Troisième saison pour l'émission d' Erik Libois. " Un renouvellement qui s'est fait naturellement ", nous confie le journaliste. Une nouveauté est venue enrichir le débat, cette année : le focus. Depuis deux ans, Libois souhaitait que quelqu'un revienne sur les événements du week-end mais avec des interviews propres. Eby Brouzakis a porté le projet et se l'est vu attribuer. Un concours récurrent voit aussi le jour. Il s'agira d'élire l'act...

Troisième saison pour l'émission d' Erik Libois. " Un renouvellement qui s'est fait naturellement ", nous confie le journaliste. Une nouveauté est venue enrichir le débat, cette année : le focus. Depuis deux ans, Libois souhaitait que quelqu'un revienne sur les événements du week-end mais avec des interviews propres. Eby Brouzakis a porté le projet et se l'est vu attribuer. Un concours récurrent voit aussi le jour. Il s'agira d'élire l'acteur du week-end. Les votes serviront de base pour établir le onze idéal en fin de saison. D'autres rubriques sont encore en gestation, notamment pour étendre l'interactivité. Il y a neuf jours, alors que le présentateur nous explique tout cela, Brouzakis fait son entrée dans le bureau et se fait chambrer sur ses marques de bronzage. Pierre François, le directeur général du Standard, invité de l'émission, arrive quelques minutes plus tard et ne manque pas de lancer également quelques piques sur le fait qu'il n'y a que des posters d'Anderlecht dans le bureau. " Je joue away, ici ", s'exclame-t-il avec un large sourire ! Michel Dubois, de la DH/Les Sports et PierreBilic forment le " club de la presse " et tout le monde se dirige vers le studio. Dès le début de l'émission, le Standardman est chaud, au grand plaisir d'Erik, qui ne peut réprimer un sourire. Les hommes discutent de l'actualité de la deuxième journée avant d'élire chacun leur acteur : Ivan Leko, François Sterchele, Axel Witsel et Christophe Grégoire ainsi que Jérémy Sapina, le jeune défenseur de Mouscron, que le présentateur met en exergue, " pour qu'on découvre aussi de jeunes joueurs ". On notera aussi le petit mot flatteur d' Herman Van Holsbeeck à l'adresse du Liégeois, le manageur anderlechtois expliquant au passage la solidarité sans faille des deux clubs malgré leur rivalité toujours très vivace. Le CEO de la fédération Jean-Marie Philips sera, quant à lui, un peu plus piquant en rappelant la volonté du Standard de gérer lui-même ses droits télé au détriment de cette fameuse solidarité. La question du nouveau stade du Standard fera l'objet d'une réponse claire : les Rouches vont déménager vers une enceinte de 40.000 places, encore à construire, pour mieux servir les intérêts et les ambitions du club. Libois terminera par une question en forme de boutade : " Standard champion ?", la réplique sera du même tonneau : " Réponse au prochain numéro ! ".