La course aux vaccins bat son plein dans le monde entier. Avec des taux d'efficacité annoncés assez variables. De 70 à 95%. Toi, c'est quand la dernière fois que tu as décidé de faire confiance à la science?
...

La course aux vaccins bat son plein dans le monde entier. Avec des taux d'efficacité annoncés assez variables. De 70 à 95%. Toi, c'est quand la dernière fois que tu as décidé de faire confiance à la science? HANNES VAN DER BRUGGEN: Toutes les semaines en acceptant de me faire tester. De toute façon, qui suis-je pour en douter? Il y a des médecins qui ont étudié pendant des années pour arriver à certaines conclusions, je ne me vois pas les remettre en cause. On dit qu'il y a aura des effets secondaires insondables actuellement avec le vaccin, mais c'est toujours comme ça. Je suis prêt à prendre le risque pour reprendre une vie normale. Un projet scientifique baptisé Odeuropa ambitionne de créer une bibliothèque olfactive regroupant des effluves disparus. L'objectif est d'identifier et recréer des senteurs présentes en Europe entre le XVIe siècle et le début du XXe. Toi, c'est quoi ta Madeleine de Proust perso? VAN DER BRUGGEN: Le gâteau aux pommes de ma grand-mère! Cette odeur qui me montait au nez au fur et à mesure que le gâteau cuisait dans le four, c'était magnifique. Et puis il y a les odeurs qu'on préférerait oublier, mais qui nous suivent encore aujourd'hui au quotidien. Comme ces chaussures de foot qu'on oublie dans le sac... Stephen Ellison, un diplomate Britannique en poste à Chongqing, en Chine, a sauvé une jeune femme de 24 ans de la noyade samedi dernier. Toi, c'est quand la dernière fois que tu es sorti de ta zone de confort? VAN DER BRUGGEN: J'ai honte, mais je ne suis vraiment pas quelqu'un de très aventureux. Dites-vous que j'ai quand même une sorte de phobie des oiseaux! Sérieusement, qui a peur des oiseaux? J'ai même peur des poules. Au point que je mange beaucoup d'oeufs en pensant participer à éradiquer l'espèce ( rires). C'est au moins aussi absurde que de passer son temps à guetter s'il n'y a pas un pigeon en approche quand je suis installé tranquillement en terrasse en été. On ne peut vraiment plus rien faire pour moi ( rires). Un homme âgé de 91 ans a survécu à un accident de parachutisme près de Sydney, en Australie. Le nonagénaire a été secouru dans la soirée par des habitants après être tombé dans l'océan. Toi, c'est quoi le sport qui n'est déjà plus de ton âge? VAN DER BRUGGEN: La gymnastique et la natation. Nous, les footeux, on est trop raides pour faire de la gym. Ma copine se moque toujours de moi parce que je ne sais plus toucher mes pieds ( rires). Et la natation, j'en faisais beaucoup plus jeune, mais le problème des footeux, c'est que nos jambes sont trop développées par rapport au haut du corps. Du coup, je nage en diagonale et après 200 m, ça me fait mal... New Kim, un pigeon provenant de Berlaar (province d'Anvers), a été vendu dimanche par la maison de vente aux enchères de pigeons de sport Pipa pour un montant final de 1,6 million d'euros. Établissant par la même occasion un nouveau record d'Europe. C'est quoi la somme maximale que tu as déjà investie dans un animal de compagnie? VAN DER BRUGGEN: Vu ma phobie des oiseaux, je n'étais évidemment pas passé à côté de cette info. D'ailleurs, vous allez rire, mais on a toujours eu des canaris chez moi quand j'étais petit. Peut-être que ça vient de là en fait, ma phobie? Bref, j'aime par contre beaucoup les chiens, mais ma copine refuse d'en avoir un depuis qu'on vit ensemble. Je serais prêt à mettre beaucoup pour la convaincre... Gurbanguly Berdimuhamedow, le président du Turkménistan, a fait ériger une immense statue dorée de près de six mètres de sa race de chien préférée, le berger d'Asie Centrale, sur un rond-point très fréquenté de la capitale. Toi aussi, parfois, tu as des accès de mégalomanie? VAN DER BRUGGEN: Non, ce n'est pas trop mon genre. Par exemple, j'aime bien regarder de belles voitures, mais je roule en Renault Mégane. Une nouvelle chaîne de fast food implantée à Aurora, dans le Colorado, a créé un attroupement de milliers de personnes, certains ayant fait jusqu'à quatorze heures de file pour goûter les fameux hamburgers. Qu'est-ce que ça dit de notre société? VAN DER BRUGGEN: Que les gens ont un besoin maladif d'être toujours les premiers à faire quelque chose. Je suis sûr que les vendeurs se tournent les pouces aujourd'hui et qu'il n'y a plus personne qui fait la file.