L'équipe nationale des -18 ans s'est envolée lundi pour la Corée du Sud, où elle disputera à partir de la semaine prochaine le Championnat du Monde de la catégorie. Elle s'était qualifiée en se hissant en demi-finales du Championnat d'Europe des -17 ans organisé en Belgique, en mai. Le tirage au sort apparaît favorable avec la Tunisie, le Tadjikistan et les Etats-Unis qui s'annoncent costauds.
...

L'équipe nationale des -18 ans s'est envolée lundi pour la Corée du Sud, où elle disputera à partir de la semaine prochaine le Championnat du Monde de la catégorie. Elle s'était qualifiée en se hissant en demi-finales du Championnat d'Europe des -17 ans organisé en Belgique, en mai. Le tirage au sort apparaît favorable avec la Tunisie, le Tadjikistan et les Etats-Unis qui s'annoncent costauds. Sur les 21 joueurs de la sélection, neuf évoluent à Genk. " Cela démontre la qualité de la formation dispensée dans le Limbourg ", estime le capitaine DimitriDaeseleire, lui-même joueur du Racing. " L'équipe Première en a déjà recueilli les fruits et ce n'est pas fini. Le club est à la pointe en matière de jeunes, à tous les niveaux : infrastructures, encadrement, entraînements. Les résultats ne sont pas importants dans les équipes d'âge, seules comptent la manière de jouer et l'éclosion future des joueurs. Moi-même, j'évoluais jadis au Lierse, mais lorsque Genk m'a fait une proposition, je n'ai pas hésité. Les problèmes dans lesquels se débattaient le Lierse m'ont un peu poussé vers la sortie, mais en partant pour le Limbourg, j'ai surtout opté pour la qualité de la formation. Je fréquente le St. Berchmans College et je suis hébergé dans une famille d'accueil : la famille Mraz, celle-là même qui avait hébergé StevenDefour, FarisHaroun et consorts, autrefois ". Le gamin n'a pas été nommé capitaine de l'équipe nationale par hasard. On sent qu'il est équilibré et qu'en plus d'avoir un certain talent dans les pieds, il s'affirme intellectuellement. A 17 ans tout juste (il est né le 18 mai 1990), il est déjà parfait bilingue. Il a conscience qu'il vivra un moment historique, en Corée du Sud : c'est la première fois que la Belgique participe à un Championnat du Monde dans cette catégorie. " Pour autant, on ne va pas se contenter d'y faire de la figuration ", assure-t-il. " L'Espagne est citée parmi les favoris de la compétition, avec le Brésil. Or, en mai, on avait contraint les Espagnols au partage, en demi-finales de l'Euro : on ne s'était incliné qu'aux tirs au but. Dès lors, pourquoi ne pourrait-on pas prétendre à jouer, nous aussi, un rôle en vue au Mondial ?". Les atouts de la Belgique ? " D'abord, le groupe. Si l'on veut aller loin, il faudra jouer collectivement. Et puis, on pourra compter sur un n°10 d'exception, que vous connaissez : EdenHazard. Lui, c'est la classe. Il peut apporter le surplus ". Lorsqu'on a 17 ans, qu'on joue à Genk et qu'on est international chez les jeunes, à quoi rêve-t-on ? " A jouer un jour en équipe Première, évidemment. J'y ai déjà goûté, cet été : j'ai pu participer à un match amical contre une équipe de Provinciale, le SC Tervant. On a gagné 2-12, si j'ai bien compté. C'était une expérience agréable, mais elle m'a aussi permis de mesurer tout le chemin qu'il me reste à parcourir. Je crois que je peux y arriver, mais il faudra travailler. En plus du talent, c'est souvent la mentalité qui fait la différence. Je n'ai pas vraiment d'idole dans le football, mais j'adore le football anglais ". par daniel devos : photo: reporters