Si Preud'homme, Rednic et Van den Brom t'appellent pour avoir quelques conseils en coaching, qu'est-ce que tu leur réponds ?

(Il éclate de rire). Ils ne vont jamais me téléphoner, je ne me fais pas d'illusions, ils connaissent assez le foot et n'ont pas besoin de mes avis. Tous les trois, ils ont plus d'expérience que moi. Preud'homme a gagné des titres, Rednic est passé par beaucoup de clubs, Van den Brom est champion en titre avec Anderlecht. Ils ont suffisamment prouvé. Je ne dirai jamais que j'en connais plus qu'untel ou untel. Simplement, j'ai ma propre vision, mon idée du jeu. D'autres ont des conceptions différentes, qui fonctionnent aussi. Et il n'y a pas que dans le haut du classement qu'on trouve de très bons entraîneurs. J'admire le travail d'un Staelens au Cercle, d'un Mazzu à Charleroi. Ils montrent qu'on peut aussi faire un très bon boulot a...

(Il éclate de rire). Ils ne vont jamais me téléphoner, je ne me fais pas d'illusions, ils connaissent assez le foot et n'ont pas besoin de mes avis. Tous les trois, ils ont plus d'expérience que moi. Preud'homme a gagné des titres, Rednic est passé par beaucoup de clubs, Van den Brom est champion en titre avec Anderlecht. Ils ont suffisamment prouvé. Je ne dirai jamais que j'en connais plus qu'untel ou untel. Simplement, j'ai ma propre vision, mon idée du jeu. D'autres ont des conceptions différentes, qui fonctionnent aussi. Et il n'y a pas que dans le haut du classement qu'on trouve de très bons entraîneurs. J'admire le travail d'un Staelens au Cercle, d'un Mazzu à Charleroi. Ils montrent qu'on peut aussi faire un très bon boulot avec des plus petites équipes. Il ne faut pas faire de généralités. Je peux aussi citer plein de joueurs qui ont confirmé après avoir quitté Courtrai : Coulibaly qui a été bon à Gand entre ses deux séjours chez nous, Kouyaté, Zukanovic, Mboyo, Benteke ou encore Chavarria qui joue maintenant la tête du classement des buteurs de Ligue 2 avec Lens. Dejaegere a du mal à s'imposer à Gand mais il va probablement réussir. D'autres clubs arrivent à faire éclore des footballeurs qui ont souffert ailleurs. Remacle explose à Lokeren alors qu'il n'a pas réussi à Gand. Si tu as dans ton noyau des garçons aussi doués que Rensenbrink dans le temps, il ne faut pas leur expliquer grand-chose. Avec des gars moins talentueux au départ, tu dois beaucoup dialoguer, être clair, leur donner un coup de main chaque jour. Gand m'a sollicité dans le temps mais je venais d'être champion en D2 avec Courtrai et je voulais continuer l'aventure ici. J'ai laissé le train partir. Il est repassé plus tard, et à nouveau, je ne suis pas monté dedans. En Belgique, les trains ont régulièrement du retard mais ils continuent à passer... Je comprends qu'on cite mon nom chaque fois que Gand doit changer de coach vu que tout le monde sait que les contacts ont existé. Mais je pourrais aussi m'engager pour 10 ans à Courtrai, comme Dury l'a fait à Zulte Waregem. S'il y avait un projet solide et la perspective de bâtir ici un club du subtop, pourquoi pas ? Difficile de répondre. Je suis très content de Santini mais je ne connais pas bien Mitrovic. Il était suspendu contre nous... et ça m'arrangeait bien. Il a sûrement un talent énorme, sans ça Anderlecht n'aurait pas mis un montant pareil pour lui. Mais comment travaille-t-il à l'entraînement ? Quid de sa mentalité ? Aucune idée. Avec Santini, on sait maintenant ce qu'on a. On le suivait depuis plusieurs années, on aurait déjà aimé le transférer quand il jouait encore en Croatie mais il était impayable parce que des clubs de Bundesliga étaient sur lui. Notre chance a été qu'il n'arrive pas à s'imposer à Freiburg. On a recontacté un de ses agents, Mario Stanic. Il l'a convaincu que la Belgique pouvait être intéressante pour lui. Le rôle de Stanic a été déterminant. J'ai toujours eu un lien fort avec les francophones, pour plusieurs raisons : je viens de Lauwe, pas loin de la frontière linguistique, et j'ai joué à Tournai où les supporters étaient particulièrement chaleureux. Je me suis toujours senti proche de la mentalité wallonne. Quand je vais voir un match à Charleroi ou à Mons, je suis toujours très bien accueilli. Mes résultats avec Courtrai sont pour quelque chose dans ma popularité mais il y a aussi mes apparitions dans La Tribune, c'est sûr. Cette émission contribue à me populariser en Wallonie. J'y suis comme chez moi. Je rigole avec Marcel Javaux, je le faisais déjà quand j'étais joueur et lui arbitre ! J'ai joué contre Philippe Albert et Olivier Doll, on se connaît donc assez bien. PAR PIERRE DANVOYE