Les louanges qui ont ponctué les deux bons matches d' Ahmed Hassan en championnat contre Charleroi et Roulers ne sont plus du tout d'actualité. Contre le Germinal Beerschot, en Coupe, il n'a été que l'ombre de lui-même. Dimanche, à La Gantoise, Ariel Jacobs l'a puni en le reléguant sur le banc.
...

Les louanges qui ont ponctué les deux bons matches d' Ahmed Hassan en championnat contre Charleroi et Roulers ne sont plus du tout d'actualité. Contre le Germinal Beerschot, en Coupe, il n'a été que l'ombre de lui-même. Dimanche, à La Gantoise, Ariel Jacobs l'a puni en le reléguant sur le banc. Après le 5-0 contre Roulers, l'Egyptien a demandé à disputer, jeudi, le match d'adieux de Zoubeir Baya, un international tunisien avec lequel il avait joué en Turquie. Le Sporting n'avait jamais reçu d'invitation officielle et avait estimé que le lendemain d'un dur match de Coupe, un professionnel n'avait pas à se produire dans un match de gala. Mais Jacobs a cédé, Hassan ayant promis de ne jouer que dix minutes. A une condition : le vendredi, il devait se présenter à l'entraînement matinal. Mais Hassan, qui aurait joué une demi-heure, n'a atterri à Zaventem qu'en début d'après-midi. Il a demandé à son interprète, Abdel Tantush, de s'informer de l'heure de l'entraînement de l'après-midi et a ostensiblement marqué son étonnement en apprenant que la séance avait eu lieu le matin. Hassan se réfugie volontiers derrière des subterfuges linguistiques alors qu'il parle très bien l'anglais. Tantush prétend que la mauvaise saison d'Anderlecht tracasse beaucoup son protégé mais joueurs et entraîneurs n'y croient plus depuis belle lurette. Il a épuisé son crédit dans le vestiaire. On a toléré ses caprices quand il prestait... ce qui n'est pas le cas cette saison. " Tout le monde parle du show d'Hassan mais contre Roulers, j'ai surtout constaté une superbe prestation collective ", commente le capitaine, Olivier Deschacht. Le vestiaire se serait révolté si Hassan n'avait pas été sanctionné. Il a subi une amende et été placé 80 minutes sur le banc à Gand. En janvier, pour éviter tout problème futur, Anderlecht espérait déjà qu'il ne rentrerait pas de la CAN. Hassan est revenu, mais avec beaucoup de retard et Anderlecht l'a soumis à une amende considérable. C'était la sanction la moins visible, prise dans l'espoir d'éviter une escalade et une médiatisation des différends. Mais tout risquait d'exploser d'un moment à l'autre depuis la semaine passée : ce mercredi soir, Hassan affronte l'Argentine au Caire. Jacobs lui a signifié qu'il devait être présent à Anderlecht ce jeudi (entraînement à 16 h !). Mais la semaine dernière, quand Hassan a vu les billets d'avion que lui avait réservés le team manager, José Garcia, il les a jetés, de rage. " Quel gâchis ! " a dit le manager Herman Van Holsbeeck. Affaire à suivre... JAN HAUSPIE