Rochefort a déjà une championne du monde de pétanque et un champion mondial de bras de fer! Avec Justine Henin, la ville namuroise doit viser un peu moins haut. Justine n'est que cinquième mondiale... Blague à part, la nouvelle citoyenne de Maroye a de nouveau donné du plaisir à la Belgique sportive. Et au monde du tennis tout entier; John McEnroe en tête, qui voit en elle un exemple de technique et d'intelligence de jeu. Bien sûr, Justine a été balayée en finale par une vraie déesse des courts, la sculpturale Venus Williams. Mais faites disputer le match sur terre battue (comme à Berlin récemment) et le résultat est inversé.
...

Rochefort a déjà une championne du monde de pétanque et un champion mondial de bras de fer! Avec Justine Henin, la ville namuroise doit viser un peu moins haut. Justine n'est que cinquième mondiale... Blague à part, la nouvelle citoyenne de Maroye a de nouveau donné du plaisir à la Belgique sportive. Et au monde du tennis tout entier; John McEnroe en tête, qui voit en elle un exemple de technique et d'intelligence de jeu. Bien sûr, Justine a été balayée en finale par une vraie déesse des courts, la sculpturale Venus Williams. Mais faites disputer le match sur terre battue (comme à Berlin récemment) et le résultat est inversé. Henin a encore marqué des points par rapport à Roland Garros. Comme tous les grands artistes de son sport, elle est aussi menaçante sur une surface que l'autre. Et puis, elle est arrivée à Wimbledon à assaisonner son caractère d'acier de sourires bienvenus. Exemplaire quand elle jouait avec beaucoup d'aplomb alors qu'une ampoule avait fendu la peau de son pied, elle était aussi une aubaine pour tous les interviewers. Elle le dit dans la longue interview en page 78 : elle prend plus de plaisir qu'avant sur le terrain. Hélas, cette jeune femme qui cueille des lauriers grâce à un talent hors du commun est aussi soumise à de grosses douleurs. Orpheline de mère au début de son adolescence et en froid avec son père, voilà que son grand-père maternel est victime d'un infarctus samedi dernier. Justine n'a appris son décès qu'après le match et sa dernière rencontre avec la presse. On lui présente nos félicitations et nos condoléances. Raccourci émouvant de la vie d'une championne. Qu'elle prenne son temps maintenant. Rien ne compte que le fait d'avoir à nouveau l'esprit totalement dégagé pour prester. Là encore, son intelligence a bien fait les choses puisqu'elle s'est entourée d'une équipe très équilibrée, son coach en tête. Le talent de Kim Clijsters s'est aussi joliment exprimé en Angleterre. Pas de finale en simple du fait d'une autre géante américaine - Lindsay Davenport- mais une belle finale de double dames perdue contre la meilleure paire du monde... Le tennis nous promet de beaux lendemains. "Allez!" comme dirait Justine. Nervosité anderlechtoiseLe champion de Belgique de football a repris l'entraînement en boitant. Jestrovic ne peut toujours pas jouer car il a été transféré blessé. Parce qu'il fallait coûte que coûte remplacer Hossam, le remplaçant de Koller. Et, du coup, Radzinski doit absolument rester pour remplacer Jestrovic. Drôle de manière de construire son attaque. Heureusement pour lui que le champion est paré dans les autres secteurs. Et heureusement que le club anderlechtois commet de temps en temps des gaffes, sous peine de passer trop de temps à vouloir donner des "leçons de professionnalisme" à la Belgique entière. Un travail bien fait requiert un minimum d'humilité. Le Tour sans VDBFrank Vandenbroucke n'a pas pris le départ du Tour de France et on espère qu'il n'est pas parti pour un trip sans retour. Son équipe Lampre-Daikin ne sait pas sur quel pied pédaler et c'est kif-kif pour les admirateurs de la petite reine. Il faut espérer que le vélo manque autant à Frank qu'il manque au peloton. Ses qualités de rouleur et sa finesse d'esprit sont des atouts pour ce sport. Dommage qu'on ne parvienne pas à circonscrire le problème de façon drastique. A mettre un nom sur ce qui l'empêche de vivre en champion. Ce dont il souffre doit être beaucoup plus grave qu'une ampoule à un orteil, mais rien ne filtre dans ce sport qui regorge pourtant de "soigneurs". John Baete (portraits de Henin,Jestrovic, vandenbroucke svp)