En football, comme en politique, les amours sont exclusives. Ainsi, depuis la semaine dernière, José Mourinho est devenu aussi diabolique pour certains qu' Alexander De Croo ou Olivier Maingain. Ils appartiennent au club de ceux pour qui la fin justifie les moyens. Au Camp Nou, en ne perdant que 1-0, Mou a qualifié l'Inter Milan pour la finale de la CL. Et il a fallu que les Barcelonais enclenchent l'arrosage de la pelouse pour que des Intéristes en délire aillent fêter leur qualif' ailleurs.
...

En football, comme en politique, les amours sont exclusives. Ainsi, depuis la semaine dernière, José Mourinho est devenu aussi diabolique pour certains qu' Alexander De Croo ou Olivier Maingain. Ils appartiennent au club de ceux pour qui la fin justifie les moyens. Au Camp Nou, en ne perdant que 1-0, Mou a qualifié l'Inter Milan pour la finale de la CL. Et il a fallu que les Barcelonais enclenchent l'arrosage de la pelouse pour que des Intéristes en délire aillent fêter leur qualif' ailleurs. Mourinho n'a jamais été un adepte du beau jeu. Ses équipes font des résultats (Porto a gagné la CL 2004, Chelsea deux titres de champion et l'Inter déjà un), mais il n'y a que les supporters de ses clubs qui trouvent ça regardable. En plus, le Portugais tente toujours de donner à ses matches des accents de tragédie grecque en se perdant souvent dans sa pathétique logorrhée. Après Barcelone, il a dit : " Dommage que je n'ai pas pu jouer, j'aurais versé mon sang comme mes joueurs, ces héros... " Berk ! Le double rideau de défenseurs en quinconce qui a campé devant leur gardien a été infranchissable pour LionelMessi, mais il n'y a pas de quoi fanfaronner. Et sachant jusqu'où les Milanais sont capables d'aller en termes de brutalité et de trucages, heureusement que l'exclusion de Thiago Motta pour deux jaunes à la 28e a un peu limité les dégâts. Réduits à dix, les Intéristes ont su éviter de mettre le pied ou le coude sous peine de compter un autre exclu. Il n'empêche, Mourinho replonge le foot dans sa préhistoire la plus sombre. Heureusement que le coach du Bayern, Louis van Gaal, donne de l'espoir aux amateurs de beau jeu en CL. En bon Hollandais, toujours prêt à attaquer et marquer des buts il peut venger le Barça, un de ses anciens clubs. Van Gaal demeure un porte-drapeau du courage offensif. Pas étonnant, il a gagné la CL 1995 avec l'Ajax Amsterdam en 3-4-3. La confiance dans la technique et la construction figurent dans son ADN et le Bayern est devenu un modèle. Preuve absolue : Daniel Van Buyten, un défenseur qui se distingue plus par ses qualités d'attaquant que par une intransigeance défensive totale, s'y sent parfaitement à l'aise. Avec van Gaal, les défenseurs peuvent monter et il place devant eux deux milieux contrôleurs ( Mark van Bommel et Bastian Schweinsteiger). Banal. La vraie force vient de l'attaque, avec deux ailiers qui jouent sur leur mauvais pied pour pénétrer et tirer au but de façon plus létale ( Franck Ribéry à gauche et Arjan Robben à droite), un numéro 10 athlétique et physique ( Thomas Müller) et un puncheur en pointe ( Ivica Olic). Un système qui demande évidemment beaucoup de souplesse d'esprit et de technicité et dont le football hollandais s'arroge la paternité. C'est l'Ajax qui a lancé le mouvement. Exemple : Mbark Boussoufa qui y a fait ses classes et s'est développé à gauche en usant surtout de son pied droit. Joie : il fait école chez nous avec des Kevin De Bruyne (18 ans) à Genk. Louis van Gaal a été clair après le 0-3 à Lyon : " Si on joue la finale comme ça, ce sera très dur de nous battre. " A condition de pouvoir compter sur Ribéry, suspendu pour trois matches après son agression sur Lisandro Lopez à la demi-finale aller ? Il vaudrait mieux : le Bayern connaîtra le résultat de son appel ce 5 mai. Si l'UEFA disait non, ce serait à nouveau à Hamit Altinop de faire le flanc gauche... un job qu' Eden Hazard pourrait encore mieux faire. L'ailier belge qui aime aussi être calé à gauche de l'attaque fait de plus en plus un malheur dans l'Hexagone où, après avoir été l'Espoir 2009, il a des chances de devenir le Joueur de 2010 puisqu'il figure parmi les nominés ! Comment le LOSC peut-il le garder ? Ses nombreux fans risquent de pleurer...l PAR JOHN BAETE" Après avoir été Espoir 2009 en France, Eden Hazard a des chances de devenir le Joueur 2010 puisqu'il figure parmi les nominés ! Comment le LOSC peut-il le garder ?"