuenis préfère les professionnels froids et sans trop de sentiments aux teenagers bouillants et peut-être un peu moins disciplinés. Il n'avait d'ailleurs choisi ni Baseggio ni Stoica dans ses favoris pour les titres de Footballeur Pro et Jeune Pro! Le mois de juin n'est pas terminé et c'est tant mieux pour l'amateur de foot. Les nouvelles (vraies et surtout fausses) de transferts bouleversent tout le monde. On effectue actuellement la plupart des opérations, mais juin ne constitue pas la seule période admise. En rappelant que le nombre de joueurs étrangers est désormais illimité, voici les périodes de transferts pour la saison 2001-2002. Marc Wilmots pourrait encore arriver au Standard le 30 mars prochain. Mais ce n'est qu'un exemple... 1. En Belgique a) du 1er au 30 juin 2001 : tous les clubs réalisent des transferts ordinaires, b) du 1er juillet au 31 décembre 2001 : les clubs des divisions supérieures réalisent entre eux des transferts ordinaires de joueurs sous contrat. 2. De l'étranger vers la Belgique a) jusqu'au 31 décembre 2001 : tous les clubs belges engagent des joueurs venant de l'étranger, b) jusqu'au 31 mars 2001 : les clubs professionnels de D1 engagent des professionnels venant de l'étranger.Le RWDM rejoue en D1 et la vieille rivalité folklorique bruxelloise repart de plus belle. Les Anderlechtois jouent sur une autre planète, mais à l'heure où la raison parle de concentrations et de diminution de clubs en D1, les Molenbeekois rappellent que la D1 est toujours ouverte (à certaines conditions) aux rêveurs pragmatiques. On espère simplement que le montage financier tiendra la route...John Baete