Patrick Dewaele, le ministre de l'Intérieur, a fait le point sur la sécurité dans les stades : " Tous les experts s'accordent à dire que le hooliganisme et la violence (dans les stades) diminuent malgré l'augmentation (20 %) du nombre de spectateurs. Mais l'engagement policier cette saison a augmenté de 5 % par rapport à la précédente saison (mais a diminué de 30 % sur l'ensemble des six dernières). Il faut que tout le monde comprenne que l'engagement policier doit être f...

Patrick Dewaele, le ministre de l'Intérieur, a fait le point sur la sécurité dans les stades : " Tous les experts s'accordent à dire que le hooliganisme et la violence (dans les stades) diminuent malgré l'augmentation (20 %) du nombre de spectateurs. Mais l'engagement policier cette saison a augmenté de 5 % par rapport à la précédente saison (mais a diminué de 30 % sur l'ensemble des six dernières). Il faut que tout le monde comprenne que l'engagement policier doit être fonction d'une analyse dynamique des risques et non pas d'une démonstration ostentatoire du pouvoir ". Spécialement visé, le Sporting Charleroi qui mobilise pour ses matches à domicile le plus grand nombre de représentants des forces de l'ordre, alors que ses supporters ne sont pas plus violents que ceux d'autres clubs. Westerlo est cité en exemple (14 policiers en moyenne par match). En moyenne 76,8 policiers sont mobilisés pour chaque match de D1. Dewael annonce aussi pour la première fois une formation spéciale des responsables policiers (comme en Angleterre) et l'élaboration d'une politique en concertation avec les supporters afin de remédier aux problèmes existants, comme la propreté des toilettes et le prix des tickets pour les supporters en déplacement : " J'ai demandé à la Ligue pro qu'une clause supplémentaire soit inscrite pour l'obtention de la licence : que chaque club présente un projet socio-préventif pour lequel nous mettons un budget global de 100.000 euros à disposition des clubs ". Dewael a encore cité des chiffres. La diminution des actes de violence dans les stades en 2007-2008 est la plus élevée depuis le début de tenue des statistiques (1991-92). Des incidents ont été observés dans 47,1 % des matches mais maintenant sont comptabilisés le jet de papier toilette ou la violence verbale, ce qui n'était pas le cas auparavant. Les faits incriminés concernent essentiellement des infractions à la loi football (70 %), de violence (17 %), vandalisme (5 %) et autres, comme le racisme ou le non-respect des bonnes m£urs (8 %). " La situation s'améliore aussi parce que les trublions en payent le prix. Les amendes se sont élevées à 538.660 euros et 1.275 interdictions de stade plus ou moins longues ont été décrétées ". La facture de mobilisation policière s'est élevée à 3.351.511 euros (3.191.149, la saison précédente), soit 30 % de moins qu'en 2002-2003. GUY LASSOIE