L'an passé, Anderlecht a renoué avec les succès européens. Grand supporter, j'ai cassé ma tirelire afin de suivre les Mauves en live. Pour la rencontre RSCA-Kiev, mes compagnons avaient déjà trouvé leur place lors de mon arrivéee au stade. Malheureusement ma place, située à côté de la leur, était occupée. Je m'approchai alors de la personne et lui demandai de bien vouloir me céder MA place. Celui-ci rétorqua qu'il en était hors de question car lui-...

L'an passé, Anderlecht a renoué avec les succès européens. Grand supporter, j'ai cassé ma tirelire afin de suivre les Mauves en live. Pour la rencontre RSCA-Kiev, mes compagnons avaient déjà trouvé leur place lors de mon arrivéee au stade. Malheureusement ma place, située à côté de la leur, était occupée. Je m'approchai alors de la personne et lui demandai de bien vouloir me céder MA place. Celui-ci rétorqua qu'il en était hors de question car lui-même n'avait pu rejoindre la sienne: il était disposé à me laisser ma place à la condition que je parvienne à libérer la sienne située ailleurs. J'observai, incrédule, mon interlocuteur et reconnus M. Polspoel, commentateur pour Canal+ en Flandre. J'insistai en vain, le match venait de commencer et mes amis m'attendaient. Je fis appel aux stewards arguant de ma bonne foi et de ma preuve. Ceux-ci me firent comprendre qu'il valait mieux le laisser là et me proposèrent, à mes amis également, des places dans un autre bloc, mieux placé je dois le préciser. Je croyais rêver! Parce que ce monsieur est célèbre, il a tous les droits, même de se comporter en parfait hooligan alors qu'il y a de fortes chances que lui n'a pas payé sa place. Ce sera lui également qui se plaindra à l'antenne, de ces "imbéciles" qui empêchent les familles de se rendre au stade en toute tranquillité. Que dire face au comportement scandaleux d'une personne publique? Autre anecdote: mon frère décida de soutenir les Mauves lors du match face au PSV. Aux abords du stade, celui-ci se fit dérober son billet et se fit copieusement rosser par des "amis du foot" venus de Hollande. Il se fit aider par la police qui ne jugea pas nécessaire de poursuivre les coupables mais promirent à mon frère de le signaler aux stewards d'un bloc précis afin qu'ils lui trouvent une place. Arrivé à ce bloc, mon frère comprit que la police avait quelque peu oublié (?) sa promesse et se vit refuser l'entrée. Ce n'est qu'après moult palabres en montrant les traces de sang sur ses vêtements (!) que les stewards le laissèrent passer, juste à temps pour voir la seconde mi-temps. Vous admettrez qu'il en coûte de vouloir suivre son équipe favorite! Cette année, nous avons donc suivi le parcours européen du Sporting depuis notre salon, au chaud.Benoît De Neef, Rhode-St-Genèse