Aujourd'hui c'est la fête. La mienne. J'en ai décidé ainsi. Faut dire, je viens de me rendre compte que j'allais m'adresser à vous pour la 200e fois. Après l'étourdissement, redressement sur mon séant et un beau " Putain, déjà ? ", sorti d'un peu plus haut. Une 200e ça se fête et donc je fais ce que je veux . Dès lors, pas question de foot. On va un peu s'élever. Haut, très haut, dans la stratosphère. Là où seuls de très rares surhumains peuvent survivre. J'y ai croisé MuhammadAli, et en juillet " HisAirness ". Belle rencontre mais il a fait semblant de ne pas me reconnaitre. Gros ego le mec.
...

Aujourd'hui c'est la fête. La mienne. J'en ai décidé ainsi. Faut dire, je viens de me rendre compte que j'allais m'adresser à vous pour la 200e fois. Après l'étourdissement, redressement sur mon séant et un beau " Putain, déjà ? ", sorti d'un peu plus haut. Une 200e ça se fête et donc je fais ce que je veux . Dès lors, pas question de foot. On va un peu s'élever. Haut, très haut, dans la stratosphère. Là où seuls de très rares surhumains peuvent survivre. J'y ai croisé MuhammadAli, et en juillet " HisAirness ". Belle rencontre mais il a fait semblant de ne pas me reconnaitre. Gros ego le mec. Y a de quoi. MichaelJordan est " SaSainteté ". Un dieu parmi les hommes qui a partagé avec eux ce que la vie terrestre a à offrir. Le meilleur beaucoup, et le pire un peu. Un joueur aussi mais unique. Tellement qu'il a changé son sport. Il en a fait une machine à spectacle, une machine à $. Il a fait des Chicago Bulls une franchise qui a dominé le monde mais il a aussi redonné vie aux autres équipes et fait de la NBA ce qu'elle est maintenant. Un barnum goinfré d'argent. Bienvenue dans la 140e dimension. Celle d'un être, d'un talent, d'une vie à faire de CristianoRonaldo et LionelMessi des Bonhommet et Tilapin. MJ ce sont des milliards de $. Un peu en jouant, beaucoup en posant. En devenant une marque à lui tout seul. Le livre ultime vient de sortir. " TheLife " de RolandLazenby. Un auteur qui suit Jordan depuis ses années au collège. Aucune complaisance. Du respect, de l'admiration, mais aussi beaucoup d'incompréhension donne à cette " Bible " beaucoup de crédit. 726 pages qui transpirent la vérité. Il le fallait car les livres sur MJ, on n'a pas fini de les compter qu'il y en a déjà un de plus. Celui-ci nous dit tout. De sa relation passionnelle, fusionnelle avant conflictuelle avec sa famille. De ses rêves de baseball mis entre parenthèse par l'évidence du basket. De sa rencontre avec DeanSmith, son coach à North Carolina, qui le mènera déjà à la gloire universitaire. De sa haine pour le manager général des Bulls, JerryKrause. Du long cheminement de PhilJackson pour faire de MJ un stradivarius qui donne à l'orchestre l'harmonie parfaite. De sa relation tyrannique avec ses coéquipiers. Tout y est. Michael Jordan est un monde à lui tout seul. Un astre brillant même dans ses zones d'ombre. Le plus fascinant, effrayant et improbable reste le récit de la vie au quotidien de ce génie aux habitudes déconcertantes pour un sportif de haut niveau. Comme cette addiction au jeu qui lui fait perdre des millions de $. Goutte d'eau dans l'océan de richesse du Maître qui, pourtant, était très loin d'être le joueur de NBA à gagner le plus d'argent en jouant. Incroyable mais pas grave. Sa fortune, ce sont ses sponsors qui l'ont faite. Avec, bien sûr, Nike qui vivait dans l'ombre d'Adidas avant que MJ n'écoute son instinct avant de changer celui de la marque. L'argent, Michael aime cela mais pas question de le brûler. Il lui est même arrivé souvent de le partager. Comme lors de son retour du côté de Washington où il jouera deux saisons pour le salaire minimum, qu'il s'empressera de donner à des oeuvres caritatives. Les Wizards, une franchise qui finira par le virer alors que la quarantaine passée il y était venu et avait réussi à en faire une franchise crédible. Beaucoup d' " incredible " dans ce livre. Ce génie pouvait nous rendre fou. Nous faire relever à 4 heures du mat' et finir trois heures plus tard à genou devant son écran en pleurant de joie, d'extase devant tant de grâce et de beauté. IL était le summum de l'idéalisation du symbole de la victoire. Par le beau et à tout prix. Celui de son travail énorme, incessant. Car la plus belle leçon, c'est que, malgré son don, il n'a jamais cessé de travailler. L'inné sublimé par l'acquis. Ce livre nous fait côtoyer l'extraordinaire. Partager une vie que nous n'aurons jamais. Encore une fois, HisAirness nous fait rêver. The Life Michael Jordan de Roland Lazenby Edition TalentSport 24 € PAR FRÉDÉRIC WASEIGE