Savourer. Henk Houwaart l'a fait l'été dernier quand son club, le RFC Wetteren, pensionnaire de D4, a battu Gand 1-0 durant la préparation. " Ma tactique a parfaitement fonctionné ", jubile le Néerlandais. Idem quand Wetteren s'est rendu à La Haye, sa ville natale, pour y jouer contre Haaglandia/Sir Winston.
...

Savourer. Henk Houwaart l'a fait l'été dernier quand son club, le RFC Wetteren, pensionnaire de D4, a battu Gand 1-0 durant la préparation. " Ma tactique a parfaitement fonctionné ", jubile le Néerlandais. Idem quand Wetteren s'est rendu à La Haye, sa ville natale, pour y jouer contre Haaglandia/Sir Winston. Avant, pendant et après le match, l'entraîneur a été au coeur de l'intérêt. Le soir, Houwaart est même monté sur un podium pour chanter. Typique du fougueux Hollandais. L'ancien joueur d'ADO La Haye, du Club Bruges et des Pays-Bas a fêté ses 70 ans fin août mais il a l'impression d'en avoir vingt de moins. " Vivre tous les jours au milieu de gars de vingt ans, ça aide ", confie-t-il. " En plus, je m'astreins tous les jours à des exercices de renforcement abdominal et je roule une ou deux fois par semaine 70 kilomètres à vélo avec quelques copains. Ils sont plus fanatiques que moi, donc je joue les Joop Zoetemelk et je me glisse dans leur roue. Je surveille mon alimentation et mes boissons. Oui, je bois moins de champagne qu'avant. Même si je continue à profiter de la vie. D'un repas tranquille en tête-à-tête avec ma femme, de mes petits-enfants, qui me rendent régulièrement visite. Je fonds quand ma petite-fille m'appelle Papou Henk ou que mes petits-fils, qui jouent au Cercle et à Jabbeke, m'appellent Opa Chypre, parce que j'ai entraîné un club là-bas. " Son fils, Henk junior, est décédé en 2008 d'un cancer des os. Désormais, Houwaart vit pour ses petits-enfants et ses enfants. " La mort de mon fils a laissé un vide qui ne se comblera jamais. Henkie est toujours présent chez nous. Tous les jours, j'allume une lampe près de sa photo. Depuis sept ans. Je continuerai jusqu'à ma mort. " Il n'en est pas encore là : il déborde d'énergie. Il s'implique notamment dans un projet immobilier à Knokke. " Il reste quatre appartements à vendre. Ça vous intéresse ? " Il éclate de rire. Mais le football reste sa principale passion. Il a successivement entraîné le SK Roulers, l'Eendracht Alost, Courtrai à deux reprises, Xanthi, l'Ethnikos Pirée, le Cercle deux fois, le Club Bruges, Waregem, le RC Harelbeke, Gand, Omonia Nicosie, AEL Limassol, le FC Antwerp et le FC Knokke. En 2013, il est devenu entraîneur du Standaard Wetteren, qui a entre-temps fusionné avec le RRC Wetteren-Kwatrecht. Début septembre, Houwaart a opté pour un club ambitieux de deuxième provinciale, le SKV Zwevezele. " Les navettes quotidiennes entre Knesselare, où j'habite depuis vingt ans, et Wetteren commençaient à me peser. Une place s'est libérée à Zwevezele, présidé par Paul Degroote, que je connais depuis mon passage à Harelbeke à la fin des années 90. Je n'ai donc pas hésité longtemps quand il m'a téléphoné. Désormais, je suis au terrain d'entraînement en un quart d'heure. " Il n'a pas perdu sa motivation. " Tant qu'elle est intacte, je continuerai à entraîner. Mon expérience me permet d'apporter beaucoup à ces jeunes footballeurs, sur le plan technique, tactique... J'aime former un groupe, éveiller l'esprit d'équipe, insuffler à mes gars la rage de vaincre. Le football m'occupe du matin au soir : préparation des entraînements, suivi des matches sur place et à la TV... Dimanche dernier, j'en ai vu trois : le matin, les espoirs de Zwevezele, à midi le Club Roulers, notre prochain adversaire, et le soir, le Club Bruges. Bart Verhaeghe, pour lequel j'éprouve un profond respect, m'envoie deux abonnements par an. Quand j'en ai la possibilité, j'aime revenir à Bruges. Déjà pour les supporters du Club, les meilleurs du pays. Même après le 5-0 à Naples, ils ont continué à encourager leur équipe et Michel Preud'homme. C'est fantastique, non ? Le football du Club me plaît moins. La construction est trop lente, l'équipe a trop peu du Sturm und Drang qui caractérisait ma période. Le Club a besoin de plus de joueurs de caractère, des garçons comme Ruud Vormer, pas des promeneurs comme Victor Vazquez. " PAR JONAS CRETEUR" Bruges a besoin de plus de joueurs de caractère comme Ruud Vormer. " HENK HOUWAART