28/01/2015 09:30

Debout ! J'aime bien paresser un peu le matin. Je mets donc sonner le réveil un peu plus tôt pour traîner au lit. Les jours d'entraînement, je me lève à huit heures mais quand j'ai congé, je dors un peu plus. Avant, il m'arrivait parfois de dormir jusqu'à midi mais depuis que je suis professionnel, mon rythme de vie a changé.
...

Debout ! J'aime bien paresser un peu le matin. Je mets donc sonner le réveil un peu plus tôt pour traîner au lit. Les jours d'entraînement, je me lève à huit heures mais quand j'ai congé, je dors un peu plus. Avant, il m'arrivait parfois de dormir jusqu'à midi mais depuis que je suis professionnel, mon rythme de vie a changé. Hier soir, on est allé au restaurant grec avec l'équipe. C'était une promesse de l'entraîneur. Ayanda Patosi et moi avons dû payer les boissons : dans mon cas, c'était une amende pour avoir écopé d'un carton jaune pour rouspétances. Je prends mon petit-déjeuner, des cornflakes. Je ne peux rien faire l'estomac vide. Les jours d'entraînement, j'avale généralement quelque chose à la maison puis je mange encore quelques tartines au club. A vrai dire, je mange trop, même si ça ne se voit pas. Je pèse 76 kg pour 1,94 m. Au club, on me dit même que je dois manger plus de graisse. Je fais de mon mieux (il rit). Départ pour Tongres. On a rendez-vous à midi pour aller manger des moules dans un restaurant que mes beaux-parents connaissent bien. Ils exploitent une literie dans les environs : Tongers Slaapcomfort. Arrivée à Tongres. Au menu : moules-frites et une mousse en chocolat comme dessert. J'aime bien aller au restaurant. Parfois, les gens me reconnaissent mais je m'en rends rarement compte. D'ailleurs, je ne suis pas si connu que cela, sauf peut-être dans le Limbourg. Jelle Vossen sait ce que c'est. Courte pause au magasin de mes beaux-parents pour prendre un café. Parfois, je donne un coup de main. Une fois, je suis allé chez des gens avec mon beau-père afin de l'aider à réparer un lit à eau. Cette fois-ci, je dois faire attention : lors d'une visite chez le médecin, on a constaté que je souffre d'une petite fracture au poignet droit depuis quelques années. Bizarre car je n'ai jamais rien senti. Pour le moment, je me promène avec une attelle amovible. Cap sur Hasselt. J'ai un bon pour un magasin de vêtements et on en profite pour faire un peu de shopping en ville. Quand on a le temps, c'est souvent à Hasselt qu'on va. Par contre, pour une excursion d'un jour, on préfère la Côte. J'achète deux pantalons et un bracelet. Avant, je n'aimais pas les bracelets mais Lauren m'a convaincu et maintenant, j'en porte toujours pendant mes temps libres. J'en ai une demi-douzaine. On prend un café à la Brasserie De Boulevard, qui appartient à l'Holiday Inn. Je craque aussi pour un moelleux au chocolat. Je résiste difficilement au chocolat. Lauren et moi parlons de la soirée de la veille. On prend la route de Lommel, où habitent les parents de Lauren. On regarde un épisode de la série Homeland. Une heure plus tard, mes beaux-parents rentrent et on passe à table pour manger des tartines. On rend visite à mes parents, qui habitent à dix minutes de là. A chaque fois que je vais à Lommel, je passe leur dire bonjour. Avant, j'y allais plus souvent : Lauren et moi avons eu quelques difficultés à nous adapter à Anvers. On rentrait donc souvent à Lommel. Parfois quatre fois par semaine. Aujourd'hui, ça va mieux : on n'y va plus que deux fois par semaine maximum. D'ailleurs, ça fait du bien de retrouver un jour de congé hebdomadaire après un premier tour chargé. On retourne chez mes beaux-parents et on s'installe devant la télévision. Il est temps d'aller au lit. Généralement, on se couche à cette heure-là. J'aime bien dormir, il m'arrive même de faire la sieste dans le fauteuil. Heureusement, je dors bien, je m'endors tout de suite et je m'éveille rarement. Le secret ? On a un bon lit, hein ! (il rit)PAR MATTHIAS STOCKMANS