Vision tactique

Choisit en fonction du matériel à sa disposition. Jouait en 4-2-3-1 au Cercle mais a opté pour un 3-5-2 avec marquage individuel. Aime que les arrières latéraux montent et aligne volontiers deux médians défensifs, dont un infiltreur. Apprécie le foot offensif mais surveille l'organisation, même en possession. Les ratisseurs sont précieux chez lui et les risques sont calculés. Pense toujours à long terme : c'est sa force et sa faiblesse.
...

Choisit en fonction du matériel à sa disposition. Jouait en 4-2-3-1 au Cercle mais a opté pour un 3-5-2 avec marquage individuel. Aime que les arrières latéraux montent et aligne volontiers deux médians défensifs, dont un infiltreur. Apprécie le foot offensif mais surveille l'organisation, même en possession. Les ratisseurs sont précieux chez lui et les risques sont calculés. Pense toujours à long terme : c'est sa force et sa faiblesse. Walter Meeuws, dont la psychologie l'a marqué. Parfois un peu arrogant. Aime provoquer, ce qui ne plaît pas à tout le monde. A tendance à exagérer le côté négatif. Marié à Simone Dingens, enseignante. Père d' Alain (19) et de Claudine (15). Habite à Wezel où il possède une basse-cour, l'épagneul Fleur et des chèvres. Très présent pendant les séances, trouve parfaitement l'équilibre entre le travail avec et sans ballon. Participe aux exercices de courses avec ses joueurs, joue au tennis avec ses enfants et fait parfois un peu de vélo. Donne l'entraînement en training ou en short. En match, porte un pantalon avec chemise et, souvent, une veste de cuir. Pro poli, il canalise bien ses émotions. Dit ce qu'il pense mais utilise des mots sobres. Cela suffit aux connaisseurs tandis que ceux qui ne le connaissent pas le trouvent un peu fade. Ne se laisse pas marcher sur les pieds. Sa famille, son jardin et, de temps en temps, du catamaran avec un ami. A travaillé quatre ans comme dessinateur technique. Souvent assis, donne de petites instructions. Ne se lève que s'il estime son équipe injustement pénalisée. Honnête, met le doigt sur la plaie. Ne verse jamais dans l'euphorie ni dans le désespoir. Un joueur l'a comparé à un mille-pattes car il utilise souvent l'expression : " progresser pas à pas ". Porte deux montres pendant le match, pour voir si l'arbitre respecte le temps complémentaire. Dans la famille de sa mère, le fils aîné s'appelait Herman mais lorsqu'il est né, il y en avait déjà quatre. Il se nomme officiellement Hermanus Petrus Theodorus Maria mais on l'a toujours appelé Harm. Certains le trouvent arrogant mais il est aimable, plutôt introverti et très têtu. " Je n'ai pas besoin d'aller aux réceptions pour me montrer. Mon lieu de travail, c'est le terrain, avec mes joueurs. C'est là qu'on doit me juger ".