Les supporters de Hambourg attendent des miracles de leur nouveau joueur, Rafael van der Vaart (22 ans). L'international néerlandais revit depuis un mois dans le monde des superlatifs qu'il avait quitté à l'Ajax, où il s'était effondré la saison passée, au point de devoir se contenter, un moment, d'un rôle de réserve.
...

Les supporters de Hambourg attendent des miracles de leur nouveau joueur, Rafael van der Vaart (22 ans). L'international néerlandais revit depuis un mois dans le monde des superlatifs qu'il avait quitté à l'Ajax, où il s'était effondré la saison passée, au point de devoir se contenter, un moment, d'un rôle de réserve. " Dès que nous avons appris qu'il était à vendre, j'ai signalé à la direction que je souhaitais l'acquérir ", commente Thomas Doll (39 ans), entraîneur principal du HSV depuis octobre 2004. " Van der Vaart était mon premier choix. Il nous apporte tellement de choses. Rafael est encore très jeune mais il a déjà beaucoup d'expérience. Il confère de la variété à notre style de jeu. Il est important qu'un médian avancé sache changer de rythme et soit dangereux devant le but adverse. Il a prouvé receler ces qualités. Il va être confronté à un rythme très élevé en Bundesliga. Il devra être en pleine forme pour y résister ". Van der Vaart a découvert un nouveau régime de travail : le matin avant huit heures, une dure course dans les bois, suivie d'une séance corsée avec ballon à onze heures puis d'une séance de fitness l'après-midi. Le styliste a avoué à VI : " Je me demandais ce que je faisais là mais il semble que ce soit bon pour un footballeur. Chaque exercice est sous-tendu d'une vision et nul ne se plaint. Je constate aussi que personne n'est blessé. Tout le monde est prêt à chaque entraînement. La préparation de l'Ajax était assez lourde aussi mais au bout de quelques jours, il y avait toujours plusieurs joueurs qui se plaignaient de bobos. Moi aussi, d'ailleurs. Ici, nul n'en souffre. Cela en dit long sur les méthodes de travail ". L'Allemagne l'a accueilli en nouvelle superstar. Le quotidien Bild le surnomme le petit ange. La moindre combinaison entre Sergey Barbarez, Emile Mpenza et Van der Vaart est décrite comme de la magie. Franz Beckenbauer s'attend à ce que le Batave devienne aussi important pour le HSV que Michael Ballack l'est pour le Bayern. " L'entraîneur me voulait vraiment. Je le remarque à des tas de détails. Il me rend important et je me sens pousser des ailes. Je retrouve la confiance qui m'a manqué ces derniers temps, depuis mes problèmes avec Ronald Koeman, en fait. Ici, les gens comprennent qu'un jeune footballeur ne peut pas toujours être au sommet de sa forme et ils ne m'écarteront pas après deux matches médiocres. Danny Blind m'a dit qu'il aurait souhaité me conserver mais je me demande alors pourquoi il ne m'alignait pas. Cette donnée a simplifié mon choix. Je ne pouvais pas encore briguer l'élite européenne absolue mais le HSV constitue une alternative fantastique ". (F. Vanheule)WESLEY SONCK (M'Gladbach) s'est fracturé trois côtes contre le PSV. Le Diable Rouge est sur la touche pour six semaines. MICHAEL BALLACK a été élu Footballeur de l'Année pour la troisième fois. Il avait déjà triomphé en 2002 et en 2003. Seul Franz Beckenbauer a fait mieux en étant élu à quatre reprises. Le médian de 28 ans du Bayern devance Lukas Podolski (FC Cologne) et Marcelinho (Hertha BSC) à l'élection des journalistes, organisée par le Kicker. Felix Magath est Entraîneur de l'Année. BUNDESLIGA. La masse salariale de tous les clubs de Bundesliga s'élève à 445 millions. Le Bayern est en tête avec 60 millions, suivi par le Werder Brême (40) et Schalke 04 (38,5). Arminia Bielefeld (12), le MSV Duisburg (12) et Mainz 05 (11,5) ferment la marche. Les rentrées en sponsoring s'élèvent à 100 millions au total. Le Bayern palpe 20 millions chaque année, Bielefeld doit se contenter de 1,5 million. F.Vanheule